Richard Heron Anderson, 1821-1879

Richard Heron Anderson, 1821-1879


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Richard Heron Anderson, 1821-1879

Un général confédéré dont la carrière comprenait le siège de Fort Sumner, toutes les batailles importantes en Virginie, les invasions du nord de Robert E. Lee et la retraite finale à Appomattox Court House, passant au commandement temporaire du corps de Longstreet au cours de nombreuses batailles clés de 1864. Natif de la Caroline du Sud, Richard Anderson est entré à West Point en 1838, obtenant son diplôme en 1842 dans la même classe que James Longstreet et DH Hill (bien qu'il n'ait obtenu qu'un 40e, cela le place toujours bien au-dessus de Longstreet !). De West Point, il entra dans les Dragoons, servant avec eux dans l'ouest et dans la guerre du Mexique.

Lorsque la Caroline du Sud fit sécession, Anderson démissionna de l'armée américaine pour devenir colonel de la 1ère infanterie de Caroline du Sud. Son régiment était présent lors du siège de Fort Sumner, qui déclencha la guerre civile. Peu de temps après, le général Beauregard a été promu au commandement de l'armée de Virginie, et Anderson a remplacé son commandant de Charleston, recevant une promotion au grade de brigadier-général le 19 juillet 1861. De Charleston, Anderson a été envoyé à Pensacola, où Braxton Bragg tentait de capturer Fort Pickens, toujours aux mains de l'Union. Cet effort s'est soldé par un échec en raison de la campagne de George B. McClellan sur la péninsule de 1862. Les troupes autour de Pensacola ont été convoquées en Virginie, où chaque homme de rechange était nécessaire pour s'opposer à l'énorme armée de l'Union de McClellan.

Anderson a été nommé pour commander une brigade dans la division de Longstreet à Yorktown. Cette brigade faisait partie de l'arrière-garde engagée à Williamsburg, où Anderson commandait l'aile gauche de la division Longstreet. Au cours de la contre-attaque confédérée à Seven Pines, Anderson avait le commandement de deux brigades. Il a ensuite été félicité pour sa bravoure dans le rapport de Longstreet sur la bataille.

Après les batailles des sept jours, Anderson est promu major-général (14 juillet 1862) et reçoit le commandement d'une division. Cette division faisait partie de la force restante pour défendre Richmond lorsque Robert E. Lee s'est déplacé vers le nord pour attaquer l'armée de Virginie de Pope lors de la campagne qui s'est terminée à Second Bull Run. Lorsqu'il devint clair que l'armée du Potomac quittait la péninsule, la division Anderson fut appelée vers le nord, arrivant à temps pour participer le deuxième jour de la bataille, rejoignant l'attaque réussie de Longstreet.

À présent, Anderson était chargé de missions indépendantes. Lee était maintenant déterminé à envahir le nord, estimant que c'était le seul moyen pour les confédérés de gagner leur indépendance. Peu de temps après avoir traversé le nord, Lee a décidé de capturer Harper's Ferry. La division Anderson faisait partie de la force détachée de l'armée principale pour y parvenir. Il a en outre été détaché pour garder Crampton's Gap, où il a pu empêcher l'armée de l'Union de se frayer un chemin à temps pour soulager Harper's Ferry.

Les circonstances se sont combinées pour réduire le rôle d'Anderson dans ses deux prochaines batailles. Sa division a joué un rôle important à Antietam, mais Anderson lui-même a été grièvement blessé peu de temps après avoir atteint le champ de bataille depuis Harper's Ferry. Il se rétablit avant la fin de 1862, retournant dans son unité à temps pour prendre part à la bataille de Fredericksburg, mais sa division était postée à l'extrême gauche de la ligne et fut à peine attaquée pendant la bataille, ne subissant que 89 pertes.

Il a eu plus de chance de se distinguer à Chancellorsville. En l'absence de Longstreet, la division Anderson était sous le commandement direct de Lee. Sa contribution la plus importante a eu lieu vers la fin de la bataille, lorsqu'une contre-attaque de l'Union menée par le général Sedgwick a failli changer le résultat de la bataille. La division d'Anderson (avec McLaws) a mené la réponse confédérée, forçant Sedgwick à battre en retraite sur la rivière Rappahannock.

Après la bataille, Anderson a été félicité dans le rapport de Lee et même mentionné comme un possible commandant de corps. Lorsque Lee réorganisa son armée en trois corps, la division Anderson fut transférée du corps de Longstreet à celui d'A.P. Hill. Malgré ce transfert, à Gettysburg, la division Anderson s'est d'abord battue pour soutenir l'attaque de Longstreet le deuxième jour. Il a également apporté son soutien à la division de Pickett lors de leur célèbre charge du troisième jour.

Au début de la campagne Overland du général Grant en 1864, Anderson était encore commandant de division. Cependant, Longstreet est grièvement blessé lors de la bataille de Wilderness et, le 6 mai, Anderson est choisi pour prendre temporairement le commandement de son corps, le gardant jusqu'au retour de Longstreet en octobre. Le lendemain, Anderson prouva que Lee avait eu raison de lui faire confiance. L'une des caractéristiques les plus frappantes d'Anderson en tant que commandant était sa vitesse. Le 7 mai, Grant avait commencé à se diriger vers Spotsylvania. S'il pouvait atteindre cette position avant que Lee ne puisse le bloquer, alors les hommes de Grant auraient été en bonne position pour foncer dans Richmond avant les confédérés.

Lee a ordonné à Anderson de bloquer ce mouvement et lui a dit de bouger à 3 heures du matin le 8 mai. Cela aurait probablement été trop tard pour arrêter Grant, mais Anderson était prêt à déménager quatre heures plus tôt que prévu et sans attendre de nouvelles commandes, il a pris la décision de déménager dès que possible. En faisant cela, il s'assura que ses hommes seraient à Spotsylvania avant Grant.

Anderson a conservé le commandement du corps de Longstreet tout au long de l'été 1864, commandant à North Anna River et Cold Harbor, ainsi que dans la première partie du siège de Richmond et de Petersburg. Au cours de sa période de commandement, il s'est avéré être un commandant de corps capable mais pas exceptionnel, bien qu'à cette période, l'armée de Virginie du Nord ait été forcée sur la défensive, donnant à Anderson peu de chance de démontrer une plus grande capacité. Il est temporairement promu major-général (31 mai 1864) tout en conservant le commandement du corps, retournant à son propre rang lorsque Longstreet revient en octobre 1864.

Pendant la retraite à Appomattox Court House Anderson a eu la malchance de prendre part à ce qui était en fait la bataille finale de l'armée de Virginie du Nord. À Saylor's Creek (6 avril 1865), Anderson et Ewell sont isolés par les forces de l'Union. Ewell a été forcé de se rendre. Alors que la plupart des hommes d'Anderson se sont échappés, Anderson lui-même a été capturé, ne manquant la reddition finale que de trois jours.

Après la guerre, Anderson retourna au service de la Caroline du Sud, d'abord avec le South Carolina Railroad (de nombreux commandants confédérés vaincus ont trouvé des emplois dans les chemins de fer dans le sud après la guerre), puis comme inspecteur d'État des phosphates. Il mourut en 1879. Sa carrière en temps de guerre avait duré presque toute la durée de la guerre civile, souvent dans une position d'ancienneté. C'était un commandant de division très compétent, mais seulement un commandant de corps compétent, et par conséquent, il est probablement moins connu qu'il ne le mérite. À Spotsylvania, ses actions rapides pourraient bien avoir sauvé toute la position confédérée en Virginie pendant près d'un an.


Général Richard Heron Anderson

Confédéré Général Richard Heron Anderson faisait partie de l'armée de Lee de Virginie du Nord et a participé à chacune de ses grandes batailles.

Anderson est né dans le comté de Sumter, en Caroline du Sud, le 7 octobre 1821, et était membre de la prodigieuse classe de West Point de 1842, qui comprenait les futurs généraux confédérés D. H. Hill, Lafayette McLaws, Earl Van Dorn et James Longstreet. Anderson a servi dans la guerre du Mexique sous le commandement du général Winfield Scott et a été breveté premier lieutenant pour sa conduite. Après la guerre, Anderson sert à la frontière et fait partie de l'expédition du colonel Albert Sidney Johnston dans l'Utah. Anderson était stationné dans le territoire du Nebraska lorsqu'il apprit la sécession de la Caroline du Sud et démissionna rapidement de sa commission pour offrir ses services à la Confédération.

Anderson a d'abord servi sous P. G. T. Beauregard à Charleston et était présent pendant la crise de Fort Sumter et le tir des premiers coups de feu de la guerre. Lorsque Beauregard prend en charge les forces confédérées à Manassas, en Virginie, Anderson est promu brigadier général et prend le commandement de Charleston.

Au début de 1862, Anderson fut transféré à Richmond, où il commanda une brigade sous Longstreet pendant la campagne de la péninsule. Anderson a aidé à exécuter la retraite confédérée de Yorktown, a poursuivi les forces de l'Union à Williamsburg et a participé à l'attaque ratée de Fair Oaks.

Après que Robert E. Lee eut reçu le commandement des forces confédérées sur la péninsule et réorganisé et rebaptisé Army of Northern Virginia, Anderson assuma un rôle de premier plan. Après avoir été promu au grade de major général, Anderson a participé à la destruction d'un autre de ses camarades de classe de West Point, John Pope, à Second Manassas. Anderson est blessé au début de la bataille d'Antietam, mais revient à temps pour commander l'extrême gauche de la ligne confédérée à Fredericksburg, qui est assez éloignée de l'action principale. À Gettysburg, les hommes d'Anderson renvoyèrent les troupes de l'Union de Sickles vers Cemetery Ridge le deuxième jour de la bataille et faillirent couper l'armée de l'Union en deux.

L'année suivante, en 1864, Anderson prit le grade de lieutenant général lorsque Longstreet fut blessé à la bataille de Wilderness et commanda le corps d'Old Pete en son absence. Anderson a combattu à Spotsylvania et Cold Harbor, mais lorsque Longstreet est revenu au service en octobre, Anderson a été placé aux commandes d'un segment des défenses de Richmond.

Après la chute de Petersburg, Anderson a guidé la droite de la retraite. La majeure partie de son commandement a été anéantie lors de la bataille de Sayler's Creek le 6 avril 1865, et bien qu'il se soit lui-même échappé pour rejoindre l'armée, Anderson s'est retrouvé sans commandement adapté à son rang, et a été relevé et autorisé à rentrer chez lui le jour avant la reddition à Appomattox.

La période d'après-guerre fut particulièrement dure envers Anderson, et il mourut dans la quasi- pauvreté le 26 juin 1879 à Beaufort, en Caroline du Sud.


Anderson est né dans les High Hills de Santee à Borough House Plantation (Hill Crest), près de la ville de Stateburg située dans le comté de Sumter, en Caroline du Sud. Il était le fils du Dr William Wallace Anderson et de sa femme, Mary Jane Mackensie, [2] et le petit-fils du héros de la guerre d'Indépendance américaine et homonyme Richard Anderson.

Anderson est diplômé 40e sur 56 cadets de l'Académie militaire des États-Unis en juillet 1842 et a été breveté sous-lieutenant dans le 1st U.S. Dragoons. [3] Il a servi l'école de cavalerie pour s'entraîner à la caserne de l'armée américaine à Carlisle, en Pennsylvanie, en 1842. Anderson a passé 1843 en service frontalier dans l'ouest américain, servant d'abord à Little Rock, Arkansas, puis en service de garnison à Forts Gibson et Washita, tous deux situés sur le territoire indien. Son régiment escorta l'agent des Indiens des États-Unis jusqu'à la rivière Rouge en 1843, puis retourna à Fort Washita, où il resta jusqu'en 1844. Anderson fut promu sous-lieutenant le 16 juillet 1844 et servit à Fort Jesup, en Louisiane, de 1844 à 1845. Son régiment a ensuite rejoint l'expédition pour l'occupation militaire du Texas en 1845, et Anderson était en service de recrutement en 1846. [4]

Dans la guerre américano-mexicaine, Anderson a pris part au siège de Veracruz en mars 1847, puis à une escarmouche près de La Hoya le 9 juin. Il a participé à la bataille de Contreras le 19 août, à l'escarmouche près de San Agustin Altapulco le lendemain, et la bataille de Molino del Rey le 8 septembre. Pour bravoure pendant les combats près de San Agustin, il a été breveté au grade de premier lieutenant le 17 août. 12-14. [4]

Après le Mexique, Anderson a été promu premier lieutenant dans le 2nd US Dragoons le 13 juillet 1848, était à nouveau en service de recrutement en 1849. Il est retourné à la caserne Carlisle de 1849 à 1850, puis recrutait une fois de plus jusqu'en 1852. Ensuite est venu service de frontière dans plusieurs installations du Texas, notamment à Fort Graham de 1852 à 1853, à Fort McKavett de 1853 à 1854, à San Antonio en 1854 et à Fort McKavett en 1855. [4] Il est promu capitaine le 3 mars 1855 , [3] et était stationné à Fort Riley, Kansas, de 1855 à 1856. Anderson servait encore au Kansas pendant les troubles frontaliers de 1856 et 1857, puis recrutait ainsi que son dernier passage à la caserne Carlisle en 1858. Il a participé à la guerre de l'Utah de 1858 et 1859, et était de service à Fort Kearny, Nebraska, de 1859 à 1861. [4]

Anderson a choisi de suivre son état d'origine et la cause confédérée, et il a démissionné de l'armée américaine (accepté le 3 mars 1861) pour entrer au service de l'armée confédérée. Anderson a accepté une commission en tant que colonel du 1er Réguliers de Caroline du Sud à partir du 28 janvier. [3] Il a reçu le commandement de la zone portuaire de Charleston après la capture de Fort Sumter en avril. [5] Il a été promu général de brigade le 19 juillet et transféré à Pensacola, en Floride, où il a été blessé au coude gauche lors de la bataille de l'île de Santa Rosa le 9 octobre. [3]

Après avoir récupéré, Anderson a rejoint l'armée confédérée du Potomac en février 1862 (qui a été absorbée dans l'armée de Virginie du Nord plus tard au printemps) en tant que commandant de brigade. Anderson s'est distingué pendant la campagne de la péninsule, assumant temporairement le commandement de la division à Seven Pines lorsque Longstreet servait en tant que commandant d'escadre. À Seven Pines, il a obtenu le sobriquet « Fighting Dick », [6] [note 1] et a été promu major général le 14 juillet et a reçu le commandement de l'ancienne division du général Benjamin Huger. [3] Dans le cadre du corps de Longstreet, Anderson a combattu au Second Bull Run. Sa division engagea la dernière ligne défensive de l'Union autour de Henry House Hill, mais le soleil commençait à se coucher et il n'appuya pas sur l'attaque.

Pendant la campagne du Maryland, la brigade du général Cadmus Wilcox a été ajoutée au commandement d'Anderson. À la bataille d'Antietam en septembre 1862, il commandait la route en contrebas, ou « Bloody Lane », au centre de la défense confédérée. Il a été blessé à la cuisse et a quitté la bataille. Son brigadier principal Roger A. Pryor a pris le commandement. Après le départ d'Anderson, sa division a commencé à faiblir et a finalement succombé aux attaques de flanc de l'Union qui les ont mis en déroute de leur position. À la bataille de Fredericksburg en décembre, sa division n'était pas fortement engagée.

Au cours de la bataille de Chancellorsville en mai 1863, alors qu'il opérait loin du commandement de Longstreet (parce que Longstreet était en service détaché près de Suffolk, en Virginie, à l'époque), Anderson a poussé l'Union à gauche tandis que le lieutenant-général Thomas J. "Stonewall" Jackson a attaqué la droite. Anderson et le major-général Lafayette McLaws ont quitté la ligne de bataille principale le 3 mai et ont frappé vers l'est pour contrôler l'avance du VI Corps du major-général de l'Union John Sedgwick qui aurait mené à l'arrière du général Robert E. Lee. Après la mort de Stonewall Jackson le 10 mai, Lee réorganise son armée de deux en trois corps. Anderson a été suffisamment admiré par Lee pour être considéré comme commandant de corps, mais à la place, sa division a été affectée au nouveau troisième corps, commandé par le lieutenant-général A.P. Hill, qui surclassait Anderson et était l'un des généraux les plus anciens de l'armée. Après la réorganisation, Anderson a conservé la plupart de son commandement existant, à l'exception du brigadier. La brigade du général Lewis Armistead, qui a été réaffectée à la division de George Pickett.

Gettysburg Modifier

Lors de la bataille de Gettysburg en juillet 1863, la division d'Anderson était la troisième en marche en approchant de la ville par l'ouest le 1er juillet, ils sont donc arrivés en retard et ont peu participé au début de la bataille.

Le 2 juillet, le deuxième jour de la bataille, la division Anderson a attaqué près du centre de l'Union, à la suite des attaques de Longstreet (les divisions des majors John B. Hood et McLaws) à sa droite. La droite d'Anderson a réussi à attaquer Union Brig. Le général Andrew A. Humphreys's III Corps division le long de la route Emmitsburg. Son centre, dirigé par Ambrose R. Wright, a pénétré la crête du cimetière légèrement défendue. Carnot Posey a bougé avec hésitation et William Mahone n'a pas du tout bougé de Seminary Ridge. Les renforts de l'Union se sont précipités pour contrer Wright et il a été repoussé. Anderson a été critiqué pour son commandement au cours de cette journée de bataille. Il avait peu de contrôle effectif sur ses brigades. [ citation requise ] Le 3 juillet, les brigades d'Anderson ont participé aux dernières minutes de la charge de Pickett, mais les deux ont été repoussées.

Wilderness et Spotsylvania Modifier

Au printemps de 1864, lors de la bataille de la nature, Longstreet est grièvement blessé et Anderson prend le commandement du premier corps, le menant tout au long de la campagne terrestre. Après le Wilderness, il s'est bien battu au palais de justice de la bataille de Spotsylvania. Anderson et son corps ont exécuté une marche forcée toute la nuit le 7 mai qui a sécurisé cette position importante (renforçant la cavalerie confédérée envoyée plus tôt là-bas), et est arrivé juste avant les soldats de l'Union. Atteindre et défendre cet endroit a empêché les fédéraux de contourner l'armée de Lee vers Richmond, et Anderson l'a tenu pendant de violents combats du 8 au 12 mai.

Anderson a ensuite combattu à la bataille de Cold Harbor début juin et a participé au reste des opérations de l'armée de Virginie du Nord au sud de Petersburg, en Virginie, de la mi-juin à octobre. [5] Anderson a été promu lieutenant général temporaire le 31 mai. [8]

Lorsque Longstreet revint de sa convalescence le 19 octobre 1864, Lee créa le nouveau Quatrième Corps, qu'Anderson mena pendant le siège de Petersburg et la retraite vers Appomattox Court House en 1865. En raison de plusieurs attaques de la cavalerie fédérale mordant son corps, Anderson a été obligé de ralentir et même de s'arrêter de temps en temps et de repousser les attaques. Cela a provoqué l'isolement des confédérés du reste de l'armée de Lee vers l'ouest, et ils étaient maintenant l'arrière-garde de l'armée. Le corps s'est finalement arrêté et a combattu à Sayler's Creek le 6 avril qui s'est terminé par une déroute, et comme Lee en a été témoin, il s'est exclamé « L'armée a-t-elle été dissoute ? » [9] Alors que les survivants du corps se reformaient et rejoignaient l'armée, ce qui restait du quatrième corps fut fusionné avec le deuxième corps le 8 avril. [10] cela laissa Anderson sans commandement et il rentra chez lui en Caroline du Sud. Anderson prend le commandement de la brigade de cavalerie de M. H. Hannon après que Hannon a été blessé à Monroe's Crossroads. Anderson a été gracié le 27 septembre 1865, bien qu'il n'y ait aucune trace de sa libération conditionnelle. [3]

Après la guerre, Anderson était planteur à Stateburg de 1866 à 1868, essayant de cultiver du coton. N'ayant aucune formation agricole, cet effort s'est soldé par une faillite. Il est ensuite devenu un ouvrier et plus tard un agent du South Carolina Railroad, travaillant à Camden de 1868 à 1878. Cependant, Anderson a été licencié de ce poste et a ensuite servi comme inspecteur/agent des phosphates de l'État de Caroline du Sud en 1879. [11 ]

Anderson a été marié deux fois. En 1850, il épousa Sarah Gibson et le couple eut deux enfants ensemble, un fils et une fille après sa mort, il épousa Martha Mellette le 24 décembre 1874. [12] Cinq ans plus tard, Anderson mourut à l'âge de 57 ans à Beaufort, dans le Sud Carolina, et y est enterré dans le cimetière du cimetière de l'église épiscopale Sainte-Hélène. [2]


Général Richard Heron Anderson

Confédéré Général Richard Heron Anderson faisait partie de l'armée de Lee de Virginie du Nord et a participé à chacune de ses grandes batailles.

Anderson est né dans le comté de Sumter, en Caroline du Sud, le 7 octobre 1821, et était membre de la prodigieuse classe de West Point de 1842, qui comprenait les futurs généraux confédérés D. H. Hill, Lafayette McLaws, Earl Van Dorn et James Longstreet. Anderson a servi dans la guerre du Mexique sous le commandement du général Winfield Scott et a été breveté premier lieutenant pour sa conduite. Après la guerre, Anderson sert à la frontière et fait partie de l'expédition du colonel Albert Sidney Johnston dans l'Utah. Anderson était stationné dans le territoire du Nebraska lorsqu'il apprit la sécession de la Caroline du Sud et démissionna rapidement de sa commission pour offrir ses services à la Confédération.

Anderson a d'abord servi sous P. G. T. Beauregard à Charleston et était présent pendant la crise de Fort Sumter et le tir des premiers coups de feu de la guerre. Lorsque Beauregard prend en charge les forces confédérées à Manassas, en Virginie, Anderson est promu brigadier général et prend le commandement de Charleston.

Au début de 1862, Anderson fut transféré à Richmond, où il commanda une brigade sous Longstreet pendant la campagne de la péninsule. Anderson a aidé à exécuter la retraite confédérée de Yorktown, a poursuivi les forces de l'Union à Williamsburg et a participé à l'attaque ratée de Fair Oaks.

Après que Robert E. Lee eut reçu le commandement des forces confédérées sur la péninsule et réorganisé et rebaptisé Army of Northern Virginia, Anderson assuma un rôle de premier plan. Après avoir été promu au grade de major général, Anderson a participé à la destruction d'un autre de ses camarades de classe de West Point, John Pope, à Second Manassas. Anderson est blessé au début de la bataille d'Antietam, mais revient à temps pour commander l'extrême gauche de la ligne confédérée à Fredericksburg, qui est assez éloignée de l'action principale. À Gettysburg, les hommes d'Anderson renvoyèrent les troupes de l'Union de Sickles vers Cemetery Ridge le deuxième jour de la bataille et faillirent couper l'armée de l'Union en deux.

L'année suivante, en 1864, Anderson prit le grade de lieutenant général lorsque Longstreet fut blessé à la bataille de Wilderness et commanda le corps d'Old Pete en son absence. Anderson a combattu à Spotsylvania et Cold Harbor, mais lorsque Longstreet est revenu au service en octobre, Anderson a été placé aux commandes d'un segment des défenses de Richmond.

Après la chute de Petersburg, Anderson a guidé la droite de la retraite. La majeure partie de son commandement a été anéantie lors de la bataille de Sayler's Creek le 6 avril 1865, et bien qu'il se soit lui-même échappé pour rejoindre l'armée, Anderson s'est retrouvé sans commandement adapté à son rang, et a été relevé et autorisé à rentrer chez lui le jour avant la reddition à Appomattox.

La période d'après-guerre fut particulièrement dure envers Anderson, et il mourut dans la quasi- pauvreté le 26 juin 1879 à Beaufort, en Caroline du Sud.


Richard Héron Anderson

Né à Stateburg, comté de Sumter, Caroline du Sud : 7 octobre 1821
Diplômé de West Point : 1842
Servi avec distinction dans la guerre du Mexique : 1846-1848
A servi à l'école de cavalerie de Carlisle, en Pennsylvanie. et épouse Sarah Gibson : 1850
Avec la sécession de la Caroline du Sud, il a suivi son état d'origine
et devint colonel du 1er régiment d'infanterie SC et commanda le
défense du port de Charleston : 1861
Promu au grade de brigadier. Gen. et transféré en Floride où il a été
blessés dans les combats de l'île Santa Rosa : 1861
Plus tard transféré en Virginie et s'est distingué comme un
commandant de brigade pendant la campagne de la péninsule : 1862
Ici, il a obtenu le sobriquet
"Combattre la bite"
Il a servi dans toutes les grandes campagnes de l'Armée du Nord
Virginia progresse en grade pour commander un corps. Il s'est fait remarquer
contributions au 2e Manassas, Sharpsburg, où il a de nouveau été
blessés, Chancellorsville, Spotsylvania et Cold Harbor.
Après la guerre, il est retourné dans son pays d'origine et a été nommé
Agent de phosphate d'État. Il est décédé à Beaufort, Caroline du Sud, le 25 juin 1879.

Érigé par les fils d'anciens combattants confédérés, Camp 47, Beaufort, SC.

Les sujets. Ce marqueur historique est répertorié dans ces listes de sujets : guerre, guerre américano-mexicaine et de taureaux, guerre civile américaine. Une date historique importante pour cette entrée est le 7 octobre 1821.

32° 26,046′ N, 80° 40,458′ W. Marker se trouve à Beaufort, en Caroline du Sud, dans le comté de Beaufort. Marker peut être atteint de Newcastle Street au nord de North Street, sur la gauche lorsque vous voyagez vers le nord. Marker est situé dans le cimetière entourant l'église Sainte-Hélène. Touchez pour la carte. Le marqueur se trouve à ou près de cette adresse postale : 507 Newcastle Street, Beaufort SC 29902, États-Unis d'Amérique. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 8 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. Colonel John Barnwell (à quelques pas de cette borne) Église épiscopale Sainte-Hélène (à distance de cri de cette borne) Église Sainte-Hélène (à distance de cri de cette borne) Première église presbytérienne (à environ 400 pieds, mesuré en ligne directe ) L'église baptiste de Beaufort (à environ 400 pieds) un marqueur différent également appelé église baptiste de Beaufort (à environ 500 pieds) Site de l'ancienne maison de réunion baptiste (à environ 150 mètres) Salle de la Grande Armée de la République (à environ 500 pieds une façon). Touchez pour une liste et une carte de tous les marqueurs à Beaufort.


Église Sainte-Hélène

(Marqueur avant):
Cette paroisse épiscopale a été établie par une loi de l'Assemblée du 7 juin 1712. Le premier recteur connu, William Guy, a dirigé les premiers services religieux dans les maisons des colons. La paroisse a beaucoup souffert lors de l'attaque des Indiens Yemassee en 1715 et a construit le bâtiment actuel en 1724 (agrandi en 1817 et 1842) et a reçu l'argent de la communion en 1734 par John Bull, un capitaine de la milice. Selon la tradition locale, le

(Marqueur inversé):
L'église a été utilisée par les Britanniques pour établer les chevaux pendant la Révolution et comme hôpital pendant la guerre de Sécession. En 1823, le Dr Joseph R. Walker devint recteur, au service de 55 ans, période au cours de laquelle au moins 25 paroissiens entrèrent dans le ministère. Parmi les personnes enterrées dans le cimetière se trouvent 2 officiers britanniques, 3 généraux américains et 17 ministres de l'Évangile. La maison paroissiale de 1962 sert la communauté pour diverses fonctions.

Érigé en 1992 par la Beaufort County Historical Society et le Preservation Trust pour l'église épiscopale historique de Sainte-Hélène. (Numéro de marqueur 7-22.)

Thèmes et séries. Ce marqueur historique est répertorié dans ces listes de sujets : Cimetières et lieux de sépulture & Bull Churches & Religion & Bull War, US Civil

& Bull War, Révolutionnaire américain. De plus, il est inclus dans la liste des séries de la Caroline du Sud, Beaufort County Historical Society. Une date historique importante pour cette entrée est le 7 juin 1951.

Emplacement. 32° 26,042′ N, 80° 40,507′ W. Marker se trouve à Beaufort, en Caroline du Sud, dans le comté de Beaufort. Marker se trouve sur la rue Church au sud de la rue King lorsque vous voyagez vers le sud. Touchez pour la carte. Le marqueur se trouve à cette adresse postale ou à proximité : 501 Church Street, Beaufort SC 29902, États-Unis d'Amérique. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 10 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. Église épiscopale de Sainte-Hélène (à une distance de cri de ce marqueur) Colonel John Barnwell (à une distance de cris de ce marqueur) Richard Heron Anderson (à une distance de cri de ce marqueur) First Presbyterian Church (à environ 300 pieds, mesuré en ligne directe) Maxcy - Maison Rhett / "Maison de la Sécession" (à environ 150 mètres) Salle de la Grande Armée de la République (à environ 200 mètres) L'église baptiste de Beaufort (à environ 700 mètres) un autre marqueur également appelé Église baptiste de Beaufort (à environ 700 mètres) à quelques mètres) Site de l'Old Baptist Meeting House (à environ 700 mètres) Tabernacle Baptist Church (à environ 0,2 km). Touchez pour une liste et une carte de tous les marqueurs à Beaufort.

Concernant l'église Sainte-Hélène. L'église fait partie du quartier historique de Beaufort.

1. Église paroissiale de Sainte-Hélène, YouTube. Nichée au cœur du quartier historique de Beaufort, Caroline du Sud, l'église paroissiale de Sainte-Hélène est un incontournable pour tous ceux qui visitent la région. (Soumis le 26 juin 2012, par Brian Scott d'Anderson, Caroline du Sud.)

2. Sainte-Hélène 1712. La Chambre d'Assemblée des Communes, sous la direction des Lords Propriétaires de Caroline, a établi Sainte-Hélène en 1712 en tant que paroisse coloniale de l'Église d'Angleterre. (Soumis le 26 juin 2012, par Brian Scott d'Anderson, Caroline du Sud.)

3. Église épiscopale Sainte-Hélène. Nichée dans les limites d'un mur de briques bas entourant cette église et ce cimetière historiques, l'église épiscopale de Sainte-Hélène a été témoin de certaines des histoires les plus fascinantes de Beaufort. (Soumis le 26 juin 2012, par Brian Scott d'Anderson, Caroline du Sud.)

4. Guerre de Yamasee. La guerre de Yamasee (également orthographiée guerre de Yemassee) (1715 & 82111717) était un conflit entre les colons britanniques de la Caroline du Sud coloniale et diverses tribus amérindiennes, notamment les Yamasee, Muscogee, Cherokee, Chickasaw, Catawba, Apalachee, Apalachicola, Yuchi, Savannah River Shawnee, Congaree, Waxhaw, Pee Dee, Cape Fear, Cheraw et autres. (Soumis le 26 juin 2012, par Brian Scott d'Anderson, Caroline du Sud.)

5. Quartier historique de Beaufort. Beaufort est important pour son rôle de centre majeur de la culture des plantations d'avant-guerre en Caroline du Sud, sa contribution


D. Portraits de Caroliniens de renom

Les portraits de Caroliniens connus sont classés par ordre alphabétique.

Cette image est une gracieuseté de la bibliothèque de Caroline du Sud.

Né à Charleston en 1806, William Aiken (1806-1887) fréquenta la Hurlburt School et le South Carolina College. Après avoir reçu un héritage de son père, il est devenu un planteur de riz prospère.

Wyatt Aiken (1863-1923) était le fils de David Wyatt Aiken, un agriculteur prospère d'Abbeville qui dirigeait les Patrons of Husbandry de Caroline du Sud (la Grange), une organisation qui donnait le pouvoir politique et a.

Sarah Campbell Allan (1860-1933) a été la première femme médecin en Caroline du Sud. Un cours pré-med offert au South Carolina College for Women in Columbia (plus tard Chicora College - voir Chicora College.

Né en 1801 à Brookgreen Plantation, dans la paroisse All Saints près de Georgetown, Robert F.W. Allston (1801-1864) a fréquenté l'école préparatoire et l'Académie militaire de West Point, dont il a obtenu son diplôme en 1821. Il.

Né dans une plantation sur la rivière Waccamaw, près de Georgetown, Washington Allston (1779-1843) a fréquenté une école préparatoire à Newport, Rhode Island, où il s'est d'abord intéressé à l'art. Après.

Le colonel William Alston (1756-1839) était membre de la brigade de Francis Marion pendant la Révolution américaine et a participé à la défense de Georgetown. Il était un éleveur de chevaux respecté et a.

Mme William Alston (Mary Brewton Motte) (1769-1838) était la seconde épouse du colonel Alston (voir le colonel William Alston), et lui donna six enfants après leur mariage en 1791. Elle et sa mère, la.

Connu sous le nom de « Fighting Dick », Richard Heron Anderson (1821-1879) était le plus important carolinien du Sud dans l'armée confédérée, bien qu'il ait été relevé de son commandement et n'était pas présent lorsque Lee.

Né près de Louisville, Kentucky, Robert Anderson (1805-1871) est diplômé de West Point en 1825 et a reçu une commission de l'armée américaine. Lorsque la sécession de la Caroline du Sud est devenue imminente, il a été envoyé à.

John James Audubon (1785-1851), un ornithologue américain, a passé près de quatre décennies à dessiner, publier et promouvoir un catalogue monumental des oiseaux d'Amérique, son "Les oiseaux d'Amérique".


Service de guerre civile

Anderson a choisi de suivre son état d'origine et la cause confédérée, et il a démissionné de l'armée américaine (accepté le 3 mars 1861) pour entrer au service de l'armée confédérée. Anderson a accepté une commission en tant que colonel du 1er Régiment d'Infanterie de Caroline du Sud à partir du 28 janvier. [3] Il a reçu le commandement de la zone portuaire de Charleston après la capture de Fort Sumter en avril. [5] Il a été promu général de brigade le 19 juillet et transféré à Pensacola, en Floride, où il a été blessé au coude gauche lors de la bataille de l'île de Santa Rosa le 9 octobre. [3]

After recovering, Anderson joined the Confederate Army of the Potomac in February 1862 (which was absorbed into the Army of Northern Virginia later in the spring) as a brigade commander. During the Peninsula Campaign, he distinguished himself at the Battle of Williamsburg in May, during the Battle of Seven Pines, and in the Seven Days Battles in June and July. At Glendale, he took temporary command of Maj. Gen. James Longstreet's division. Because of his excellent performance on the Peninsula, he was promoted to major general on July 14, 1862, and was given command of General Benjamin Huger's former division. [3] *As part of Longstreet's corps, Anderson fought at Second Bull Run. His division engaged the final Union defensive line around Henry House Hill, but the sun was starting to go down and he did not press the attack.

During the Maryland Campaign, General Cadmus Wilcox's division was added to Anderson's command. At the Battle of Antietam in September 1862, he was in overall command at the sunken road, or "Bloody Lane", in the center of the Confederate defense. He was wounded in the thigh and left the battle. His senior brigadier Roger A. Pryor took over command. After Anderson's departure, his division began to falter and eventually succumb to Union flank attacks that routed them from their position. At the Battle of Fredericksburg that December, his division was not heavily engaged.

During the Battle of Chancellorsville in May 1863, while operating away from Longstreet's command (because Longstreet was on detached duty near Suffolk, Virginia, at the time), Anderson pressed the Union left while Lt. Gen. Thomas J. "Stonewall" Jackson attacked the right. Anderson and Maj. Gen. Lafayette McLaws left the main battle line on May 3, and struck east to check the advance of Union Maj. Gen. John Sedgwick's VI Corps that would have led into Gen. Robert E. Lee's rear. Following the death of Stonewall Jackson on May 10, Lee reorganized his army from two into three corps. Anderson was admired enough by Lee to be considered for corps command, but instead his division was assigned to the new Third Corps, commanded by now Lt. Gen A.P. Hill, who outranked Anderson and was one of the senior-most generals in the army. After reorganizing, Anderson retained most of his existing command except for Brig. Gen Lewis Armistead's brigade, which was reassigned to George Pickett's division.

Gettysburg

At the Battle of Gettysburg in July 1863, Anderson's division was third in line of march approaching the town from the west on July 1, so they arrived late and had little involvement in the start of the battle.

On July 2, the second day of battle, Anderson's division attacked near the Union center, following on from attacks by Longstreet (the divisions of Maj. Gens. John B. Hood and McLaws) to his right. Anderson's right was successful attacking Union Brig. Gen. Andrew A. Humphreys's III Corps division along the Emmitsburg Road. His center, under Ambrose R. Wright, penetrated the lightly defended Cemetery Ridge. Carnot Posey moved haltingly and William Mahone did not move from Seminary Ridge at all. Union reinforcements rushed to counter Wright and he was repulsed. Anderson was criticized for his command during this day of battle. He had little effective control of his brigades. [ citation requise ] On July 3, Anderson's brigades under participated in the waning minutes of Pickett's Charge, but both were driven back.

Wilderness and Spotsylvania

During the spring of 1864, at the Battle of the Wilderness, Longstreet was severely wounded and Anderson took command of the First Corps, leading it throughout the Overland Campaign. After the Wilderness he fought well at the Battle of Spotsylvania Court House. Anderson and his corps executed an all-night forced march on May 7 that secured that important position (reinforcing the Confederate cavalry earlier sent there), and arrived just before Union soldiers did. Reaching and defending this spot denied the Federals a way around Lee's army towards Richmond, and Anderson held it during heavy fighting from May 8–12.

Anderson then fought at the Battle of Cold Harbor in early June, and participated in the rest of the Army of Northern Virginia's operations to the south of Petersburg, Virginia, from mid-June until October. [5] Anderson was promoted to temporary lieutenant general on May 31. [6]

When Longstreet returned from his convalescence on October 19, 1864, Lee created the new Fourth Corps, which Anderson led through the Siege of Petersburg and the retreat towards Appomattox Court House in 1865. Because of several attacks by Federal cavalry nipping at his corps, Anderson was forced to slow and even stop from time to time and beat off the attacks. This caused the Confederates to become isolated from the rest of Lee's army moving west, and they were now the army's rear guard. The corps finally halted and fought at Sayler's Creek on April 6 which ended in a rout, and as Lee witnessed it he exclaimed "Has the army been dissolved?" [7] As the corps' survivors reformed and rejoined the army, what was left of the Fourth Corps was merged with the Second Corps on April 8. [8] This left Anderson without a command and he proceeded home to South Carolina. Anderson was pardoned on September 27, 1865, although there is no record of his parole. [3]


Contents

Anderson attended the Military Academy at West Point , which he graduated in 1842 as the 40th of his year with the rank of lieutenant. He then served as the 1st US Dragoons and in the Mexican War , after which he was promoted to first lieutenant. On March 3, 1861, he resigned from the US Army and took over the 1st South Carolina Infantry Regiment as regimental commander .

After taking Fort Sumter , he was given command of the Charleston Harbor. On July 19, 1861 he was promoted to brigadier general and transferred to Pensacola , Florida , where he was wounded in the action at Fort Pickens . After his recovery he fought with his troops on May 5, 1862 in the Battle of Williamsburg , on May 31 and June 1, 1862 in the Battle of Seven Pines and in the Seven Day Battle of June 25 - July 1 1862. Since Williamsburg he took command of the Division , major General James Longstreet . For his services and successes he was promoted to major general on July 14, 1862 and was given command of the second division from Longstreets Corps .

At the Second Battle of Bull Run on August 28 and 30, 1862, he attacked the Union troops , broke through their lines and forced them to evade. Six weeks later, at the Battle of Antietam on September 17, 1862, he was wounded in the thigh. The next battles he participated in were the Battle of Fredericksburg December 11-15, 1862 and the Battle of Chancellorsville May 2-5, 1863. The Battle of Gettysburg July 1-3, 1863 was Anderson's division third on the scrimmage.

The next spring, at the Battle of the Wilderness on May 5-6, 1864, Longstreet was wounded and Anderson took command of the 1st Corps and led it during the overland campaign . He was promoted to lieutenant general on May 31, 1864, and when Longstreet returned recovered in October, Anderson led the newly created IV Corps during the Siege of Petersburg and the Appomattox Campaign , where he surrendered at Appomattox Court House in April 1865 .

After the war, Anderson became a state agent for the phosphate industry in South Carolina. He died in Beaufort in 1879 and was buried in the St. Helena Episcopal Curchyard .


The Parish Church of St. Helena: An Important Part of Beaufort's History

The Commons House of Assembly, under the Lords Proprietors of Carolina, established St. Helena’s in 1712 as a colonial parish of the Church of England. Construction of the church building was delayed by the Yemassee Indian War of 1715. Built of brick, much of which originally was ship’s ballast and smoothed over with stucco, the church has been enlarged several times-in 1769, 1817, and 1842. The original building was repaired and enlarged in 1769. In 1817, the 1769 building was extended to the west. The extension was retained in 1842 when the remainder of the church was demolished to ground level.

The present sidewalls were constructed at that time, and the foundations of the 1769 church were used to support the interior galleries.

Some of the wealthiest and most prominent families in the American South were represented in St. Helena’s Church. Among them were Barnwells, Heywards, Elliotts, Rhetts, Fullers, Graysons, Wiggs, and others. The parish and the town produced many men of mark in politics, scholarship and religion during the Antebellum years.

During the Civil War, when Union forces occupied Beaufort in November 1861, the entire congregation fled. Initially during the occupation, church services were held there, but eventually Federal troops converted the church to a hospital. The church was stripped of its furnishings, marble tombstones were brought in for use as operating tables and the balconies were decked over to make a second floor.

The present altar was given by the officers and carved by the sailors of the U.S.S. New Hampshire stationed in Port Royal Sound during the reconstruction era.

A hurricane on September 29th 1896 destroyed the east end of the church. When the debris was cleared away, the altar remained intact. The east end was subsequently rebuilt in its original form from salvaged bricks. By 1998, the 286-year-old church was badly in need of restoration and repair. The side walls were separating, the mortar crumbling and the roof needed work. The balconies, without pews or kneelers, were unsafe and major work was needed on both ends of the church, with asbestos needing to be removed.

One of the earliest burials in the churchyard was Colonel John Barnwell (1671-1724), better known as “Tuscarora Jack,” a famous Indian fighter and a founder of Beaufort Town in 1711. An early settler of the Carolina colony from Ireland, he won his nickname by successfully leading an expedition to northern Carolina against the Tuscarora Indians in 1711.

Two British officers, killed in the battle of Port Royal at Gray’s Hill during the American Revolution in February 1779, are buried in the churchyard. Recovered from a hasty grave on the battlefield, they were interred by an officer of the American forces, who read the funeral service from the church’s altar prayer book and then reportedly said, “Soldiers and fellow citizens: We have now shown our enemies that we have not only the courage to face and beat them in the field, but that we have the humanity to give their dead a decent and Christian burial.”

Also buried in the church yard are two Confederate generals. Best known is Lieutenant General Richard Heron Anderson (1821-1879). The other is Brigadier General Stephen Elliott, Jr. (1830-1866). A planter and politician, Elliott fought as the captain of the Beaufort Volunteer Artillery during the unsuccessful defense of Port Royal against the Union invasion in November 1861.

The Parish Church of St. Helena celebrated its Tricentennial just a few years ago. The town of Beaufort has grown, fallen, rebuilt and prospered right along side this amazing church for over 300 years. Today, just like in the past, the Parish Church of St. Helena is an important part of the Beaufort community hosting many events each year including its traditional Thanksgiving Dinner for the needy, many concerts, an enormous Bazaar and much more.

Take time to visit and walk the grounds. Covered in moss draped trees, tabby walls and iron gates that line the walkways you will find something new every time you visit.

Go and investigate the who’s who of Beaufort’s past and link them to the massive historic homes and other stories of legend that we so enjoy.

Enjoy some photos from the historic church…

A beautiful organ graces the inside of the Parish Church of St. Helena. Photo by Eric R. Smith Springtime at the Parish Church. Photo by Phil Heim


Voir la vidéo: 018 - The WARSHIP ANNE 1678 by Richard Endsor


Commentaires:

  1. Marden

    Pas dans cette essence.

  2. Vern

    Soyez juste ça))

  3. Zura

    À mon avis, il a tort. Je propose d'en discuter.

  4. Miruts

    Vous n'êtes pas correcte. je suis assuré. Je peux défendre la position.

  5. Igorr

    À droite! Se rend!

  6. Lucas

    Oh, comme j'ai aimé! :)

  7. Baylen

    Informations à jour sur les nouveautés dans la construction et la conception d'intérieur: construction modulaire, conception de chalet et décoration de bureau. Publications sur les nouvelles innovations dans les matériaux originaux, conseils d'experts. Instructions et conseils pour travailler avec des technologies de construction fiables.



Écrire un message