Les États-Unis prennent possession de l'Alaska

Les États-Unis prennent possession de l'Alaska


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 18 octobre 1867, les États-Unis prennent officiellement possession de l'Alaska après avoir acheté le territoire à la Russie pour 7,2 millions de dollars, soit moins de deux cents l'acre. L'achat de l'Alaska comprenait 586 412 miles carrés, soit environ deux fois la taille du Texas, et a été soutenu par William Henry Seward, le secrétaire d'État avec enthousiasme expansionniste du président Andrew Johnson.

La Russie voulait vendre son territoire d'Alaska, qui était éloigné, peu peuplé et difficile à défendre, aux États-Unis plutôt que de risquer de le perdre au combat avec un rival comme la Grande-Bretagne. Les négociations entre Seward (1801-1872) et le ministre russe aux États-Unis, Eduard de Stoeckl, ont commencé en mars 1867. Cependant, le public américain a estimé que la terre était stérile et sans valeur et a surnommé l'achat "Seward's Folly" et "Andrew Johnson's Polar Bear Garden », entre autres noms péjoratifs. Une certaine animosité envers le projet peut avoir été un sous-produit de la propre impopularité du président Johnson. En tant que 17e président des États-Unis, Johnson s'est battu avec les républicains radicaux au Congrès sur les politiques de reconstruction après la guerre civile. Il a été destitué en 1868 et plus tard acquitté par une seule voix. Néanmoins, le Congrès a finalement ratifié l'accord avec l'Alaska.

LIRE LA SUITE : Pourquoi l'achat de l'Alaska était loin d'être une « folie »

L'opinion publique sur l'achat est devenue plus favorable lorsque de l'or a été découvert dans un affluent de la rivière Klondike en Alaska en 1896, déclenchant une ruée vers l'or. L'Alaska est devenu le 49e État le 3 janvier 1959 et est maintenant reconnu pour ses vastes ressources naturelles. Aujourd'hui, 25% du pétrole américain et plus de 50% de ses fruits de mer proviennent d'Alaska. C'est également le plus grand État en superficie, environ un cinquième de la taille des 48 États inférieurs combinés, bien qu'il reste peu peuplé. Le nom Alaska est dérivé du mot aléoute alyeska, qui signifie « grande terre ». L'Alaska a deux jours fériés officiels pour commémorer ses origines : le jour de Seward, observé le dernier lundi de mars, célèbre le 30 mars 1867, signature du traité foncier entre les États-Unis et la Russie, et le jour de l'Alaska, célébré chaque 18 octobre, marque le anniversaire du transfert officiel des terres.


Achat de l'Alaska

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Achat de l'Alaska, (1867), acquisition par les États-Unis de la Russie de 586 412 milles carrés (1 518 800 km carrés) de terres à la pointe nord-ouest du continent nord-américain, comprenant l'actuel État américain de l'Alaska.

La Russie avait proposé à plusieurs reprises de vendre son territoire nord-américain aux États-Unis, mais le déclenchement de la guerre de Sécession en 1861 a entraîné le report des discussions. En décembre 1866, un an après la fin de la guerre, le baron Eduard de Stoeckl, ministre russe aux États-Unis, est chargé par l'empereur Alexandre II d'ouvrir des négociations pour sa vente. Le coût et les difficultés logistiques de l'approvisionnement du territoire en avaient fait une responsabilité économique pour les Russes, qui étaient en outre aux prises avec la dette accumulée pendant la désastreuse guerre de Crimée (1853-1856). Bien que les interactions russes avec le peuple autochtone aléoute aient été en grande partie pacifiques, les tribus Tlingit étaient plus rétives, entraînant des épisodes sporadiques de violence et l'interruption des approvisionnements. Les forces politiques en Russie se tournaient de plus en plus vers l'expansion asiatique et, à la lumière de la philosophie américaine du Manifest Destiny et de la concurrence accrue de la Compagnie britannique de la Baie d'Hudson, qui louait une partie sud du territoire, envisageaient le contrôle éventuel du territoire par les États-Unis. États comme inévitables et peut-être bénéfiques.

Stoeckl a approché William Henry Seward, secrétaire d'État sous les présidents Abraham Lincoln et Andrew Johnson, par l'intermédiaire d'un journaliste et homme politique Thurlow Weed. (Seward, un partisan de l'expansionnisme américain, désirait depuis longtemps l'Alaska.) Les deux hommes d'État entamèrent des discussions privées le 11 mars 1867. Stoeckl resta timide à propos de la vente jusqu'à ce que Seward exprime son intérêt. Le 29 mars 1867, Stoeckl et Seward ont terminé l'ébauche d'un traité cédant l'Amérique du Nord russe aux États-Unis, et le traité a été signé tôt le lendemain. Le prix, 7,2 millions de dollars, s'élevait à environ deux cents l'acre.

Certains journaux, en particulier celui d'Horace Greeley Tribune de New York– a ravagé la décision, jugeant diversement le nouveau territoire « la glacière de Seward », « la folie de Seward » et « la valrussie ». Cependant, la plupart des Américains étaient ambivalents, certains soutenaient la décision comme une étape vers l'annexion du Canada. Le traité a été soumis au Sénat pour approbation le 30 mars 1867. Le premier adversaire, le sénateur Charles Sumner, influencé en partie par les informations sur les abondantes ressources naturelles du territoire, recueillies lors des expéditions parrainées par la Smithsonian Institution en 1859 et 1865, s'est prononcé en sa faveur. pendant plus de trois heures. Il a été adopté le 9 avril. Les États-Unis ont officiellement pris possession le 18 octobre lors d'une cérémonie de changement de drapeau à Sitka. Cependant, il y avait une résistance au paiement parmi les membres de la Chambre, qui étaient peu enclins à soutenir le président Johnson, avec qui ils étaient mécontents de son limogeage du secrétaire à la guerre nommé par le Sénat (au mépris du Tenure of Office Act). La Chambre a écrit des articles d'impeachment en février 1868, mais la tentative de l'évincer a échoué. Les crédits nécessaires ont finalement été adoptés le 14 juillet 1868. De vastes campagnes de propagande et l'utilisation judicieuse de pots-de-vin par Stoeckl ont obtenu les votes requis dans chaque chambre du Congrès.

L'Alaska est resté sous le contrôle de l'armée américaine jusqu'en juin 1877, après quoi il a été brièvement gouverné par le département du Trésor, puis par diverses autorités militaires. La plupart des Russes qui avaient occupé le territoire n'étaient pas des résidents permanents et étaient retournés en Russie après la vente. Ceux qui sont restés ont eu la possibilité de demander la citoyenneté américaine dans les trois ans, mais la plupart sont finalement partis. Un gouvernement civil a été installé en mai 1884 après que le territoire est devenu un district. L'Alaska a été accepté dans l'Union en tant que 49e État le 3 janvier 1959.

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Jeff Wallenfeldt, directeur, géographie et histoire.


Ce jour dans l'histoire : les États-Unis prennent officiellement possession de l'Alaska à la Russie

Ce jour de l'histoire, le 18 octobre 1967, les États-Unis prennent officiellement possession de l'Alaska à la Russie après l'avoir achetée à la Russie pour 7,2 millions de dollars, ce qui équivaut à moins de 2 cents l'acre.

L'achat a été soutenu par William Henry Steward, le secrétaire d'État du président Johnson.

Le territoire de l'Alaska était envahi par les colons américains et, craignant que le territoire ne soit perdu au combat avec un rival, la Russie a choisi de le vendre. Les négociations entre Seward et le ministre russe aux États-Unis, Eduard de Stoeckl, commencèrent en mars 1867.

Beaucoup de gens pensaient que l'achat était une mauvaise idée, pensant qu'il ne s'agissait que d'une friche stérile. Il s'appelait “Seward’s Folly” et “Andrew Johnson’s Polar Bear Garden”.

Le Congrès a finalement ratifié l'accord avec l'Alaska et de nombreuses personnes ont changé d'opinion sur l'Alaska après la découverte d'or dans un affluent de la rivière Klondike en Alaska en 1896, entraînant une ruée vers l'or vers la terre.

Le 3 janvier 1959, l'Alaska deviendrait le 49e État des États-Unis d'Amérique.


Les États-Unis prennent possession de l'Alaska le 18 octobre 1867

Ce jour-là, en 1867, les États-Unis ont pris possession de l'Alaska à la Russie après avoir acheté le territoire pour 7,2 millions de dollars, soit moins de deux cents l'acre. L'acquisition comprenait 586 412 miles carrés, une superficie d'environ deux fois la taille du Texas.

Il a été défendu par William Henry Seward (1801-1872), secrétaire d'État du président Andrew Johnson.

Les Russes voulaient vendre le territoire éloigné et peu peuplé aux Américains plutôt que de risquer de le perdre dans une éventuelle guerre future contre les Britanniques. Les négociations entre Seward et le baron Eduard de Stoeckl, le ministre russe aux États-Unis, ont été conclues le 30 mars.

L'accord a été marqué comme "Seward's Folly" et "Andrew Johnson's Polar Bear Garden". Malgré l'impopularité de Johnson, le Congrès a néanmoins ratifié l'achat.

Johnson a envoyé le général de l'armée Jefferson C. Davis avec 500 hommes pour maintenir la paix et l'ordre, s'attendant à ce que le Congrès établisse bientôt l'organisation civile du territoire. Bien que les législateurs aient fait de l'Alaska un district douanier, ils n'ont pris aucune autre mesure pour créer une infrastructure civile.

Les relations tendues entre les colons clairsemés et les indigènes ont incité les forces navales à être appelées pour maintenir l'ordre. La Marine a gouverné l'Alaska de 1879 à 1884, une époque où la plupart de ses habitants vivaient dans la « panhandle » côtière du sud-est de l'État.

L'adoption de la première loi organique en 1884 a fait de l'Alaska un district civil et judiciaire et a doté le territoire de juges, de greffiers et de maréchaux. Le code juridique de l'État de l'Oregon a été adopté comme modèle. Au total, 13 fonctionnaires sont devenus responsables d'une population de 32 000 personnes, dont seulement 430 étaient des colons.

Les Alaskiens commémorent leurs origines américaines avec le jour de Seward, célébré le dernier lundi de mars, et le jour de l'Alaska, célébré chaque année ce jour-là, marquant l'anniversaire du transfert des terres. L'Alaska est devenu le 49e État le 3 janvier 1959.

Vous manquez les derniers scoops ? Inscrivez-vous à POLITICO Playbook et recevez les dernières nouvelles, chaque matin, dans votre boîte de réception.


AK Srivastava (SriAKS)

18 octobre 1867 : Les États-Unis prennent officiellement possession de l'Alaska après avoir acheté le territoire à la Russie pour 7,2 millions de dollars, soit moins de deux cents l'acre. L'achat de l'Alaska comprenait 586 412 miles carrés, soit environ deux fois la taille du Texas, et a été soutenu par William Henry Seward, le secrétaire d'État avec enthousiasme expansionniste du président Andrew Johnson.

La Russie voulait vendre son territoire d'Alaska, qui était éloigné, peu peuplé et difficile à défendre, aux États-Unis plutôt que de risquer de le perdre au combat avec un rival comme la Grande-Bretagne. Les négociations entre Seward (1801-1872) et le ministre russe aux États-Unis, Eduard de Stoeckl, ont commencé en mars 1867. Cependant, le public américain a estimé que la terre était stérile et sans valeur et a surnommé l'achat "Seward's
Folly" et "Andrew Johnson's Polar Bear Garden", entre autres noms péjoratifs. Une certaine animosité envers le projet peut avoir été un sous-produit de la propre impopularité du président Johnson. En tant que 17e président des États-Unis, Johnson a lutté avec les républicains radicaux au Congrès sur les politiques de reconstruction suite Guerre civile. Il a été destitué en 1868 et acquitté plus tard par une seule voix. Néanmoins, le Congrès a finalement ratifié l'accord de l'Alaska.

L'opinion publique sur l'achat est devenue plus favorable lorsque de l'or a été découvert dans un affluent de la rivière Klondike en Alaska en 1896, déclenchant une ruée vers l'or. L'Alaska est devenu le 49e État le 3 janvier 1959 et est maintenant reconnu pour ses vastes ressources naturelles. Aujourd'hui, 25 pour cent du pétrole américain et plus de 50 pour cent de ses fruits de mer proviennent d'Alaska. C'est également le plus grand État en superficie, environ un cinquième de la taille des 48 États inférieurs combinés, bien qu'il reste peu peuplé.


Contenu

Des familles paléolithiques se sont installées dans le nord-ouest de l'Amérique du Nord avant 10 000 av. L'Alaska est devenu peuplé par les Inuits et une variété de groupes amérindiens. Aujourd'hui, les premiers habitants de l'Alaska sont divisés en plusieurs groupes principaux : les Indiens de la côte sud-est (les Tlingit, les Haïda et les Tsimshian), les Athabascans, les Aleut et les deux groupes d'Esquimaux, les Inupiat et les Yup'ik. [2]

Les migrants côtiers d'Asie étaient probablement la première vague d'humains à traverser le pont terrestre de Béring dans l'ouest de l'Alaska, et bon nombre d'entre eux se sont d'abord installés à l'intérieur de ce qui est maintenant le Canada. Les Tlingit étaient les plus nombreux de ce groupe, revendiquant la majeure partie de l'enclave côtière au moment du contact avec les Européens et sont les plus septentrionaux du groupe des cultures avancées de la côte nord-ouest du Pacifique, réputée pour ses systèmes artistiques et politiques complexes et les cérémonies et les lois système connu sous le nom de potlatch. La partie sud de l'île du Prince-de-Galles a été colonisée par les Haïdas fuyant la persécution par d'autres Haïdas des îles de la Reine-Charlotte (qui sont maintenant appelées Haida Gwaii et font partie de la Colombie-Britannique). Les Aléoutes ont colonisé les îles de la chaîne des Aléoutiennes il y a environ 10 000 ans.

Les pratiques culturelles et de subsistance variaient considérablement parmi les groupes autochtones, qui étaient répartis sur de vastes distances géographiques.

Début de la colonisation russe Modifier

Les expéditions d'exploration russes ont atteint l'Alaska au début du XVIIIe siècle, et les commerçants coloniaux (en particulier les commerçants de fourrures) ont suivi. Sur certaines îles et certaines parties de la péninsule d'Alaska, des groupes de commerçants russes se sont révélés capables de coexister relativement pacifiquement avec les habitants locaux. D'autres groupes n'ont pas pu gérer les tensions et ont perpétré des exactions. Des otages ont été pris, des individus ont été réduits en esclavage, des familles ont été divisées et d'autres individus ont été contraints de quitter leurs villages et de s'installer ailleurs. De plus, au cours des deux premières générations de contact avec les Russes, quatre-vingts pour cent de la population aléoute sont morts de maladies de l'Ancien Monde, contre lesquelles ils n'avaient aucune immunité. [3]

En 1784, Grigory Ivanovich Shelikhov est arrivé dans la baie des Trois Saints sur l'île de Kodiak, exploitant la compagnie de traite des fourrures Shelikhov-Golikov. [4] Shelikhov et ses hommes ont tué des centaines de Koniag indigènes, puis ont fondé le premier règlement russe permanent en Alaska - sur la Baie des Trois Saints de l'île. En 1788, Shelikhov et d'autres avaient établi un certain nombre de colonies russes sur une vaste région, y compris les zones continentales autour de Cook Inlet.

Les Russes avaient pris le contrôle des habitats des loutres de mer les plus précieuses, les loutres de mer de Kourilie-Kamtchatkan et des Aléoutiennes. Leur fourrure était plus épaisse, plus brillante et plus noire que celle des loutres de mer sur la côte nord-ouest du Pacifique et en Californie. Les Russes n'avancèrent donc vers le sud le long de la côte du Pacifique qu'après l'épuisement des variétés supérieures de loutres de mer, vers 1788. L'entrée russe sur la côte nord-ouest fut cependant lente, en raison d'une pénurie de navires et de marins. Les Russes ont atteint la baie de Yakutat en 1794 et y ont construit la colonie de Slavorossiya en 1795. James Shields, un employé britannique de la Golikov-Shelikov Company, a reconnu la côte jusqu'aux îles de la Reine-Charlotte. En 1795, Alexander Baranov, embauché en 1790 pour gérer l'entreprise de fourrures de Chelikhov, a navigué dans la baie de Sitka et l'a réclamée pour la Russie. Les parties de chasse sont arrivées dans les années suivantes, et en 1800, les trois quarts des peaux de loutres de mer de l'Amérique russe provenaient de la région du détroit de Sitka. En juillet 1799, Baranov revint [ citation requise ] sur le brick Orel et établi le règlement de Arkhangelsk. Détruite par les Tlingits en 1802 mais reconstruite à proximité en 1804, elle devient Novo-Arkhangelsk (russe : Новоархангельск , allumé. 'Nouvel Archange'). Elle est rapidement devenue la principale colonie et la capitale coloniale de l'Amérique russe. (Après l'achat de l'Alaska par les États-Unis en 1867, Novoarkhangelsk a été rebaptisé [ Par qui? ] Sitka et devint la première capitale du territoire de l'Alaska. [5] )

Activité missionnaire Modifier

Les commerçants de fourrures russes ont introduit de manière informelle l'église orthodoxe russe (avec ses rituels et ses textes sacrés traduits en aléoute à un stade très précoce) dans les années 1740-1780. Au cours de sa colonisation de la baie des Trois Saints en 1784, Shelikov a introduit les premiers missionnaires et ecclésiastiques résidents. Cette activité missionnaire se poursuivra jusqu'au XIXe siècle, devenant finalement la trace la plus visible [ citation requise ] de la période coloniale russe dans l'Alaska actuel.

Revendications espagnoles Modifier

Les revendications espagnoles sur la région de l'Alaska dataient de la bulle papale de 1493, mais n'ont jamais impliqué de colonisation, de forts ou de colonies. Au lieu de cela, Madrid a envoyé diverses expéditions navales pour explorer la région et la revendiquer pour l'Espagne. En 1775, Bruno de Hezeta dirigea une expédition le Sonora, sous Bodega y Quadra, a finalement atteint la latitude 58° nord, est entré dans le détroit de Sitka et a officiellement revendiqué la région pour l'Espagne. L'expédition de 1779 d'Ignacio de Arteaga et de Bodega y Quadra atteignit Port Etches sur l'île Hinchinbrook et entra dans le détroit du Prince William. Ils ont atteint une latitude de 61° nord, le point le plus septentrional atteint par l'Espagne.

La crise de Nootka de 1789 a presque mené à une guerre entre la Grande-Bretagne et l'Espagne : la Grande-Bretagne a rejeté les revendications espagnoles sur les terres de la Colombie-Britannique et l'Espagne a saisi certains navires britanniques. La crise a été résolue à Madrid par les conventions de Nootka de 1790-1794, qui prévoyaient que les commerçants britanniques et espagnols pouvaient opérer sur la côte nord-ouest, que les navires britanniques capturés seraient rendus et qu'une indemnité serait versée. Cela a marqué une victoire pour la Grande-Bretagne et l'Espagne s'est effectivement retirée du Pacifique Nord. [7] Il a transféré ses revendications dans la région aux États-Unis dans le traité Adams-Onís de 1819. Aujourd'hui, l'héritage espagnol de l'Alaska ne dure que quelques noms de lieux, parmi lesquels le glacier Malaspina et les villes de Valdez et Cordova .

Présence de la Grande-Bretagne Modifier

Les colonies britanniques à l'époque en Alaska se composaient de quelques avant-postes commerciaux dispersés, la plupart des colons arrivant par mer. Le capitaine James Cook, à mi-chemin de son troisième et dernier voyage d'exploration en 1778, a navigué le long de la côte ouest de l'Amérique du Nord à bord du HMS Résolution, de la Californie alors espagnole jusqu'au détroit de Béring. Pendant le voyage, il découvrit ce qui devint connu sous le nom de Cook Inlet (nommé en l'honneur de Cook en 1794 par George Vancouver, qui avait servi sous son commandement) dans les eaux de l'Alaska. Le détroit de Béring s'est avéré infranchissable, bien que le Résolution et son compagnon HMS Découverte fait plusieurs tentatives pour le traverser. Les navires britanniques quittèrent le détroit pour retourner à Hawaï en 1779.

L'expédition de Cook a incité les Britanniques à augmenter leurs navigations le long de la côte nord-ouest (côte nord-est du Pacifique), dans le sillage des Espagnols. Des postes basés en Alaska appartenant à la Compagnie de la Baie d'Hudson exploités à Fort Yukon, sur le fleuve Yukon, à Fort Durham (alias Fort Taku) à l'embouchure de la rivière Taku, et à Fort Stikine, près de l'embouchure de la rivière Stikine (associé à Wrangell au début du XIXe siècle).

Règlement russe ultérieur et Compagnie russo-américaine (1799-1867) Modifier

En 1799, le gendre de Chelikhov, Nikolay Petrovich Rezanov, acquiert le monopole du commerce des fourrures américaines du tsar Paul Ier et fonde la Compagnie russo-américaine. Dans le cadre de l'accord, le tsar s'attendait à ce que la société établisse de nouvelles colonies en Alaska et mette en œuvre un programme de colonisation élargi.

En 1804, Alexander Baranov, maintenant directeur de la Compagnie russo-américaine, avait consolidé l'emprise de la compagnie sur le commerce des fourrures américain après sa victoire sur le clan local Tlingit à la bataille de Sitka. Malgré ces efforts, les Russes n'ont jamais complètement colonisé l'Alaska. Le monopole russe sur le commerce est également affaibli par la Compagnie de la Baie d'Hudson, qui établit un poste à la lisière sud de l'Amérique russe en 1833.

En 1818, la gestion de la société russo-américaine a été confiée à la marine impériale russe et l'Ukase de 1821 a interdit aux étrangers de participer à l'économie de l'Alaska. Il entra bientôt dans la Convention anglo-russe de 1825 qui autorisait les marchands britanniques à commercer en Alaska. La Convention a également réglé la majeure partie de la frontière entre l'Alaska et l'Amérique du Nord britannique.

Le traité russo-américain de 1824, qui interdisait les marchands américains au-dessus de 54° 40' de latitude nord, a été largement ignoré et l'emprise des Russes sur l'Alaska s'est encore affaiblie.

Au plus fort de l'Amérique russe, la population russe atteignait 700.

Bien que le milieu du XIXe siècle n'ait pas été un bon moment pour les Russes en Alaska, les conditions se sont améliorées pour les autochtones côtiers de l'Alaska qui avaient survécu au contact. Les Tlingits n'ont jamais été conquis et ont continué à faire la guerre aux Russes dans les années 1850. Les Aléoutes, bien que confrontés à une diminution de la population dans les années 1840, ont finalement rebondi.

Achat en Alaska Modifier

Les difficultés financières en Russie, les faibles bénéfices du commerce avec les colonies de l'Alaska et le désir important de garder l'Alaska hors des mains des Britanniques ont tous contribué à la volonté de la Russie de vendre ses possessions en Amérique du Nord. À l'instigation du secrétaire d'État américain William Seward, le Sénat américain a approuvé l'achat de l'Alaska à la Russie pour 7,2 millions de dollars américains le 1er août 1867 (équivalent à environ 133 millions de dollars en 2020). Cet achat était populairement connu aux États-Unis sous le nom de "Seward's Folly", "Seward's Icebox" ou "Andrew Johnson's Polar Bear Garden", et était impopulaire parmi certaines personnes à l'époque. La découverte ultérieure d'or et de pétrole montrerait que cela en valait la peine. Les chercheurs se demandent si l'achat de l'Alaska était financièrement rentable pour le Trésor fédéral lui-même, en dehors de ses avantages pour les Alaskiens et les entreprises, ainsi que pour la défense nationale. [8] [ meilleure source nécessaire ]

Le département de l'Alaska (1867-1884) Modifier

Le drapeau des États-Unis a été hissé le 18 octobre 1867, maintenant appelé Alaska Day, et la région est passée du calendrier julien au calendrier grégorien. Par conséquent, pour les résidents, le vendredi 6 octobre 1867 a été suivi du vendredi 18 octobre 1867 — deux vendredis de suite en raison du décalage de 12 jours dans le calendrier moins un jour pour le décalage de la ligne de date. [9]

À l'époque du département, de 1867 à 1884, l'Alaska était sous la juridiction de l'armée américaine (jusqu'en 1877), du département du Trésor des États-Unis de 1877 à 1879 et de la marine américaine de 1879 à 1884. Administration civile de l'Alaska a commencé en 1877 sous le Département du Trésor des États-Unis. Un receveur des douanes a été nommé par le président des États-Unis. Le collectionneur était le plus haut fonctionnaire du gouvernement des États-Unis en Alaska et de facto gouverneur. Henry C. DeAhna, un ancien officier de l'armée de l'Union et Mottrom D. Ball, un ancien officier de l'armée confédérée, ont été les premiers individus à servir en tant que percepteur des douanes.

Lorsque l'Alaska a été acheté pour la première fois, la plupart de ses terres sont restées inexplorées. En 1865, Western Union posa une ligne télégraphique à travers l'Alaska jusqu'au détroit de Béring où elle se connecterait, sous l'eau, à une ligne asiatique. Il a également mené les premières études scientifiques de la région et produit la première carte de l'ensemble du fleuve Yukon. L'Alaska Commercial Company et l'armée ont également contribué à l'exploration croissante de l'Alaska au cours des dernières décennies du XIXe siècle, en construisant des postes de traite le long des nombreuses rivières de l'intérieur.

District d'Alaska (1884-1912) Modifier

En 1884, la région a été organisée et le nom a été changé du département de l'Alaska au district de l'Alaska. À l'époque, les législateurs de Washington, DC, étaient préoccupés par les problèmes de reconstruction post-guerre civile et avaient peu de temps à consacrer à l'Alaska. En 1896, la découverte d'or dans le territoire du Yukon, au Canada voisin, a amené plusieurs milliers de mineurs et de nouveaux colons en Alaska, et a très rapidement mis fin à la dépression économique de quatre ans du pays. Même s'il n'était pas certain que de l'or se trouverait également en Alaska, l'Alaska en a grandement profité, car il s'agissait de la route de transport la plus facile vers les champs aurifères du Yukon. De nombreuses villes nouvelles, comme Skagway, en Alaska, doivent leur existence à une ruée vers l'or au Canada. Soapy Smith, un homme de confiance qui dirigeait le plus grand empire criminel de l'Alaska à l'époque de la ruée vers l'or, a été abattu par des justiciers lors du célèbre Shootout sur Juneau Wharf. Il est connu comme "le hors-la-loi de l'Alaska".

En 1899, de l'or a été trouvé en Alaska même à Nome, et plusieurs villes ont ensuite commencé à être construites, telles que Fairbanks et Ruby. En 1902, le chemin de fer de l'Alaska a commencé à être construit, qui relierait Seward à Fairbanks en 1914, bien que l'Alaska n'ait toujours pas de chemin de fer le reliant aux 48 États inférieurs aujourd'hui. Pourtant, une route terrestre a été construite, réduisant de plusieurs jours les temps de transport vers les États contigus. Les industries de l'extraction du cuivre, de la pêche et de la mise en conserve ont commencé à devenir populaires au début du XXe siècle, avec 10 conserveries dans certaines grandes villes.

En 1903, un différend frontalier avec le Canada a finalement été résolu.

Au tournant du 20e siècle, la pêche commerciale prenait pied dans les îles Aléoutiennes. Des usines de conditionnement de morue salée et de hareng et des conserveries de saumon ont été ouvertes. Une autre occupation commerciale, la chasse à la baleine, s'est poursuivie sans égard pour la chasse excessive. Ils ont poussé les baleines boréales au bord de l'extinction pour le pétrole dans leurs tissus. Les Aléoutes ont rapidement souffert de graves problèmes en raison de l'épuisement des otaries à fourrure et des loutres de mer dont ils avaient besoin pour survivre. En plus d'avoir besoin de la chair pour se nourrir, ils utilisaient également les peaux pour couvrir leurs bateaux, sans lesquels ils ne pouvaient pas chasser. Les Américains se sont également étendus à l'intérieur et à l'Arctique de l'Alaska, exploitant les animaux à fourrure, les poissons et d'autres gibiers dont dépendaient les autochtones.

Territoire de l'Alaska (1912-1959) Modifier

Lorsque le Congrès a adopté le Deuxième loi organique en 1912, l'Alaska a été réorganisé et rebaptisé Territoire de l'Alaska. [10] En 1916, sa population était d'environ 58 000 habitants. James Wickersham, un délégué au Congrès, a présenté le premier projet de loi sur l'État de l'Alaska, mais il a échoué en raison de la petite population et du manque d'intérêt des Alaskiens. Même la visite du président Warren G. Harding en 1923 n'a pas pu susciter un intérêt généralisé pour un État. Aux termes de la deuxième loi organique, l'Alaska avait été divisé en quatre divisions. La plus peuplée des divisions, dont la capitale était Juneau, se demandait si elle pouvait devenir un État distinct des trois autres. Le contrôle du gouvernement était une préoccupation majeure, le territoire étant régi par 52 agences fédérales.

Puis, en 1920, le Jones Act exigeait que les navires battant pavillon américain soient construits aux États-Unis, appartenant à des citoyens américains et documentés en vertu des lois des États-Unis. Toutes les marchandises entrant ou sortant de l'Alaska devaient être transportées par des transporteurs américains et expédiées à Seattle avant d'être expédiées, rendant l'Alaska dépendante de Washington. La Cour suprême des États-Unis a statué que la disposition de la Constitution disant qu'un État ne devrait pas avoir d'emprise sur le commerce d'un autre ne s'appliquait pas parce que l'Alaska n'était qu'un territoire. Les prix pratiqués par les entreprises de transport maritime de Seattle ont commencé à augmenter pour profiter de la situation. Cette situation a créé une atmosphère d'inimitié parmi les Alaskiens qui ont vu la richesse générée par leur travail couler entre les mains des entreprises de Seattle.

En juillet 1923, Warren Harding est devenu le premier président en exercice à se rendre en Alaska dans le cadre de son "Voyage de compréhension" du nord-ouest du Pacifique. Harding est arrivé en bateau depuis Seattle et a fait neuf arrêts dans le territoire en train qui allait de Seward à Fairbanks. Le 15 juillet Harding a conduit dans un crampon de chemin de fer doré à Nenana. Le wagon dans lequel il a roulé se trouve maintenant dans le parc Pioneer de Fairbanks. [11]

La dépression a fait baisser les prix du poisson et du cuivre, qui étaient vitaux pour l'économie de l'Alaska à l'époque. Les salaires ont été baissés et les effectifs ont diminué de plus de la moitié. En 1935, le président Franklin D. Roosevelt pensait que les Américains des zones agricoles pourraient être transférés dans la vallée de Matanuska-Susitna en Alaska pour une nouvelle chance d'autosuffisance agricole. Les colons venaient en grande partie d'États du nord, tels que le Michigan, le Wisconsin et le Minnesota, convaincus que seuls ceux qui avaient grandi dans des climats similaires à celui de l'Alaska pouvaient y vivre la vie des colons. La United Congo Improvement Association a demandé au président d'installer 400 agriculteurs afro-américains en Alaska, affirmant que le territoire offrirait tous les droits politiques, mais les préjugés raciaux et la conviction que seuls ceux des États du nord feraient des colons appropriés ont fait échouer la proposition.

L'exploration et la colonisation de l'Alaska n'auraient pas été possibles sans le développement de l'avion, qui a permis l'afflux de colons à l'intérieur de l'État et le transport rapide des personnes et des fournitures partout. Cependant, en raison des conditions météorologiques défavorables de l'État et du ratio élevé de pilotes par population, plus de 1700 sites d'épaves d'avions sont dispersés dans tout son domaine. De nombreuses épaves trouvent également leur origine dans le renforcement militaire de l'État pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide.

Seconde Guerre mondiale Modifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux des îles Aléoutiennes extérieures, Attu et Kiska, ont été envahies et occupées par les troupes japonaises. Ils étaient les seules parties des États-Unis continentaux à être envahis et occupés par une nation ennemie pendant la guerre. Leur rétablissement est devenu une question de fierté nationale.

Le 3 juin 1942, les Japonais lancèrent une attaque aérienne sur Dutch Harbor, une base navale américaine sur l'île d'Unalaska, mais furent repoussés par les forces américaines. [12] Quelques jours plus tard, les Japonais ont débarqué sur les îles de Kiska et Attu, où ils ont submergé les villageois d'Attu. Les villageois ont été emmenés au Japon, où ils ont été internés pour le reste de la guerre. Les aléoutes des villages des Pribilofs et des Aléoutiennes ont été évacués par les États-Unis vers le sud-est de l'Alaska. Beaucoup ont souffert pendant leurs deux années d'internement là-bas, et le gouvernement fédéral, chargé de leurs soins, a fourni des soins de santé, de la nourriture et un abri inadéquats. [13]

Attu a été reconquis en mai 1943 après deux semaines de combats intenses et 3 929 victimes américaines : [14] 549 tués, 1148 blessés et 1 200 blessures graves dues au froid, 614 à la maladie et 318 morts de causes diverses, [15] Les États-Unis ont alors tourné leur attention à l'autre île occupée, Kiska. De juin à août, une multitude de bombes ont été larguées sur la petite île, bien que les Japonais se soient finalement échappés via des navires de transport. Après la guerre, les autochtones Attuans qui avaient survécu à leur internement ont été réinstallés à Atka par le gouvernement fédéral, qui considérait leurs villages d'origine trop éloignés pour être défendus.

En 1942, la route militaire Alaska-Canada a été achevée, en partie pour former une route d'approvisionnement terrestre vers l'Union soviétique de l'autre côté du détroit de Béring. [16] Courant de Great Falls, Montana, à Fairbanks, la route était le premier lien stable entre l'Alaska et le reste de l'Amérique. La construction de bases militaires, comme la base d'Adak, a contribué à la croissance démographique de certaines villes d'Alaska. Le mouillage a presque doublé de taille, passant de 4 200 personnes en 1940 à 8 000 en 1945.

État Modifier

Au tournant du 20e siècle, un mouvement en faveur de l'État de l'Alaska a commencé, mais dans les 48 États contigus, les législateurs craignaient que la population de l'Alaska soit trop clairsemée, distante et isolée, et que son économie soit trop instable pour que cela en vaille la peine. en plus des États-Unis. [17] La ​​Seconde Guerre mondiale et l'invasion japonaise ont souligné l'importance stratégique de l'Alaska, et la question du statut d'État a été prise plus au sérieux, mais c'est la découverte de pétrole à Swanson River sur la péninsule de Kenai qui a dissipé l'image de l'Alaska comme un pays faible et dépendant. Région. President Dwight D. Eisenhower signed the Alaska Statehood Act into United States law on July 4, 1958, [18] which paved the way for Alaska's admission into the Union on January 3, 1959. Juneau, the territorial capital, continued as state capital, and William A. Egan was sworn in as the first governor.

Alaska does not have counties, unlike every other American state except Louisiana. (Louisiana has parishes). Instead, it is divided into 16 boroughs and one "unorganized borough" made up of all land not within any borough. Boroughs have organized area-wide governments, but within the unorganized borough, where there is no such government, services are provided by the state. The unorganized borough is divided into artificially-created census areas by the United States Census Bureau for statistical purposes only. [ neutrality is disputed]

Pioneering conditions in Alaska awoke ingenuity leading to invention of the Alaskan sawmill, an attachment to a chainsaw letting it be used to cut a felled tree into neat parallel-sided planks or boards.

1964 earthquake Edit

On March 27, 1964 the Good Friday earthquake struck South-central Alaska, churning the earth for four minutes with a magnitude of 9.2. The earthquake was one of the most powerful ever recorded and killed 139 people. [19] Most of them were drowned by the tsunamis that tore apart the towns of Valdez and Chenega. Throughout the Prince William Sound region, towns and ports were destroyed and land was uplifted or shoved downward. The uplift destroyed salmon streams, as the fish could no longer jump the various newly created barriers to reach their spawning grounds. Ports at Valdez and Cordova were beyond repair, and the fires destroyed what the mudslides had not. At Valdez, an Alaska Steamship Company ship was lifted by a huge wave over the docks and out to sea, but most hands survived. At Turnagain Arm, off Cook Inlet, the incoming water destroyed trees and caused cabins to sink into the mud. On Kodiak, a tsunami wiped out the villages of Afognak, Old Harbor, and Kaguyak and damaged other communities, while Seward lost its harbor. Despite the extent of the catastrophe, Alaskans rebuilt many of the communities.

North to the Future Edit

"North to the Future" is the official state motto of Alaska, adopted in 1967 for the centennial of the Alaska Purchase. As one of the events leading up to the celebration, the Alaska Centennial Commission sponsored a contest in 1963 to come up with a centennial motto and emblem that would express the unique character of the State of Alaska. They offered a $300.00 (which is about $2000 in 2010 dollars [20] ) prize to the winning entry. 761 entries were received by the Commission. In December 1963, the commission announced that they had selected Juneau journalist Richard Peter's suggestion. He stated that the motto ". is a reminder that beyond the horizon of urban clutter there is a Great Land beneath our flag that can provide a new tomorrow for this century's 'huddled masses yearning to be free'." The motto represents a visionary optimism for a state filled with promise promoting the State of Alaska by advising that the future lies with the next-to-the-last United States star located to the north of the Lower 48.

1968 – present: oil and land politics Edit

Oil discovery, the Alaska Native Claims Settlement Act (ANCSA), and the Trans-Alaska Pipeline Edit

The 1968 discovery of oil on the North Slope's Prudhoe Bay—which would turn out to have the most recoverable oil of any field in the United States—would change Alaska's political landscape for decades.

This discovery catapulted the issue of Native land ownership into the headlines. [21] In the mid-1960s, Alaska Natives from many tribal groups had united in an effort to gain title to lands wrested from them by Europeans, but the government had responded slowly before the Prudhoe Bay discovery. The government finally took action when permitting for a pipeline crossing the state, necessary to get Alaskan oil to market, was stalled pending the settlement of Native land claims.

In 1971, with major petroleum dollars on the line, the Alaska Native Claims Settlement Act was signed into law by Richard Nixon. Under the Act, Natives relinquished aboriginal claims to their lands in exchange for access to 44 million acres (180,000 km²) of land and payment of $963 million. [22] The settlement was divided among regional, urban, and village corporations, which managed their funds with varying degrees of success.

Though a pipeline from the North Slope to the nearest ice-free port, almost 800 miles (1,300 km) to the south, was the only way to get Alaska's oil to market, significant engineering challenges lay ahead. Between the North Slope and Valdez, there were active fault lines, three mountain ranges, miles of unstable, boggy ground underlain with frost, and migration paths of caribou and moose. The Trans-Alaska Pipeline was ultimately completed in 1977 at a total cost of $8 billion.

The pipeline allowed an oil bonanza to take shape. Per capita incomes rose throughout the state, with virtually every community benefiting. State leaders were determined that this boom would not end like the fur and gold booms, in an economic bust as soon as the resource had disappeared. In 1976, the state's constitution was amended to establish the Alaska Permanent Fund, in which a quarter of all mineral lease proceeds is invested. Income from the fund is used to pay annual dividends to all residents who qualify, to increase the fund's principal as a hedge against inflation, and to provide funds for the state legislature. [ citation requise ] Since 1993, the fund has produced more money than the Prudhoe Bay oil fields, whose production is diminishing. In March 2005 [update] , the fund's value was over $30 billion.

Environmentalism, the Exxon Valdez, and ANWR Edit

Oil production was not the only economic value of Alaska's land, however. In the second half of the 20th century, Alaska discovered tourism as an important source of revenue. Tourism became popular after World War II, when military personnel stationed in the region returned home praising its natural splendor. The Alcan Highway, built during the war, and the Alaska Marine Highway System, completed in 1963, made the state more accessible than before. Tourism became increasingly important in Alaska, and today over 1.4 million people visit the state each year.

With tourism more vital to the economy, environmentalism also rose in importance. The Alaska National Interest Lands Conservation Act (ANILCA) of 1980 added 53.7 million acres (217,000 km²) to the National Wildlife Refuge system, parts of 25 rivers to the National Wild and Scenic Rivers system, 3.3 million acres (13,000 km²) to National Forest lands, and 43.6 million acres (176,000 km²) to National Park land. Because of the Act, Alaska now contains two-thirds of all American national parklands. Today, more than half of Alaskan land is owned by the Federal Government.


Statehood and a disclaimer

Eventually, however, the situation improved markedly for Natives.

Alaska finally became a state in 1959, when President Dwight D. Eisenhower signed the Alaska Statehood Act, allotting it 104 million acres of the territory. And in an unprecedented nod to the rights of Alaska’s indigenous populations, the act contained a clause emphasizing that citizens of the new state were declining any right to land subject to Native title – which by itself was a very thorny topic because they claimed the entire territory.

A result of this clause was that in 1971 President Richard Nixon ceded㺬 million acres of federal land, along with $1 billion, to Alaska’s native populations, which numbered around 75,000 at the time. That came after a Land Claims Task Force that I chaired gave the state ideas about how to resolve the issue.

Today Alaska has a population of 740,000, of which 120,000 are Natives.

As the United States celebrates the signing of the Treaty of Cession, we all – Alaskans, Natives and Americans of the lower 48 – should salute Secretary of State William H. Seward, the man who eventually brought democracy and the rule of law to Alaska.


This article was originally published on The Conversation.

William L. Iggiagruk Hensley is a Visiting Distinguished Professor at the University of Alaska Anchorage


Gun laws in Alaska

The U.S. state of Alaska has very permissive gun laws, and very few regulations regarding the sale, possession, and use of firearms and ammunition compared to those in most of the contiguous United States. Alaska was the first state to adopt carry laws modeled after those of Vermont, where no license is required to carry a handgun either openly or concealed. However, permits are still issued to residents, allowing reciprocity with other states [1] and exemption from the Federal Gun Free School Zone Act. [2] The legal stipulation that gun permits are issued but not required is referred to by gun rights advocates as an "Alaska carry," as opposed to a "Vermont carry" (ou "Constitutional carry"), where gun licenses are neither issued nor required. Some city ordinances do not permit concealed carry without a license, but these have been invalidated by the recent [ when? ] state preemption statute. [3]

Alaska prohibits any type of carry in schools, domestic violence shelters, courts, and correctional institutions. Carrying is also prohibited in any place where alcohol is served for on-site consumption, with an exception for restaurants that serve alcohol, as long as one is not consuming alcohol while carrying. When encountering a police officer, a person carrying a concealed weapon is required by law to inform the officer they are carrying, and to cooperate if the officer chooses to temporarily seize the gun for the length of the encounter. The possession of any firearm while intoxicated is illegal. [4]

On July 9, 2010, Governor Sean Parnell signed the Alaska Firearms Freedom Act (HB 186), declaring that certain firearms and accessories are exempt from federal regulation and made it unlawful for any state assets to go toward the enforcement of federal gun laws, an act of de facto nullification. [5] The text can be read here. [6] On September 10, 2013, Governor Parnell signed HB 69, which amended and expanded HB 186. [7] [8] The text can be read here. [9]


Achat de l'Alaska

William H. Seward was a driving force behind the purchase of Alaska from the Russians. Image credit: Everett Collection/Shutterstock

After the Crimean War (1853-1856), the Russian Empire under Emperor Alexander II realized they could not defend Alaska from being conquered in the future by their main rival, the British. Russia did not wish to have the British as their next-door neighbors just across the Bering Sea. Therefore, the Russian government decided to sell Alaska to the US as a means of keeping away the British. Although the sale was discussed in 1857-1858, no deal was reached as the US considered the Civil War a priority at the time.

In the following years, America entered into serious discussions with Russia over the sale of Alaska. The initial negotiations involved, among others, the Russian diplomat Eduard de Stoeckl and John Appleton, then assistant Secretary of State. Following the US victory in the Civil War, Russia and the US re-entered into fresh negotiations. This time, William H. Seward led the negotiations, which began in March 1867. The negotiations were concluded by the signing of a treaty in the early morning of March 30, 1867. The purchase price was set at two cents per acre or $7.2 million. On October 18, 1867, Alaska was officially transferred, with the lowering of the Russian flag and the raising of the American flag.


Last shot: Alaska’s odd role at the end of the Civil War

Americans are being carpet-bombed by stories about Juneteenth, celebrating the day that 155 years ago the final fighters of the Civil War got the memo that the slaves were emancipated. We’ll leave that to the other pundits to discuss, because we’ve got our own Civil War history in Alaska to review.

While Texas was just getting word of the end of the war on this day in 1865, a Confederate war ship was still prosecuting a sponsored piracy campaign and taking down the commerce of the Union whaling industry.

Few in America have heard of Alaska’s unique role in the end of the Civil War.

In June of 1865, the Confederate raiding ship CSS Shenandoah was underway toward St. Lawrence Island, in the Western Bering Sea, where Yankee whaling ships were working.

The war ship was burning and sinking the U.S. whaling fleet in its path after the captain of the Shenandoah had gotten rough coordinates for where the Yankee whalers were working. He took them from a whaling ship in the North Pacific.

By this time in 1865, the Shenandoah had destroyed a number of these American whaling ships — as many as 20.

On June 22, 1865 the Shenandoah fired what is said in some accounts to be “the last shot” of the Civil War, aiming upon Yankee whalers, some 74 days after General Robert E. Lee had surrendered his Confederate forces at the Appomattox courthouse, and nearly two months after Confederate Army had actually ended the war on land.

There are lots of credible sources that say the event occurred on June 28, 1865, and that whaling ships were still being burned and sunk right and left on June 22, but most historians agree on one thing: This was a well-executed mission and it decimated the whaling fleet.

When Commanding Officer Lt. James Iredell Waddell of the Shenandoah learned of the South’s surrender, he made his way south. Some accounts say he didn’t believe the war was over and was heading to the young state of California to shell San Francisco, another commercial center. California had supplied thousands of soldiers for the Union war effort, and troops from California had pushed the Confederate Army out of Arizona and New Mexico in 1862.

On the way south, his ship encountered a British ship that confirmed the war had ended and that if he showed back up in the United States he would be tried and hanged.

By this time, Waddell had a bounty on his head and he decided to sail his teak-hulled war ship on to Liverpool, England, where he surrendered on Nov. 6, 1865.

Waddell’s was the last surrender of the Civil War, and he presided over the lowering of the Confederate flag on his ship while at anchor on the River Mersey.

The ship itself was put in the custody of the British government via a letter that Captain Waddell penned himself and walked up the steps to the Liverpool Town Hall, presenting it to the Mayor of Liverpool.

Les Shenandoah is the only Confederate ship to circumnavigate the globe. Her flag is now in the possession of the American Civil War Museum, which brings it out only occasionally, due to its size.

The Shenandoah’s flag est rarement displayed due to its size (roughly 7 feet x 12 feet).

Les Shenandoah, which was commissioned to destroy the commerce of the North, had spent nearly a year at sea and had captured 38 ships — two thirds of them after the Confederacy had surrendered. Waddell had reportedly taken more than 1,000 Union prisoners.

The history of how the news reached Captain Waddell is conflicted. The Civil War Museum says that raids continued in Alaska, which was in Russian ownership at the time, until August.

After the Civil War ended, the whaling business fell on hard times, as it was no longer essential to the war effort, and with so many of the Union whaling vessels destroyed, America lost footing in the world as a leader in shipping.

And now, 155 years later, Democrats are destroying the monuments to their Confederate war heroes, and, ironically, they are still trying to destroy United States commerce. Also somewhat ironically, Republicans are still trying to respect the confederacy and its history, because it is the history of the nation.

Alaska had a unique role back in the 1860s. It was not American territory, but it soon became part of the United States under the advocacy of abolitionist William Seward, secretary of State for President Abraham Lincoln. Democrats in Alaska are now trying to remove the statue of Seward from in front of the Capitol.

A nation should be able to talk about its Civil War without getting into another one. The important lesson is that we learn from history, so that we don’t repeat it.

Suzanne Downing is editor and publisher of Must Read Alaska and writes a Must Read America column for NewsMax.


Timeline: Notable moments in 40 years of Alaska's history with marijuana

When men and women took their clipboards, pens and paper to the streets in 2013 to begin collecting signatures for yet another Alaska voter initiative to legalize marijuana in the Last Frontier, some were left scratching their heads. How legal is marijuana in Alaska already? they wondered. Well, it's complicated. Over time, a great deal of gray area has developed when it comes to the enforcement of Alaska laws against the green.

The uncertainty has even predated Alaska's statehood. Even the man mostly responsible for the nation's first laws against marijuana was uncertain about where Alaska's laws stood.

During testimony before members of Congress in 1937 on behalf of prohibiting marijuana, a substance "about as harmless as a rattlesnake," Commissioner of Narcotics Henry Anslinger was asked if any of the territories had laws against its use.

"Hawaii has a law. I cannot tell you about Alaska. Puerto Rico does have a law. The only place I am not sure about is Alaska," he said. By the 1960s the nation was deep into drug culture the youth used it as a symbol of social rebellion, and in the midst of a morally diverse war, a sign of protest. Though Alaska was new to the nation, it was no exception to the phenomenon.

By 1970, the administration of President Richard Nixon began fighting back and Congress passed the Comprehensive Drug Abuse Prevention and Control Act. In June of the following year, Nixon declared the war on drugs, saying it was "public enemy No. 1 in the United States." It wouldn't take long for Alaska to start fighting back, with one man leading on the front lines. His case would turn into the biggest marijuana and personal privacy case Alaska had ever seen, setting precedent for decades to come.

Since Colorado and Washington have made headlines recently by legalizing recreational cannabis sales, marijuana has become a hot topic in 2014. But the drug's use and place in society has been hotly debated in courts and among lawmakers for decades, leaving citizens as spectators watching an everlasting ping-pong match.

Regardless of Alaska's history with marijuana, and regardless of what happens in the August election, pot remains illegal under federal law, listed among Schedule I drugs, a group of controlled substances defined as the most dangerous, without any accepted medical utility and with high potential for abuse.

1972 - The fall of 1972 was the start of a long fight for and against marijuana legalization in Alaska thanks to one man, who could be called the grandfather of the Alaska marijuana legalization movement. Irwin Ravin was pulled over for a broken tail light in Anchorage, and was discovered to be in possession of marijuana. A local police officer wrote him a ticket, but Ravin refused to sign it and held the contraband in his hand until he was arrested. Ravin v. State would end up setting legal precedence for decades to come.

1975 - The Alaska Legislature voted for the decriminalization of the long-debated drug. If a person was in possession of one ounce or less in public, or in possession of any amount in the privacy of one's own home, he or she could not be fined more than $100.

1975 - Just over a week after lawmakers decriminalized the personal use of marijuana, the state of Alaska reached a decision in Ravin's case, setting a precedent that would complicate laws against marijuana from then on. The Alaska Supreme Court deemed possession of pot in the privacy of one's home constitutionally protected, despite the fact that Ravin was actually found in possession in his car, not his home.

1982 - The Alaska Legislature decided to let users keep a little more cash in their pockets, and got rid of the $100 fine.

1989 - A campaign to fight the use of marijuana began by circling a statewide petition.

1989 - Alaska State Troopers made a sizeable marijuana bust in Wasilla in December, where Thomas Wyatt, then 45, was found growing 2,006 plants in a residence troopers said was apparently constructed for the purposes of growing cannabis. The month before, troopers had seized 3,000 plants in four different growing operations in the Matanuska Valley.

1990 - In November of 1990 the voter initiative passed, making it illegal to even have or smoke pot in one's own home. If caught with less than eight ounces, a person could spend 90 days in a jail cell and get slapped with $1,000 fine.

1995 - Three Point MacKenzie men were arrested and charged with poaching up to a dozen moose over the course of six months. One of the men was also charged with setting up illegal bear-baiting stations in the woods across the Knik Arm from Anchorage. Troopers said they believed the men intended to trade the bear parts to an undercover investigator in exchange for marijuana.

1996 - Troopers seized 1,465 plants, worth more than $700,000, in a shed next to couple Doug and Heather Gregg's home. Trooper Al Storey said the bust was the largest in recent history.

1998 - The use of marijuana for medical purposes became legal, with 69 percent of voters signing off on a citizens' initiative. Those smoking for their own health and registered in a state database could possess an ounce or up to six plants, of which only three can be budding. Critics say a problem has been that there is no legal way for Alaskans with legal permission to obtain the drug.

1998 - In October, Anchorage police confiscated 1,097 plants during a bust on Birchwood Loop Road, the largest pot bust in Anchorage at that time.

1998 - Also that month, troopers found what they said was the most impressive growing and packaging operation they had ever seen hidden in four secret rooms beneath the garage of an Anchorage Hillside home. Troopers seized 181 plants and indicted seven people.

2000 - Weed was once again on the mind of Alaska residents. An initiative sought to return the laws to pre-1990 status. Measure 5 would have regulated the drug like alcohol, allowed residents over 18 to farm and possess their own supply, and would have granted amnesty to those serving time for marijuana offenses, and purged the criminal records for many others, and would have created an advisory group to study possible restitution. It failed to gain enough support, losing 59.1 percent to 40.9 percent.

2002 - At the Olympic Torch Relay in Juneau, a senior at Juneau-Douglas High School held a sign that said "Bong Hits 4 Jesus." Joseph Frederick's obvious disobedience became the focus of a national debate over the First Amendment.

2004 - Marijuana legalization failed once again in 2004. The campaign pushing Ballot Measure 2 spent more than $850,000 in polling, canvassing, staffing, mailers and print and broadcast advertisements before it failed. A study commissioned by the Alaskans for Rights & Revenues, the group backing the initiative, found that marijuana prohibition costs ranged from $25 million to $30 million annually.

2005 - The killing of Thomas Cody was found to be a drug slaying connected to a multi-million dollar marijuana smuggling operation of "B.C. Bud" from Canada. Nopenone Dennis Shine plead guilty in 2007 to the shooting of Cody, in what was a hostile takeover of the operation. The group was smuggling 900 pounds of product into the state every six weeks, U.S. Attorney Frank Russo said. The bust dismantled one of the largest marijuana smuggling operations in state history.

2006 - Former Alaska Governor Frank Murkowski went head-to-head against the Ravin decision. Murkowski made the possession of one to four ounces of pot a misdemeanor and punishable by up to one year in jail. He argued that the marijuana available by the mid-2000's was much stronger than what Ravin was smoking in the 1970s. The American Civil Liberties Union challenged the new law.

2006 - One of the largest drug busts in Western Alaska occurred when troopers seized 42 pounds of marijuana in Bethel. Francis Cryan, then 57, was found to have marijuana hidden in his checked luggage, as well as in a locked gun safe he had shipped to himself through a cargo carrier. Troopers estimated that the street value in Bethel, nearly four times the price in Anchorage at $1,400 an ounce, was worth around $940,000.

2007 - The 9th U.S. Circuit Court of Appeals ruled that Fairbanks man John Collette, whose marijuana grow operation was disbanded in the early 1990s, did not get proper notice for the goods seized in the bust, including two airplanes, snowmachines and more than $40,000 from bank accounts. Collette's operation was seized in 1993 when authorities raided the home. He fled the country but later returned and pleaded guilty to multiple marijuana manufacturing and distributing charges, serving eight years of an 11-year sentence. After that, he said he spent much of his time working on lawsuits against the government.

2008 - Alaska's Supreme Court began hearing testimony for the State v. ACLU, but -- plot twist -- no decision was made. Privacy rights were to be reexamined when a defendant would actually be prosecuted for a marijuana offense.

2010 - The Iditarod Trail Sled Dog Race began testing competing mushers for drug use. Mushers are tested for a variety of different drugs, marijuana among them. The drug tests occur at White Mountain, the second-to-last checkpoint during the 1,000 mile long race.

2010 - Then-three-time race winner Lance Mackey said in 2010 that he believed the Iditarod decision was aimed at him. Mackey, a throat cancer survivor, had been open about using medical marijuana on the trail. Officials said the idea had been discussed over the years, but executive director of the Iditarod Trail Committee Stan Hooley told the Anchorage Daily News that it would be difficult to deny the allegations and that other mushers had complained about it. "The reality of it is he's won the race three times and people would like to figure out a way to beat him," Hooley said.

2010 - On April 11, Ravin died at age 70 from complications caused by a massive heart attack.

2010 - The ACLU estimates that in 2010 Alaska spent more than $11 million enforcing marijuana laws, and that every 4.32 hours someone in Alaska is arrested for having marijuana. The study used data from the Federal Bureau of Investigation's Uniform Crime Reporting Program and the U.S. Census to document arrest rates, as well as the Bureau of Justice Statistics' Criminal Justice Expenditure and Employment Extracts data from fiscal year 2009. Also included in the analysis were federal and state-level estimates for government expenditures and employment for law enforcement, the courts and department of corrections.

2010 - In July, Alaska State Trooper Kyle S. Young busted a married couple for growing after attesting that he could smell marijuana from the road, hundreds of yards away. Young claimed that he smelled marijuana while off duty and driving in the Meadow Lakes area of Southcentral Alaska. He followed his nose to the house of Trace and Jennifer Thoms and concluded that there were no other nearby structures that could have been the source of the odor. Young later executed a search warrant to search the house's specific address and immediate vicinity, and during that time searched two buildings that were more than a football field's distance from the house, where 400 marijuana plants were seized. Three years later, the Ninth Circuit Court of Appeals would throw out the case, saying that the grow operation discovered during the search lay outside of the scope of the officer's search warrant.

2012 - A pungent smell and claims that Kenny Champ of Houston, Alaska, was illegally dumping raw sewage into a creek near Bench Lake led Alaska State Troopers to investigate Champ's home. When they arrived, the 49-year-old Champ greeted troopers with a sawed-off shotgun and threats that he'd shoot if they didn't leave his property. Next, troopers discovered 1,700 marijuana plants on the property. They also discovered that he had, indeed, been polluting the stream. Champ plead guilty to growing more than 1,000 plants.

2012 - Juneau musher Matt Giblin was sanctioned under the Iditarod's drug testing program and was stripped of his 38th-place finish after testing positive for THC, an active compound in cannabis.

2013 - Petitioners were once again looking for signatures to legalize, tax and regulate marijuana. The Campaign to Regulate Marijuana turned in more than 45,000 signatures in support of the ballot measure in January 2014.

2013 - 20-year-old Nathaniel Harshman was sentenced in January 2013 to five years in federal prison for working on his father Floyd Harshman's marijuana farm -- a 477-plant grow off the Elliott Highway in Interior Alaska -- as a teenager in 2011.

2014 - Lt. Gov. Mead Treadwell approved the voter initiative to legalize, tax and regulate marijuana, to appear on the Aug. 19 ballot.

2014 - In mid-March, the legalization campaign, now dubbed the Campaign to Regulate Marijuana Like Alcohol, received a cash infusion of more than $200,000 dollars to be used for an "aggressive campaign" to build voter outreach, including print, television and radio ads. In the meantime, opposition to the measure has been relatively subdued thus far.



Commentaires:

  1. Inapo

    Quelle belle idée

  2. Grojinn

    Je pense que tu as tort. Je suis sûr. Discutons-en. Envoyez-moi un e-mail en MP.

  3. Dairion

    C'est au-dessus de ma compréhension!

  4. Burney

    Combien de fois une personne doit-elle choisir entre une mésange dans ses mains et une grue planant au-dessus de sa tête. Mais en réalité, il choisit entre les peurs. Il a peur de tout laisser tel quel, si cela ne lui convient pas. Et il a peur de ne pas réaliser ce qu'il espère, mais de perdre la mésange.

  5. Stanton

    Je pense que vous n'avez pas raison.



Écrire un message