Groupe Schuyler Otis AK-277 - Histoire

Groupe Schuyler Otis AK-277 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Schuyler Otis Bland

(AK-277 : dp. 15 910 ; 1. 454', n. 66' ; dr. 27' ; s. 18,5 k.
cl. Schuyler Otis Bland)

Schuyler Otis Bland a été construit en 1951 par Ingalls Shipbuilding Corp., Pascagoula, Mississippi.

Le Schuyler Otis Bland était un prototype de ce qui devait être une classe de navires, mais les concepteurs de l'Administration maritime ont conçu le type Mariner encore plus moderne après sa construction.

Le 26 juillet 1951, Schuyler Otis Bland a été affecté à American President Lines sous affrètement coque nue. Elle a effectué deux voyages autour du monde pour APL avant d'être transférée à la Waterman Steam Ship Corp. en vertu d'un contrat d'agence générale. Le 25 juillet 1952, le cargo C-3 est entré dans la flotte de réserve de la Défense nationale à Mobile, Ala.

Le service suivant de Schuyler Otis Bland était avec l'American Mail Line, qui l'avait acquise pour remplacer le Washington Mail, qui avait sombré dans une violente tempête du Pacifique Nord. En octobre 1959, après plus de deux ans avec American Mail, elle entre dans la flotte de réserve de la Défense nationale à Olympia, Wash.

Le 4 août 1961, le Schuyler Otis Bland est livré à la Marine et, le 28 août, affecté au service militaire de transport maritime. Le Schuyler Otis Bland a quitté San Francisco le 28 septembre pour transporter des marchandises à Bangkok, Saigon, Manille, Kaohsiung et d'autres ports du Pacifique, commençant plus d'une décennie de service pour répondre aux besoins logistiques militaires dans le monde entier.

Le 1er août 1970, le Military Sea Transportation Service est devenu le Military Sealift Command dans lequel Schuyler Otis Bland continue son service.


Le projet AGILE a couvert un large éventail de sujets liés à la guerre dans diverses conditions présentes en Extrême-Orient, de la surveillance électronique, utilisée pour interdire les convois communistes sur la piste Ho Chi Minh, à la recherche sociologique sur les troupes susceptibles d'être subverties par les rebelles communistes. Il a été divisé en plusieurs sous-projets. Α] Β]

Sous-projet I, II et VIII [ modifier | modifier la source]

Les sous-projets II et VIII ont été fusionnés dans le sous-projet I, et le sous-projet résultant couvrait les armes, l'équipement individuel et les rations. Les armes individuelles comprenaient le fusil d'assaut M16, des fusils de chasse à usage spécial à utiliser comme armes d'insurrection, des lance-flammes et des grenades à fusil. Les armes servies par l'équipage comprenaient des coupoles pour véhicules blindés de transport de troupes, des mitrailleuses à montage quadruple, des canons de calibre .50 à .30, des lance-grenades à tirs multiples, des mortiers légers et le système d'armes Stoner 63. Γ]

Sous-projet III [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet III couvrait la mobilité et la logistique dans les régions éloignées. Des études sur le transport aérien et terrestre, le transport amphibie et maritime, les aéronefs STOL et les pistes d'atterrissage éloignées ont été incluses. Δ]

Sous-projet IV [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet IV couvrait les systèmes de communication. Les aspects techniques et procéduraux des communications radio ont été étudiés, ainsi que les alimentations et les antennes. Ε]

Sous-projet V[modifier | modifier la source]

Le sous-projet V couvrait la surveillance des combats et l'acquisition d'objectifs. Des études de systèmes aéroportés, tels que les systèmes infrarouges, radar, d'amplification de la lumière et de photographie de zone spectrale, d'utilisation de surface tels que la vision nocturne, le radar Doppler personnel, l'éclairage des cibles, les détecteurs de métaux et de cavités, les systèmes de sécurité et de navigation ont été incluses. Ζ]

Sous-projet VI [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet VI couvrait les « projets individuels et spéciaux », qui comprenaient l'utilisation d'herbicides (comme l'agent orange), la guerre psychologique et la recherche et l'équipement médicaux. Η]

Programmes de test OCONUS et CONUS [ modifier | modifier la source]

Une partie du projet AGILE était le sous-projet VI et le PROGRAMME DE TEST DE DÉFOLIATION OCONUS (Outside the CONtinental US) a été parrainé par l'Advanced Research Projects Agency dans le cadre du projet Agile, ARPA Order 423. Mené par le United States Army Biological Center qui a été basé à Fort Detrick, dans le Maryland, un programme d'essai a été mené en Thaïlande en 1964 et 1965 pour déterminer l'efficacité des applications aériennes de violet, d'orange et d'autres agents chimiques candidats dans la défoliation de la végétation de la jungle des hautes terres représentative de l'Asie du Sud-Est. Les données fournies par ces techniques ont été utilisées dans une évaluation comparative des produits chimiques défoliants en fonction du taux, du volume, de la saison d'application, de la pénétration de la canopée et de la réponse de la végétation. ⎖]

Il y a eu des allégations récurrentes selon lesquelles des tests similaires ont été effectués à Okinawa. Temps du Japon et Temps d'Okinawa a publié les récits d'un responsable anonyme affirmant que "le Pentagone avait testé des défoliants dans les jungles du nord de l'île, près des villages de Kunigami et Higashi". Une autre preuve corroborante est qu'en 1962, l'école de contre-insurrection de l'armée américaine en [ Clarification nécessaire ]

Le regretté auteur Sheldon H. Harris dans son livre Les usines de la mort : la guerre biologique japonaise, 1932-1945, et la dissimulation américaine a écrit que des tests sur le terrain pour la rouille du blé et la pyriculariose du riz ont été menés tout au long de 1961 à Okinawa et sur « plusieurs sites du Midwest et du Sud », bien qu'ils fassent probablement partie du projet 112. Harris attribue l'expansion rapide des programmes américains de défoliation à ces premiers succès. ⎚]

Sous-projet VII [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet VII couvrait la planification et la programmation techniques, y compris la recherche sur la morbidité et les pertes, les problèmes environnementaux et diverses études tactiques, à la fois sur les opérations Viet Cong et d'autres cas de guerre asymétrique, tels que les conflits en Algérie et en Amérique latine. ⎛]


اس‌ان‌اس اسکایلر اوتیس بلاند (تی‌ای‌کی-۲۷۷)

اس‌ان‌اس اسکایلر اوتیس بلاند (تی‌ای‌کی-۲۷۷) (به انگلیسی: USNS Schuyler Otis Bland (T-AK-277) ) یک کشتی بود که طول آن 478 ft. 145,70 m hors tout 454 ft. 137,20 m longueur à la flottaison en charge بود.

اس‌ان‌اس اسکایلر اوتیس بلاند (تی‌ای‌کی-۲۷۷)
??
الک
اندازی: ۹ مه ۱۹۵۰
از ار: ژانویه ۱۹۵۱
ات اصلی
ایش: 561 000 pieds cubes
: 10 500 tonnes légères 15 910 tonnes chargées
ازا: 478 ft. 145,70 m hors tout 454 ft. 137,20 m de longueur à la flottaison en charge
ا: 66 pieds
: 27 pieds
: 18,5 nœuds.

ا مقالهٔ ا ایق است. انید ا ا کنید.


Service dans la guerre froide et la guerre du Vietnam [ modifier | modifier la source]

En mai 1962, l'école de contre-insurrection des forces spéciales de l'armée qui a été déplacée du Vietnam a ouvert ses portes à Okinawa. Α] Selon Army Field Manual FM 31-15, "Opérations contre les forces irrégulières", mai 1961,

Le terrain et les dispositions et tactiques des forces de guérilla offrent d'excellentes opportunités pour l'emploi d'agents chimiques et biologiques et d'agents anti-émeutes. Les opérations contre les forces irrégulières devraient évaluer la faisabilité des opérations chimiques et biologiques pour aider à l'accomplissement de la mission. » Β]

Le regretté auteur Sheldon H. Harris dans son livre "Factory of Death: Japanese Biological Warfare, 1932-1945, and the American Cover Up" a écrit :

Le programme de test, [cela pourrait faire partie du projet AGILE ou du projet OCONUS] qui a commencé à l'automne 1962 et qui a été financé au moins jusqu'à l'exercice 1963, a été considéré par le Chemical Corps comme « un ambitieux ». Les tests ont été conçus pour couvrir « non seulement les essais en mer, mais également les tests environnementaux arctiques et tropicaux ». Les tests, vraisemblablement, ont été menés sur ce que les agents de recherche ont désigné, mais n'ont pas nommé, « sites satellites ». Ces sites étaient situés à la fois dans la zone continentale des États-Unis et dans des pays étrangers. Les tests effectués là-bas visaient à la fois la réaction humaine, animale et végétale à la guerre biologique. On sait que des tests ont été effectués au Caire, en Égypte, au Libéria, en Corée du Sud et dans la province satellite d'Okinawa au Japon en 1961 ou avant. (Harris, 2002) Γ]

Sheldon H. Harris a continué

Le projet de recherche anti-récolte d'Okinawa peut donner un aperçu des projets plus vastes parrainés par le projet 112. Des experts de BW à Okinawa et « sur plusieurs sites du Midwest et du sud : » ont mené en 1961 des « tests sur le terrain » pour la rouille du blé et la pyriculariose du riz. Ces tests ont rencontré un « succès partiel » dans la collecte de données et ont donc conduit à une augmentation significative des dollars de recherche au cours de l'exercice 1962 pour mener des recherches supplémentaires dans ces domaines. L'argent a été consacré en grande partie à l'élaboration de « conseils techniques sur la conduite des activités de défoliation et de lutte contre les cultures en Asie du Sud-Est ». À la fin de l'exercice 1962, le Chemical Corps avait loué ou négociait des contrats pour plus d'un millier de défoliants chimiques. Les tests d'Okinawa ont manifestement été fructueux. (Harris, 2002) Γ]


Le projet AGILE a couvert un large éventail de sujets liés à la guerre dans diverses conditions présentes en Extrême-Orient, de la surveillance électronique, utilisée pour interdire les convois communistes sur la piste Ho Chi Minh, à la recherche sociologique sur les troupes susceptibles d'être subverties par les rebelles communistes. Il a été divisé en plusieurs sous-projets. Α] Β]

Sous-projet I, II et VIII [ modifier | modifier la source]

Les sous-projets II et VIII ont été fusionnés dans le sous-projet I, et le sous-projet résultant couvrait les armes, l'équipement individuel et les rations. Les armes individuelles comprenaient le fusil d'assaut M16, les fusils de chasse à usage spécial utilisés comme armes d'insurrection, les lance-flammes et les grenades à fusil. Les armes servies par l'équipage comprenaient des coupoles pour véhicules blindés de transport de troupes, des mitrailleuses à montage quadruple, des canons de calibre .50 à .30, des lance-grenades à plusieurs coups, des mortiers légers et le système d'armes Stoner 63. Γ]

Sous-projet III [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet III couvrait la mobilité et la logistique dans les régions éloignées. Des études sur le transport aérien et terrestre, le transport amphibie et maritime, les aéronefs STOL et les pistes d'atterrissage éloignées ont été incluses. Δ]

Sous-projet IV [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet IV couvrait les systèmes de communication. Les aspects techniques et procéduraux des communications radio ont été étudiés, ainsi que les alimentations et les antennes. Ε]

Sous-projet V[modifier | modifier la source]

Le sous-projet V couvrait la surveillance des combats et l'acquisition d'objectifs. Étaient incluses des études de systèmes aéroportés, tels que les systèmes infrarouges, radar, d'amplification de la lumière et d'utilisation de surface de photographie de zone spectrale tels que la vision nocturne, le radar Doppler personnel, l'éclairage des cibles, les détecteurs de métaux et de cavités et les systèmes de navigation. Ζ]

Sous-projet VI [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet VI couvrait les « projets individuels et spéciaux », qui comprenaient l'utilisation d'herbicides (comme l'agent orange), la guerre psychologique et la recherche et l'équipement médicaux. Η]

Sous-projet VII [ modifier | modifier la source]

Le sous-projet VII couvrait la planification et la programmation techniques, y compris la recherche sur la morbidité et les pertes, les problèmes environnementaux et diverses études tactiques, à la fois sur les opérations Viet Cong et d'autres cas de guerre asymétrique, tels que les conflits en Algérie et en Amérique latine. ⎖]

Programmes de test OCONUS et CONUS [ modifier | modifier la source]

Une partie du projet AGILE était le sous-projet VI et le PROGRAMME DE TEST DE DÉFOLIATION OCONUS (Outside the CONtinental US) a été parrainé par l'Advanced Research Projects Agency dans le cadre du projet Agile, ARPA Order 423. Mené par le United States Army Biological Center qui a été basé à Fort Detrick, dans le Maryland, un programme d'essai a été mené en Thaïlande en 1964 et 1965 pour déterminer l'efficacité des applications aériennes de violet, d'orange et d'autres agents chimiques candidats dans la défoliation de la végétation de la jungle des hautes terres représentative de l'Asie du Sud-Est. Les données fournies par ces techniques ont été utilisées dans une évaluation comparative des produits chimiques défoliants en fonction du taux, du volume, de la saison d'application, de la pénétration de la canopée et de la réponse de la végétation. ⎗]

En 1962, l'école de contre-insurrection de l'armée américaine au Vietnam déménage à Okinawa. L'USNS Schuyler Otis Bland (T-AK-277) était connu pour avoir apporté des « produits agricoles » hautement classifiés sous garde armée en Asie du Sud-Est, à Okinawa et au Panama. Le journal de bord du navire a été trouvé par Michelle Gatz et montre que le navire transportait une cargaison classée qui a été déchargée sous garde armée à White Beach, un port de la marine américaine sur la côte est d'Okinawa, le 25 avril 1962. au départ d'Okinawa au printemps 1962, le Bland a navigué jusqu'à la zone du canal de Panama où, selon le gouvernement panaméen, les États-Unis ont testé des herbicides au début des années 1960. ⎘]

Le regretté auteur Sheldon H. Harris dans son livre "Factory of Death: Japanese Biological Warfare, 1932-1945, and the American cover up" a écrit que, Le programme de test, [cela peut faire partie du projet AGILE, du projet OCONUS ou du projet SHAD] qui a commencé à l'automne 1962 et qui a été financé au moins jusqu'à l'exercice 1963, a été considéré par le Chemical Corps comme « un ambitieux ». Les tests ont été conçus pour couvrir « non seulement les essais en mer, mais également les tests environnementaux arctiques et tropicaux ». Les tests, vraisemblablement, ont été menés sur ce que les agents de recherche ont désigné, mais n'ont pas nommé, « sites satellites ». Ces sites étaient situés à la fois dans la zone continentale des États-Unis et dans des pays étrangers. Les tests effectués là-bas visaient à la fois la réaction humaine, animale et végétale au BW. On sait que des tests ont été effectués au Caire, en Égypte, au Libéria, en Corée du Sud et dans la province satellite d'Okinawa au Japon en 1961 ou avant. (Harris, 2002) ⎙]

Sheldon H. Harris a poursuivi que, Le projet de recherche anti-récolte d'Okinawa peut donner un aperçu des projets plus importants parrainés par 112. Des experts de BW à Okinawa et « sur plusieurs sites du Midwest et du sud : » ont mené en 1961 des « tests sur le terrain » pour la rouille du blé et la pyriculariose du riz. Ces tests ont rencontré un « succès partiel » dans la collecte de données et ont donc conduit à une augmentation significative des dollars de recherche au cours de l'exercice 1962 pour mener des recherches supplémentaires dans ces domaines. L'argent a été consacré en grande partie à l'élaboration de « conseils techniques sur la conduite des activités de défoliation et de lutte contre les cultures en Asie du Sud-Est ». À la fin de l'exercice 1962, le Chemical Corps avait loué ou négociait des contrats pour plus d'un millier de défoliants chimiques. Les tests d'Okinawa ont manifestement été fructueux. (Harris, 2002) ⎙]


Comté de Schuyler, Illinois Old Times à Schuyler – “Première colonie à Schuyler”

Lorsque le révérend Chauncey Hobart, alors résident de Red Wing, dans le Minnesota, a reçu le rapport de la première réunion d'anciens colons, il a répondu par la lettre suivante, qui est un récit authentique de la première colonie de Schuyler :

J'ai remarqué avec un certain intérêt le rapport de la “Old Settlers’ Convention” tenue à Rushville le 23 décembre 1859, et j'ai été très heureux de voir une liste de vieux amis, et je peux très sincèrement le souhaiter, pas comme les Perses. dites qu'ils peuvent vivre mille ans, mais qu'ils peuvent vivre jusqu'à un bon âge et mourir avec la ferme confiance dans le Rédempteur du monde pour la vie éternelle. J'écris, cependant, pour corriger ce que vous dites a été passé comme « faits historiques connus pour être tels par les personnes présentes ».

Le premier paragraphe, déclarant que Thomas Beard et Orris McCartney étaient les premiers colons, contient plusieurs erreurs, connues pour être telles par moi-même et mon frère, Ephraim Eggleston et ma femme, le révérend W. H. Taylor, Orris McCartney et Mme Ruth Huntly.

Les faits de la première colonie de Schuyler étaient les suivants : La semaine avant le 19 février 1823, Samuel Gooch (prononcé Gouge), Orris McCartney et Samuel Bogart ont traversé la rivière Illinois sur la glace à Downing’s Landing (Beardstown) avec environ trois cents porcs, pour donner aux porcs le bénéfice de la gamme qui était très abondante. Ils venaient du quartier de Swinerton, à six miles à l'ouest de Mt. Pleasant (appelé depuis Jacksonville), dans le comté de Morgan. Leur équipe et Bogart sont revenus, l'équipe ne traversant pas la rivière et leurs provisions, etc., ont été transportées de la rivière au S.E. 16, 2 N. 1 W., par l'équipe de mon père, empruntée à cet effet. Mon père, Calvin Hobart, résidait à l'époque à six milles à l'est de la rivière. Gooch et McCartney ont amené les porcs. Beard n'était pas là et n'avait jamais été dans le comté seulement en tant que chasseur d'abeilles l'automne précédent. Gooch et McCartney ont construit un camp, de rondins sur trois côtés, et ouvert à l'avant, et recouvert de puncheons lynn. McCartney revint immédiatement, et ni l'un ni l'autre ne se considéraient comme ayant retiré leurs effets restés dans le comté de Morgan jusqu'à la rupture de la rivière.

Le 18 février 1823, mon père et ma famille, ainsi que W. H. Taylor, sont partis jusqu'à la rivière et sont restés toute la nuit avec E. Eggleston. Le 19, nous traversâmes la rivière sur la glace et arrivâmes au camp dont nous avons parlé plus haut.Lorsque la famille est arrivée, le soleil était d'environ une heure. Gooch étant l'un des invités de la rivière. Ni Beard ni McCartney n'étaient là. Toutes les mains se sont tournées et ont élevé une cabane en rondins près du camp en trois jours à environ quarante tiges un peu au nord-ouest de la résidence de Mme Minshall. Dans celui-ci, nous nous sommes déplacés et sommes restés environ quatre jours, jusqu'à ce qu'un autre soit construit à environ trente-cinq tiges à l'ouest et à environ quarante pieds au nord-ouest d'un orme penché (maintenant debout, je pense) sous les racines duquel une source a éclaté. M. Gooch retourna dans le comté de Morgan et y resta plusieurs semaines, puis s'installa en compagnie de McCartney. Vers le 1er mars, mon grand-père, Jonas Hobart et sa femme, et Ruth Powers (plus tard Mme Gooch) ont été amenés par mon père et ont emménagé dans la première cabane construite. Mon père, Calvin Hobart, a été le premier homme à s'installer dans le comté de Schuyler. Aucun autre homme ne peut prétendre à cet honneur à moins que ce soit M. Gooch, et il n'a pas pensé à en faire sa maison avant que mon père ne se soit installé.

Vers le 1er avril, M. Eggleston et sa famille sont arrivés en canoë jusqu'à un point où la route passe maintenant au milieu de Frederick. Ils ont été déplacés par l'équipe de mon père et se sont installés sur le S.W. 16, 2N. 1W. Tant pis pour la première erreur.

La deuxième erreur concerne le "premier champ défriché et cultivé". Environ soixante pieds un peu à l'ouest du nord du vieil orme mentionné ci-dessus était le premier sillon tourné à Schuyler, en avril 1823. Il était tourné par une charrue barshire, tirée par un joug de bœufs de six ans, appelé Duke et Buck , le premier un bœuf noir à face blanche et l'autre brun avec quelques taches blanches. La charrue était tenue par mon père, et l'équipe conduite par moi-même, je pense. Mon père a défriché environ cinq acres de bois et a cassé quelques dix acres de prairie, dont la plupart ont été faits avant que quoi que ce soit ne soit fait le 27.

M. Eggleston a également défriché et planté quelques acres le même printemps avant que la ferme du 27 ne soit également défrichée, mon grand-père a défriché environ deux acres qui ont été labourés avant que la ferme ne soit mentionnée. Je pense que c'était à peu près la première semaine de mai, lorsque McCartney, Gooch, WH Taylor et Isaac M. Rouse, tous des hommes célibataires, ont commencé à défricher et à clôturer la ferme de la section 27. Elle a été semée en juin et la récolte était mauvaise. blessé par le gel. Tous ces petits débuts ont été faits au printemps 1823.

Le premier mariage est correctement indiqué–G. Gooch et Ruth Powers, novembre 1824. Le premier décès fut celui d'un fils de Jonathan Reno, à l'été 1826, un garçon d'environ neuf ou dix ans. Le premier adulte était M. Stansbury, comme indiqué.

Le premier moulin a été construit par Calvin Hobart, en novembre 1823, sur la Sec. 16, quelque 100 pieds N.E. du vieil orme mentionné ci-dessus. C'était un moulin à bande fonctionnant à la puissance des chevaux-vapeur et le tambour tourné par une banque, faite de cuir brut, de quatre-vingt-dix pieds de long. Le second était cet ancien rajeuni et ayant une nouvelle pierre supérieure, faite par Thomas McKee, décédé depuis, et appartenant à James Vance, Esq., et a été construit sur Sec 21, 2N. 1W., près de l'endroit où habite maintenant Daniel Berry. Le troisième était un moulin à chevaux construit par Calvin Hobart, sur la section 17, 2N. 1W. C'était un moulin à chevaux, car il était propulsé par des chevaux attachés à une grande roue dentée, d'environ quarante pieds de diamètre, commencée au printemps de 1827. Le quatrième était un moulin à chevaux, "à double engrenage", construit par Wm. McKee Sr., sur Sec. 18, 2N., 1W.

Le premier sermon a été prêché dans la maison de mon père, en novembre 1823, par Levin Green, un prédicateur méthodiste local. Le premier camp-meeting a eu lieu le Sec. 19, à un mille au nord de Rushville, sur ce qui est depuis devenu la cour arrière d'une maison construite il y a quelques années par M. Murray, du côté ouest de la route, et à environ deux cents mètres au nord de l'endroit où le vieux père Sparks est décédé . Levin Green y vivait alors, et je pense que c'était en 1828.

La première école enseignée a été tenue par W. H. Taylor pendant l'hiver 󈧛 et 󈧜 dans la première maison (décrite ci-dessus) construite dans le comté. Les écoles suivantes ont été enseignées comme l'a déclaré M. Manlove, dans lequel le digne monsieur et sa très digne dame ont enseigné les idées de jeunes Schuylerites - comment tirer.

Bien à vous, pour la vérité historique,
Chauncey Hobart.

P.S. Il peut être intéressant pour la Convention des anciens colons de déclarer qu'au printemps de 1823, après que W. Eggleston eut quitté Downing's Landing (Beardstown), la maison qu'il avait quittée fut incendiée, probablement par les Indiens, et pour certains trois mois, personne ne s'y est rendu. Vers le 1er septembre, Thomas Beard a construit une hutte en rondins grossière et en a fait sa maison pendant plusieurs années. un ou deux ans.


L'enseigne bleue

Par Doug Kroll, District 13

En témoignant devant la Chambre des représentants de la nécessité d'une réserve volontaire de la Garde côtière en 1939, l'amiral Russell Waesche, commandant de la Garde côtière, a déclaré que parmi les privilèges accordés, les propriétaires recevront un drapeau de la Réserve de la Garde côtière à voler. ..… L'idée étant qu'un bateau à moteur ou un yacht descendant la rivière Potomac, ou la rivière Détroit, ou ailleurs, battant ce drapeau, signifie avoir été examiné et transmis Je connais les règles de la
route Je sais conduire un bateau à moteur Je possède une embarcation en état de naviguer, correctement équipée, conforme à la loi.”

Lorsque le Congrès a autorisé la réserve civile et volontaire de la Garde côtière en 1939, quelqu'un au siège de la Garde côtière a conçu une enseigne pour elle : un drapeau rectangulaire bleu portant l'emblème de la Garde côtière en blanc, avec « Réserve de la Garde côtière des États-Unis » dans le cercle autour le bouclier. Lorsqu'une réserve militaire a été créée le 19 février 1941, l'ancienne réserve civile de volontaires est devenue l'auxiliaire des garde-côtes américains. Ce "nouveau" garde-côte auxiliaire a changé son pavillon existant en changeant simplement le mot "réserve" en "auxiliaire" dans le cercle autour du bouclier sur le pavillon bleu rectangulaire.

Photo : Archives USCG Auxiliary, Joyner Library, East Carolina University.

En 1966, le Conseil national a créé un comité de l'étiquette du drapeau pour concevoir une enseigne auxiliaire modernisée. Le comité a vite découvert que proposer un nouveau design pour une agence gouvernementale était un processus complexe. Ils devaient obtenir l'approbation du quartier général de la Garde côtière et de l'Institut d'héraldique de l'armée américaine. Le bureau du commandant a rejeté plusieurs conceptions proposées car elles étaient trop similaires à l'enseigne de l'escadron de puissance américain.

En 1967, Grover A. Miller, le commodore national, a conçu l'idée de baser un design d'enseigne sur une forme simple associée à la Garde côtière : une bande blanche diagonale, rappelant
le “slash” récemment peint sur les navires et les avions de la Garde côtière, centré sur un fond rectangulaire bleu. Au milieu de la barre oblique se trouverait le logo des Auxiliaires, dans une nouvelle forme légèrement simplifiée similaire à celle que l'Institut d'héraldique avait récemment approuvée pour la Garde côtière. L'armée et le commandant ont approuvé la conception, et le nouveau pavillon bleu est entré en service à l'été 1968.

Le pavillon auxiliaire vole sur les installations de surface inspectées qui affichent un décalque d'installation à jour et sur les navires appartenant à des auxiliaires qui ont passé avec succès un contrôle de sécurité du navire et qui affichent un décalque VSC à jour.

Il vole de jour comme de nuit lorsque l'auxiliaire est à bord, au camion principal si le navire a un mât ou au mât d'étrave s'il n'en a pas. Les bateaux équipés d'une antenne radio mais sans mât peuvent
arborez le pavillon auxiliaire dessus, environ aux deux tiers de la hauteur.

Lorsque la Garde côtière met en service un bateau d'un membre auxiliaire pour une mission sous les ordres de la Garde côtière, le navire affiche l'enseigne du bateau de patrouille auxiliaire de la Garde côtière en place
du pavillon bleu auxiliaire normal. L'enseigne du patrouilleur est basée sur les soi-disant "rayures de course" peintes comme insignes d'identification sur les coques et les fuselages des garde-côtes et
avion. Si un officier de la Garde côtière ou un officier marinier est à bord, cependant, ce drapeau de patrouille est remplacé par l'enseigne normale de la Garde côtière.


Groupe Schuyler Otis AK-277 - Histoire

Contribution de Nancy Rogers et de son père Orman Goodyear Charles.
Dactylographié pour le site Web par Nancy Rogers et Karen Dickson.
*
Ce matériel a été collecté et destiné à la publication, mais nous ne pensons pas qu'il ait jamais été publié sous quelque forme que ce soit jusqu'à présent. Faites-nous savoir si vous avez rencontré cela dans un livre.
*
CONTENU:

* États d'Henrietta - Difficultés d'altération de l'église de Cayutaville.
* Dorinda Ryan--Mémoires de l'église de Cayutaville.
* Viola Harvey - Mes souvenirs de Cayutaville.
[esp. Magasin Sherwood, Cayutaville Band, Plays, témoin de l'incendie de l'église].
* Marilyn McCarty - Mes souvenirs de Cayutaville. [esp. Pauline "Lina" Sherwood]
* Souvenirs de Christine Leonard, de ferme en ferme, souvenir des occupants, avec beaucoup de
noms locaux et notes généalogiques insérés.
* Gert Chapman--Souvenirs de Cayutaville (surtout les soupers à l'église), avec des notes généalogiques de Chapman-Dickson.

Note de dactylo: Encore une fois, je dois remercier mon père Orman Goodyear Charles. C'est alors que je lui rendais visite cet été 2000 qu'il m'a permis de prendre cet ensemble de souvenirs. Ce monsieur est maintenant dans sa 92e année et va fort. --Nancy (Charles) Rogers



Difficultés altérées de l'église de Cayutaville, par Henrietta States

introduction
L'église de Cayutaville, un endroit autrefois connu sous le nom de Little Flats, est relativement nouvelle mais son histoire remonte à plus d'un siècle. Une partie de cette histoire a été recueillie par Mme Alfred STATES dans le cadre d'un projet fédéral pendant les jours de dépression des années 1930. Les garçons et les filles fréquentant l'école biblique à l'été 1934, deux ans avant l'incendie de la vieille église, ont rassemblé plus d'histoire dans le cadre d'un projet. Mme States a prêté ses notes pour qu'elles soient utilisées dans cet article.

Little Flats était l'une des nombreuses régions de la campagne peu peuplée autrefois desservies uniquement par des prédicateurs de circuit. Des services religieux ont eu lieu dans une école locale dès 1841 et les résidents espéraient fonder leur propre église. À l'époque comme aujourd'hui, la vie de la communauté était étroitement liée au Mecklembourg et, bien qu'il y ait eu des années où Cayutaville avait son propre pasteur, la plupart des décennies ont trouvé les deux petits villages partageant un ministre, comme aujourd'hui.

En temps voulu, les plis de Cayutaville ont acheté la salle de Tempérance du Bon Templier située à l'angle sud de la maison de William MOOT. (Il y avait des MOOT sur la route Connecticut Hill.) Il a été déplacé sur le site actuel de l'église sur un terrain appartenant à John BEEBE. Les archives indiquent que le terrain a été acheté en 1855 et que la conférence trimestrielle des méthodistes deux ans plus tard a eu lieu dans le
Chapelle de Cayutaville.

Un orgue et une Bible ont été donnés par Floyd TRACEY, et le premier organiste était Mme Sarah MOOT. Avant cela, David MOOT avait dirigé le chant, utilisant un accordage pour obtenir le ton. Un Révérend M. MAYNARD était curé.

Parmi la liste des membres faisant des dons de fenêtre figuraient : Martha TRACEY, Dr et Mme O. B. SHERWOOD, Susan B. TODD, Eli DICKENS, M. et Mme Alexander SMITH et M. et Mme Andrew JACKSON. [note dactylographiée : un Andrew Jackson CHARLES était également un résident de cette région, lié à la famille de la ville de Catharine CHARLES.]

À la fin de 1933, Mme Sarah WILLIAMS a fait don de la première cloche de l'église à la mémoire de Mary FLOWER. Le printemps suivant, la petite congrégation a commencé à rénover en profondeur l'intérieur. Les sièges n'ont pas été vernis et refinis.

Une peinture murale de 1897, qui ne pouvait plus être conservée, a été retirée de derrière la chaire. La chaire a été sauvée du stockage à Branchport, ramenée et remise en état. Le ministre, le Révéré Asa A. NICHOLS, lui a donné un nouveau plateau en chêne qui a été verni par William WOOD. Mme Myron SEARS a tapissé le support de la Bible.

Les garçons de la Vacation Bible School fabriquaient des chaises pour les élèves de l'école du dimanche et les filles fabriquaient des coussins. L'ingéniosité était le principal moteur de ces jours difficiles, et ces derniers meubles étaient fabriqués à partir de boîtes d'emballage et de caisses. De nombreuses heures de travail bénévole ont complété le travail dans le bâtiment à peine deux ans avant qu'il ne brûle.

Aujourd'hui, une église rurale attrayante orne le site, construite malgré les difficultés financières personnelles des résidents pour se remettre (avec le reste des États-Unis) de cette dépression. Bon nombre des raffinements qui ne pouvaient pas être offerts au début ont été ajoutés au fil des ans.

Les citoyens de Cayutaville continuent de collecter des fonds par le biais de dîners publics et d'autres moyens modestes pour maintenir leur lieu de culte fonctionnel à un moment où de nombreuses églises de campagne sont obligées de fermer. C'est l'esprit du pionnier américain qui transparaît.


Mes souvenirs de Cayutaville, par Dorinda Ryan

Mes premiers souvenirs de l'église de Cayutaville remontent probablement à 1920. C'était la fête de Noël. Un certain nombre de petits enfants ont chanté un chant de Noël. Je ne me souviens pas ce que c'était mais nous étions sur la colonne montante aux fonts de l'église. Le nom du ministre était DARROW mais je ne me souviens pas du prénom.

L'église était un grand bâtiment situé où Larry et Janet BROWN résident maintenant. Il y avait aussi une rangée de hangars pour les chevaux et les chariots. Il y avait une grande entrée avec des doubles portes menant au sanctuaire. Deux très gros poêles avec de longs tuyaux étaient là pour fournir de la chaleur. Ce sont ces tuyaux qui ont par la suite provoqué l'incendie.

Sur le mur avant, à l'arrière de la chaire, il y avait une immense image. J'aimais le regarder quand le sermon était trop long. Chaque dimanche matin, les six enfants étaient conduits à l'église par le frère aîné du chariot pour les services. Plus tard, après avoir appris à jouer du piano, j'ai joué de l'orgue à pompe.
Comme je ne me souvenais jamais de pomper, le pasteur m'incitait à mi-chemin d'un hymne en disant doucement : « Pompe, Dorinda. »

Plus tard, j'ai aidé à l'école biblique de vacances, j'ai enseigné l'école du dimanche et j'ai aidé aux soupers des récoltes. Des activités sociales ont eu lieu dans un bâtiment où se trouve aujourd'hui l'église actuelle. Verne ROGERS l'a déplacé et il est toujours au fond de sa grange. Je crois qu'à une époque c'était un magasin.

Pendant plusieurs années, dans les années 1930, une Old Home Days annuelle a eu lieu sur le terrain de l'église. En raison du manque d'intérêt et de l'évolution des temps, il n'a pas été poursuivi.

Au fil de mes voyages au fil des années, je vois de nombreuses petites églises abandonnées, transformées en antiquaires ou même en maisons. Je suis toujours fier que cette petite paroisse de campagne continue d'être active et indépendante. Il fait certainement partie de notre patrimoine et mérite le soutien des membres anciens et actuels de notre communauté.


Mes souvenirs de Cayutaville, par Viola Harvey

Watkins Express, 10 mars 1887. « Cayutaville va avoir un nouveau
la personne de M. J. F. TACEY [TRACEY]. Il a été nommé ministre des Postes et succède au Dr O. B. SHERWOOD".

Quand j'étais petite, nous devions nous rendre à Cayutaville pour récupérer notre courrier. La poste était dans l'ancien magasin qui a été démoli. Le Dr SHERWOOD dirigeait le magasin en plus d'être maître de poste. Il prenait toujours un pot de bonbon et me laissait choisir mon préféré. À une certaine époque, mon père fournissait avec le courrier les chevaux qui amenaient la scène d'Ithaque.

Je me souviens de la première fois que j'ai parlé au téléphone. Une entreprise s'est constituée pour construire une ligne téléphonique. Mon père a acheté des actions - - c'était organisé par le Dr O.B. SHERWOOD. Il y avait plusieurs parties sur la ligne et la centrale était dans le magasin de Cayutaville. Lina SHERWOOD opérait le standard.

Pendant de nombreuses années, le hall au-dessus du magasin était le lieu où se déroulaient de nombreuses réunions sociales. De nombreuses activités sociales ecclésiastiques y ont été organisées. Tout le monde a pris de la nourriture et nous avons probablement payé 10 ou 25 cents pour le souper. Les jeunes plis jouaient à des jeux de baisers.

Il y avait aussi des « sociables » chez les voisins. Parfois cravate-bonnet de nuit-ombre sociales. Les dames faisaient les cravates, etc., et les hommes les achetaient et emmenaient cette dame à souper.

Cayutaville avait un certain groupe à une époque dirigé par Verne WILLIAMS. Ils se sont rencontrés dans tout le magasin pour s'entraîner et nous, les enfants, dansions. Certains des membres étaient Art JACKSON, George SMITH, Ray DICKENS, Ed MOOT, Chester LEONARD, Charles ELDRED, Don BENNETT, Darwin WOODFORD, Homer DICKENS et Floyd CARPENTER. Probablement d'autres dont je ne me souviens plus des noms. Le groupe a très bien joué et a joué dans des foires, etc.

Pendant plusieurs années, Cayutaville a eu une « Journée de la vieille maison ». Elle a été très bien organisée et a eu lieu sur le terrain de l'ancienne église. Les gens venaient de loin et rencontraient de vieux amis et de nouveaux. Il y avait généralement un conférencier et des animations. C'était il y a une quarantaine d'années. [c.1945] Je pense que Ione HAVENS a des photos de certains des rassemblements.

Les « Dames Aide » jouaient des pièces de théâtre. Je me souviens de deux que j'ai particulièrement aimé. Dans la première pièce, les célibataires se sont toutes rencontrées et ont décidé de partir à la recherche d'hommes. Ils ont essayé de se rendre plus attrayants et dans la deuxième pièce « The Spinsters Return », ils sont revenus et ont raconté leurs succès à avoir des hommes. Tout était très drôle. Ma mère est venue habillée en squaw
et avait épousé un Indien de sang pur « Pi U Eat ». (Note de la dactylo : n'oubliez pas que cela a eu lieu à la fin du 19e et au début du 20e siècle.)

Grace DICKENS et moi étions jumelles et avons chanté en duo. Notre belle-mère avait épousé un homme avec de nombreux enfants. Elvin STRANG avait construit une nouvelle grange et la pièce y était montée.

Comme je me souviens bien du jour où la vieille église a brûlé. Il faisait froid et j'ai marché jusqu'à l'église. J'étais assis avec Lina SHERWOOD. Harry SHERWOOD avait allumé un grand feu dans les poêles à l'arrière de l'église pour réchauffer l'assemblée. Le pasteur prêchait, mais nous n'arrêtions pas d'entendre ce claquement dans le dos. J'étais très nerveux et j'ai chuchoté à Lina que je devais aller enquêter. Gus CHAPMAN s'est assis derrière nous et a dit : « Je vais y aller ». Il n'était parti que quelques minutes lorsqu'il est revenu en disant : « l'église est en feu. » Les oiseaux avaient construit des nids dans les cheminées et ils n'avaient pas été nettoyés. . Il y avait un plafond métallique dans l'église et le feu s'était propagé au-dessus. Nous avons tous travaillé dur pour réaliser les bancs et tout ce qui pouvait être
déplacé du bâtiment, mais l'église n'a pas pu être sauvée.

De nombreuses animations et arbres de Noël ont eu lieu dans l'ancienne église ainsi que dans la nouvelle. Petite fille, je me souviens à quel point j'avais peur de me lever et de parler devant « tous ces gens ». pour un tel événement. Les gens conduisaient leurs chevaux et les attachaient dans les « hangars » de l'église qui ne sont plus.

Je me souviens plus de l'église dans l'ancienne église que dans la nouvelle, même si je faisais partie d'une sorte de comité lorsque la nouvelle église a été déplacée et construite. J'ai gardé quelques dossiers mais je comprends qu'ils ont été perdus. L'église était à 14h00 le dimanche car le pasteur vivait à Mecklembourg et y prêchait en premier. Nous avions habituellement l'école du dimanche.Linda DICKENS (BEEBE) jouait de l'orgue et le chœur était généralement composé de Susan STRANG, Home et Della DICKENS, Ed MOOT, Ray DICKENS et Lina SHERWOOD. Plus tard, Edith SHERWOOD a joué de l'orgue. Trois femmes dont je me souviens qui venaient toujours à l'église et s'asseyaient ensemble étaient Ursula PECK, Aline SHERWOOD,
et Ann BRINK. Elles étaient sœurs et vêtues de façon chic de leurs bonnets noirs et de leurs robes de soie noire.

L'ancien magasin était un grand lieu de rassemblement pour les hommes du quartier. Le soir, ils se réunissaient autour du vieux poêle en fer et échangeaient des histoires. Dwight SHERWOOD, fils du Dr Orlando SHERWOOD a dirigé le magasin à l'époque et pendant de nombreuses années.

Après l'incendie de l'église, des réunions et des services religieux ont eu lieu dans l'ancien magasin appartenant autrefois à Mason WILSON. Nous avons eu beaucoup de parités, dîner etc. là-bas. Je me souviens que nous y avons monté une pièce, "The Little Clodhopper", probablement il y a environ 50 ans ou plus. Seeley DECKER a acheté ce bâtiment et il est maintenant sur la ferme maintenant détenue par le fils de John ROGERS.

La nouvelle église a été déplacée du Mecklembourg à l'endroit où elle se trouve aujourd'hui.

Un ministre et une famille dont je me souviens si bien était M. John DARROW. Il était à Cayutaville et au Mecklembourg plusieurs années. Lui et sa famille ont rendu visite aux gens dans les deux localités et se sont fait de nombreux amis. J'enseignais à l'école du lac et il est venu à l'école et a fait un petit discours aux élèves et les a encouragés à venir à l'école du dimanche.


Mes souvenirs de Cayutaville, par Marilyn McCarty

Ma mère Pauline SHERWOOD était appelée par tous à des kilomètres aux alentours de « Tante Lina ». Elle est née le 5 août 1877 et décédée le 13 octobre 1974 à l'âge de 97 ans. Elle a épousé Dwight SHERWOOD le 28 février 1900. Il est décédé le 8 juin 1913. Il a dirigé un magasin général pendant de nombreuses années. Avant leur mariage, Pauline était enseignante de deuxième année et après leur mariage, elle a travaillé dans le magasin tout en étant téléphoniste et maîtresse de poste. Elle était toujours là pour écouter les problèmes de n'importe qui. Je me souviens qu'elle allait sur le rivage au milieu de la nuit. La clé du magasin mesurait environ six pouces de long avec une charnière au milieu. Il y avait un homme de grande taille - six pieds et plus - Granger FORD, qui vivait dans le marais, la faisait toujours se lever pour aller au magasin et elle le faisait.

La seule chose qu'elle a dite à propos de l'église était de la laisser toujours ouverte car elle devrait être un refuge pour toute personne ayant besoin d'un abri ou d'un endroit où passer la nuit. Elle aimait ses petits-enfants et les a tous vus à l'école, un petit-enfant marié. Marcus, mon mari, a dit qu'elle était unique en son genre et quand ils ont fabriqué le moule, ils l'ont jeté après elle. C'était une grande dame et j'espère avoir continué une partie de son éducation et de ses soins affectueux.


Souvenirs, par Christine Léonard
Note dactylo de Karen Dickson : J'ai ajouté des notes de généalogie avec un [ ] autour d'elles.

« Je voudrais commencer là où se trouvait l'école de Cayuta Lake. Mes parents, Ezra et Sarah (PALMER) LEONARD, sœur Marie et moi-même, avons déménagé dans le quartier en novembre 1905. Ils avaient passé la majeure partie de l'année à finir la maison et à ému. Della DEAN (plus tard Mme Laverne WILLIAMS) [dau de Wm. I. & Milly (BOTSFORD) DEAN], était mon premier professeur et un exceptionnel. Étant pratiquement un étranger à tous les étudiants, il était difficile de s'adapter. les étudiants à l'époque étaient : Ruth et Frances SYDNEY Richard, Mary, et Ruth VAN LOON Clarence ERWAY, Charles GARDNER, Louis DEAN, Viola SMITH [Mme Robert L. (HARVEY),dau of Ward & Gertrude (CHAPMAN) SMITH] Bertha LOVELESS et moi-même. J'ai essayé de connaître l'année de construction de l'école. Delbert (Adelbert) VAN LOON, né en 1865 [épouse Cordelia MOOT, fille d'Alfred & Caroline (PORTER) MOOT], dit son père (Samuel ) a contribué à sa construction et Delbert y a fréquenté l'école.

Viennent ensuite une grande ferme et une grande ferme et dépendances appartenant à la famille BURKE. Murray BURKE, célibataire, y a vécu ainsi que d'autres membres de la famille. Murray a passé le printemps et l'été à travailler à l'exploitation forestière sur le fleuve Columbia dans sa jeunesse, puis a passé le reste ici. Nous devions transporter notre eau potable pour l'école à partir d'un puits sur la propriété BURKE. Un seau en fer blanc et une louche à long manche se trouvaient dans l'entrée de l'école. Tout le monde buvait dans la même louche.

La ferme suivante vers le nord appartenait à Seager TODD, un vendeur de Leary Plough Co. William DEAN et sa famille vivaient ici. Il y avait un verger de pommiers et mon père coupait toujours les arbres. À l'automne, ils ont cueilli les pommes et en ont emballé plusieurs barils. M. DEAN conduirait son équipe sur un gros chariot et les emmènerait à Elmira.

Quand j'étais encore en classe, je voulais aller à Odessa pour essayer Regents, mais je n'avais aucun moyen d'y aller. M. DEAN est arrivé chez nous et j'avais pleuré et bien sûr maman lui a dit. Il a dit : « Peu importe, préparez-vous et je vais vous emmener. » Il avait un vieux cheval gris et il l'a conduit aussi vite qu'il le pouvait et m'a amené à l'école à temps et a attendu que j'aie fini. C'est le genre de gens dans le quartier. Toujours faire l'un pour l'autre. De nombreuses personnes possédaient et louaient la propriété, mais les derniers étaient Richard et Mabel VAN LOON et leur famille. Mabel est décédée en 1960. Richard a vendu la ferme mais y a vécu pendant un certain temps, puis a déménagé à Odessa.

Ensuite était la maison d'Ersula PECK [dau de Tillinghast & Nancy BROWN], mère de Maude, Albert, Grace (Mme Ralph STANLEY) et Anna Belle (Mme Fred CHAPMAN). Anna & Fred avait un fils, Donald, décédé en mai 1932.

Sur la droite au carrefour menant à Connecticut Hill (maintenant la route Leonard), était notre maison. Mon père était menuisier et il a aidé à construire la mairie d'Odessa, qui a été démolie. Papa a fait du vélo jusqu'à Odessa et a travaillé pour 1,25 $ par jour. Il s'entraînait aussi à la journée. cueillir des fruits, des pois, etc. Elle [ma mère] fabriquait du beurre et l'emballait pour les clients pour l'hiver. Il y avait toujours un grand jardin et la cave était toujours remplie de conserves, de cornichons, etc. - assez pour passer l'hiver.

À la fin novembre, mes parents ont conduit un cheval à Montour Falls et ont acheté leurs provisions d'hiver en sucre, farine et autres nécessités et les vêtements dont nous avions besoin. Habituellement, le 1er décembre, la route était fermée jusqu'au printemps suivant.
L'ancienne maison a été démolie en 1970 par les propriétaires, John & Fran LEONARD et remplacée par une jolie maison en rondins faite d'arbres Minor [son fils] plantés sur notre ferme alors qu'il avait environ 15 ans. Ensuite sur Main Road (nord) sur le côté droit se trouvait une maison appartenant à Ward et Gertrude (CHAPMAN) SMITH et leurs trois filles, Viola, Sabella et Audrey. M. SMITH était boucher. Il avait un abattoir où il tuait toutes sortes d'animaux et de nourriture. Il boucherait toute la journée et tôt le lendemain matin il chargeait son chariot de viande et avec un attelage de chevaux partait très tôt avec son chargement pour Ithaca et Knight's Meat Market. Cette [maison] appartenait plus tard à Dorian FROST et à sa femme, Janice. [Il] a brûlé au sol le 3 décembre 1975, et une petite fille, Tina, a été perdue dans l'incendie et une autre, Tammy, a été gravement brûlée. La maison a été remplacée par une maison en rondins.

Ensuite à droite se trouve une grande maison construite par Harrison CHAPMAN en 1894 pour remplacer une petite qui a été déplacée. La famille m'a dit que les fenêtres, la quincaillerie et les clous coûtaient 30,50 $. Harrison [fils de James & Phebe Ann (HAYNES) CHAPMAN] était marié à Viola SNYDER [dau of John & Fanny (CHURCH) SNYDER]. Sa mère, "Grand-mère" OWENS avait un appartement à l'étage dans la nouvelle maison. Viola et Harrison ont eu trois fils : Augustus, Frederick et Harry et une fille, Gertrude [Mrs. quartier SMITH]. La maison appartient maintenant à Wayne et Barbara CHAPMAN et à leurs trois filles, Nancy, Brenda et Karen.

Juste en face se trouvait une ferme appartenant à John [fils d'Albert & Mary Jane (MURRAY) BEEBE] & Emma [MURCH]BEEBE, qui n'avait pas d'enfants. La sœur d'Emma, ​​Edith DEGRAW vivait avec eux. Elle a enseigné à la Lake School vers 1910-12. En 1932, Howard et moi avons acheté la ferme et avons déménagé ici. Nous l'avons cultivé et plus tard, Howard est allé dans le quartier LaFrance à Elmira Heights pendant environ 15 ans. Nous avons eu un fils, Minor et une fille, Doris. Nous avons acheté la propriété James WILLIAMS du côté ouest de la route et avons donné à Robert KNAPP et à sa femme, Mary (NEWGARD) une propriété où ils ont installé une maison mobile en avril 1965, remplacée par une belle maison en rondins en novembre 1978. Ils en ont une. fils, Randy, né le 29 octobre 1966.

De l'autre côté de la route, du côté droit, se trouvaient une maison et une petite superficie appartenant à James et Frances (RUMSEY) WILLIAMS. [il est le fils de Benjamin et Charity (SMITH) WILLIAMS et Frances est le dau. d'Isaiah et Loranna (DOUGLAS) RUMSEY.] Ils [James & Frances], eurent 2 fils: Laverne, diplômé du Conservatoire de musique d'Ithaca à Ithaca, & épousa Della DEAN [dau de Wm. S. & Millie (BOTSFORD) DOYEN]. Ils eurent un fils qui mourut en bas âge, juillet 1924. L'autre fils, le Dr "Cort" SMITH [WILLIAMS], qui épousa Frances JONES. Ils ont eu 2 filles : Olive, institutrice et Marion, médecin. Ils habitaient Lafayette. La maison Williams a brûlé deux fois. Les derniers propriétaires étaient Léon et Florence GROVER. Ils ont eu une fille, Anne et trois fils, Mike, Lee et David.

Mère de Frances WILLIAMS, Lorranna RUMSEY, 90 ans quelques années - Arrière-grand-mère de Christine LEONARD. Elle lit sa bible en permanence et a pu lire sans lunettes. Elle m'emmenait sur le perron avec sa vieille grosse bible et me faisait lire. Elle a fumé une pipe en terre. Elle avait l'habitude de mettre sa pipe sous le dossier du poêle pour la brûler. Un autre membre du ménage était une femme qui vivait avec la famille depuis l'enfance nommée Joséphine KELLOGG. Elle faisait tous les gros travaux de la maison. Ses jupes traînaient le sol avec de nombreux jupons moelleux en dessous. Elle portait un faux postiche devant, très bouclé. Elle a peint ses joues, toujours aussi rouges que le feu, avec des fleurs de vieux chapeaux.

Au-dessus, à gauche, se trouvait une route très fréquentée appelée Swamp Road qui passait au-dessus de l'inlet et se connectait au nord avec Cayutaville Road. C'était une route en velours côtelé. bûches placées en travers et recouvertes de terre. Il y a des années, cela était parcouru par des chevaux et les chaussures de leurs sabots avaient usé la terre et les bûches étaient en partie détruites. La route a été rebouchée vers 1962. C'était un raccourci et une route panoramique. Maintenant, le pont qui enjambe l'entrée a été fermé à la circulation et de nombreux véhicules descendent l'extrémité nord et doivent faire demi-tour. Tous les efforts ont échoué pour faire les réparations et la route a rouvert. Quel dommage.

Au-delà de Swamp Road, sur la gauche en retrait de la route, se trouvait une petite maison où vivait Gilbert HEDGECOMB (père de Minnie GARDNER). La maison a brûlé et il a perdu la vie dans l'incendie.

Au-delà sur la gauche, vivaient George et Minnie GARDNER. Ils eurent 4 fils : Albert, Charles, LaGrand et Francis, décédés jeunes, et 1 fille, Maude, qui épousa Fred PARKER. Plus tard, Eva et Albert GARDNER y vécurent. Ils ont eu une fille, Bernice. La grange a brûlé et plus tard la maison.

Au-delà sur la gauche, George et Caroline (BUDD) ERWAY possédaient une ferme. Ils y passaient les étés et les hivers au lac maintenant connu sous le nom de White Gates appartenant à James et Helene ALLEN. Robert et Viola (SMITH) HARVEY en étaient propriétaires. Il appartient maintenant à Laverne
ROGER. Arthur SMITH et sa famille y vivent depuis plusieurs années.

À droite, Mabel SECOR avait une maison appartenant à son oncle (décédé), [elle] a déménagé de Pony Hollow et située sur une propriété qu'elle a achetée à John et Vern ROGERS. Il est entouré d'une haute clôture. C'était juste une maison d'été.

Suivant une ferme sur la droite appartenant à William DARLING (épouse = Sarah Ellen SMITH). Ils eurent un fils, "Lon" et une fille, Florence. Lon a repris la place. Il a épousé Margaret CODDINGTON. Florence a épousé Sam DECKER. Lon et Margaret se sont séparés plus tard et Seeley DECKER, fils de Sam et Florence (DARLING) DECKER, et Nellie (PAINE) DECKER ont acheté la ferme. Plus tard (1952) John, Sarah et Laverne ROGERS ont acheté l'endroit des DECKERS et les DECKERS ont déménagé à Hector. John et Sarah ont eu 3 daus., Doris, Grace et June, et 2 fils, Laverne et Arthur. Laverne vit seule à la ferme. Mon premier souvenir de M. DARLING fut de lui avec un attelage de bœufs.

Au-delà du ROGERS se trouve une courte route vers l'est. Ici ont vécu Louella SMITH et Otis DICKENS. Louella avait une fille, Grace DICKENS. Grace a eu une fille, Esther qui a épousé Asa RUMSEY. Des années après la mort de M. Dicken, Louella a épousé Samuel RUMSEY, père d'Asa.

De retour sur la route principale allant vers les quatre coins, vivait la famille d'Alvin et Susan Frank STRANG. Je crois qu'il était photographe. Sa mère, Anne [BROWN] BRINK, vivait avec eux. Plusieurs fois par an, ils organisaient des soirées spéciales, des glaces et des soupers de tourte au poulet pour l'église. Les dames préparaient la crème glacée pour la crème glacée et les hommes et les garçons la congelaient puis léchaient les palettes. Aussi pour les dîners, chaque famille fournirait du poulet cuit dans de grandes casseroles. Toujours beaucoup de monde. Au sud des quatre coins, Bezzie SAWYER et sa femme [Florance May SHERWOOD] et leur famille vivaient. Ils ont eu 2 fils et 1 dau. Dwight SAWYER était un médecin prospère et avait un bureau à Mecklembourg où il vivait avec sa famille. Charles, un fils, travaillait pour une entreprise de peinture et Aileen, leur fille, était infirmière de formation et travaillait à Ithaque. Elle a épousé John McCARTHY et a eu 2 daus Frances et Ruth et 1 fils, Bob. Archie et Margaret NEWBERRY ont acheté la maison et y ont vécu avec leurs 3 filles et 1 fils.

De l'autre côté (nord) se trouvait une maison à deux étages dans laquelle vivaient Lafayette et Carrie SMITH. Je crois qu'elle a été en fauteuil roulant pendant plusieurs années. Elle aimait fumer sa pipe en terre comme beaucoup d'autres plus âgées.

En haut de la route vers l'est sur le côté gauche de la route où se trouve maintenant une grange se trouvait un homme nommé BRACE (je ne connais pas son prénom). Il dirigeait un atelier de forgeron et le charbon qu'il utilisait pour alimenter cette forge provenait de ce qui était connu sous le nom de Coal Mine Hill, situé sur la colline au sud de Saxam [Saxon?] Hill Rd. M. BRACE avait un petit bâtiment à côté de sa grange (boutique), qu'il appelait sa maison. Mon beau-père (Luther LEONARD) m'a dit qu'un jour il y est allé et qu'il y avait sur le poêle dans une grande bouilloire une tête de porc, des oreilles, un museau et des yeux qui le fixaient. Évidemment un fermier lui avait égorgé et lui avait donné la tête.

Du côté sud de la route se trouvait une autre petite maison. Ici, Wilmont SMITH a vécu. Il était le père de Margaret SMITH NEWBERRY et Floyd SMITH. Sur la route à droite, Bertha [WICKHAM] & Bert HAUSNER vivaient. Ils eurent un fils, Samuel et une fille, Maude.

De l'autre côté du ruisseau qui coulait en contrebas de la maison HAUSNER, il y avait une route qui suivait la colline vers l'est et débouchait sur la route au sud des quatre coins, qui mène à la tour. Ici James & Hannah [RUMSEY] LEONARD ont vécu et élevé leur famille : 2 daus, Frances et Martha et 3 fils, Luther, Isaiah & Chester. Maintenant, il ne reste que des morceaux du mur de pierre où se trouvait le bâtiment.

À l'ouest, sur Cayutaville Road, en face de l'église, où se trouve le parking, se trouvait une maison bien entretenue. Ici, Charles HARVEY a vécu. Ils l'ont surnommé Charlie à moustaches rouges. Il y a quelques années, cette [maison] a brûlé. Ensuite, il y avait une maison et un terrain. Je crois que Charles CAYWOOD et sa mère y vivent, puis Harry SHERWOOD et sa famille y ont vécu toute leur vie.

De l'autre côté de la rue, Alvin SAXON et sa famille vivaient et juste en dessous du même côté, Andrew JACKSON & épouse et famille [vivaient], et après leur mort, Artemus et Ina JACKSON & famille étaient là. Plus bas à gauche, où vivaient Alfred et Etta STATES, se trouvait la famille d'Andrew (je pense) MICKLE [MEEKEL?] & dau., Anna, qui épousa plus tard Howard DRAKE. De l'autre côté de la route se trouvaient 2 petites maisons et l'une appartenait à Mason WILSON. l'autre je ne sais pas.

En bas de la route et au-dessus de la crique se trouvait une ferme appartenant à Chauncey et Lydia DICKENS. [note dactylographiée : j'ai sa femme sous le nom de Mary Elizabeth STRANG]. Ici, ils ont élevé leur famille [Frank Otis, Myrtle L., L. Lois, Wayland & Chas Raymond.] Plus tard, leur fils, Raymond [m. La famille Freida STOHNER] & [Elizabeth & Chas Raymond, Jr.] y vivait.

Du côté nord des quatre coins de Cayutaville se trouvaient 2 maisons. Le premier appartenait à Rowaine Wallace STATES (parents de Lina SHERWOOD) et le suivant au nord, je ne sais pas à qui il appartenait. Je comprends qu'Archie NEWBERRY et sa famille vivaient ici et Ronald y est né. Christine a été enseignante pendant plusieurs années. Alice était une femme au foyer. Marian a travaillé à Ithaca et a épousé Jack DEAL, un musicien talentueux, qui a travaillé à la station de radio d'Ithaca, WHCU, pendant de nombreuses années. Ronald a travaillé à Ithaque. Lui et Marian ont conservé la maison après le décès des parents. [Note de la dactylo : l'original avait les noms Christine et Marian inversés dans les phrases ci-dessus, mais Randy Deal a écrit et je l'ai corrigé - décembre 2004]

Au centre de cette communauté (anciennement connue sous le nom de Flats), se trouvait la maison du Dr Orlando B. SHERWOOD et de son épouse, Aileen [BROWN]. Ils eurent 3 fils : Dwight, qui épousa Pauline STATES et dirigea le magasin. Harry, un fermier, qui a épousé Edith CODDINGTON, dau. de John CODDINGTON. Ils eurent un fils, Glenn O. SHERWOOD II (un rédacteur sportif pour la Star Gazette.) et Elmer, qui épousa Myrtle SELOVER. Il a dirigé une pépinière pendant de nombreuses années à Odessa.

Les SHERWOOD avaient une grande maison très bien tenue et le médecin conduisait son cheval et son buggy pour rendre visite à ses patients. Je me souviens quand mon père était très malade et que le médecin venait chaque jour. Papa a suggéré à maman de donner un verre d'alcool au médecin. (Il faisait froid.) Un jour, maman lui a demandé combien de temps il devrait encore venir et il a dit : « Sarah, tant que dure le biberon. C'était un médecin très gentil et efficace.

Juste au nord de la maison se trouvait un grand bâtiment de deux étages et c'est ici que la famille tenait un magasin général. À une certaine époque, c'était un arrêt de diligence et un bureau de poste. Dans le magasin, ils transportaient de tout, de l'épicerie aux rouleaux de tissu, des vêtements, des chaussures, des bottes, des mitaines, des médicaments brevetés, etc.

Dans le magasin se trouvait un grand poêle à charbon, des chaises et des bancs. Ici, les hommes se réunissaient le soir pour raconter des histoires et savourer des craquelins et du fromage, généralement fournis par Dwight. Pendant la journée, des hommes jouaient aux cartes et aux dames. Les agriculteurs locaux apportaient leurs produits, tels que des œufs, du beurre, etc. et les échangeaient contre des produits d'épicerie. Dwight gardait beaucoup de poules et Lina emballait les caisses d'œufs. Dwight & Elmer possédait le téléphone local & Lina et Mme O. B. Sherwood avait le standard dans la maison où ils l'exploitaient, 24 heures sur 24. Plus tard, le standard a été déplacé dans une pièce à l'arrière du magasin où Lina, avec une aide supplémentaire, l'a entretenu.

Au-dessus du magasin se trouvait une grande salle où se tenaient des événements sociaux. Généralement toutes les 2 semaines environ. Les dames ont apporté des rafraîchissements et une fois les activités sociales terminées, la nourriture a été servie. Parfois, il y avait des danses et des spectacles de médecine, etc. À côté du magasin, il y avait des hangars où les chevaux pouvaient être mis à l'intérieur. Les hangars ont été détruits lors de l'inondation de 1935.

Juste au sud de la résidence SHERWOOD, où se trouve maintenant l'église actuelle, se trouvait un autre magasin dirigé par Floyd TRACY [TRACEY] et plus tard par Muslin [Mason?] WILSON.Après l'incendie de l'église d'origine, à l'ouest d'ici, le 22 novembre 1936, ce bâtiment a été utilisé et appelé la maison communautaire. Tout le monde s'est porté volontaire pour nettoyer et améliorer autant que possible. Des réunions d'église et des activités sociales ont eu lieu ici. Les dames y servaient les repas. Une partie de ce bâtiment est actuellement sur la ferme Vern ROGERS et une partie a été placée sur l'ancienne propriété STRANG, une belle église à deux étages se trouve maintenant ici. Il a été construit en 1937 par Lawrence Morley & fils. Une belle fenêtre a été offerte par Carrie MORRIS en mémoire de son oncle. Les soupers publics y sont servis par les dames de l'église de mai à octobre. Les gens viennent de kilomètres à la ronde.
Au-dessus du pont sur le côté gauche de la route se trouvait une grande grange appartenant à Harry SHERWOOD. Adrain CORWIN a élu domicile avec Harry et sa femme [Edith CODDINGTON] et a aidé aux travaux de la ferme. Sur le côté droit de la route se trouvait une maison à deux étages détenue et habitée
par Mme Sarah HARVEY HAUSNER. C'était une dame âgée et sa petite-fille, Maude HAUSNER vivait avec elle. [note dactylographiée : le père de Maude HAUSNER est Albert et sa mère était Bertha WICKHAM. ]

Suivant du même côté était une ferme appartenant à Laverne et Emily M. DARLING [dau. de Clarence & Hulda (DEPEW) DICKENS]. Ils ont eu un fils, James [qui a épousé Dorothy SIMPSON]. Ils dirigeaient un grand hennery. Au début des années 1900, ils cultivaient des pois pour la vente. Ma mère les cueillait au boisseau.

Ensuite à gauche, en retrait de la route, vivait un homme âgé, Eugène HULT. Il était entraîneur de chevaux et a cassé de nombreux poulains et chevaux. Il avait une fille, Margaret, qui épousa Ely SHERER.

Sur la droite, à environ un quart de mille, se trouvait une maison de locataire sur la ferme Mott TRACY. Juste au-delà se trouve une grande maison appartenant à Lamont TRACY et sa femme, Corriette GEE TRACY. Pas de descendance. M. TRACY était agriculteur et travaillait sa ferme avec des chevaux et gardait à côté un très bon cheval d'attelage. Il avait aussi un grand hennery. Plus tard, cette propriété appartenait à Dutton et Martha PETERSON et à leur famille. Leur fille Joyce et son mari Robert SOULE habitaient la maison du locataire. Il a été détruit par un incendie le 11 janvier 1984 et a été remplacé par une maison modulaire.

À environ un demi-mille au-delà se trouvait une ferme appartenant à Della SMITH. Sur la pelouse de devant se trouvait un vieux seau en chêne qu'ils utilisaient. Gus BISHOP, qui habitait à l'est, avait beaucoup d'affection pour Mme SMITH mais elle ne répondit pas. Un jour, il est entré avec son cheval et ses biens matériels et l'a informée qu'il était venu pour rester. Ainsi, un dimanche matin après l'église, Mme TRACY a parlé au pasteur et il est allé là-bas et a célébré la cérémonie du mariage.

En haut de la colline aux quatre coins, la première maison à droite appartenait à David PERSONIUS. Maintenant détenue par Pete et Gloria MOSHER. Juste au-delà, au sommet de la colline, une grande ferme appartenant à Cornelius SEARLES et à sa femme. Ils eurent deux fils, Warren & Cornelius (Neat, était son surnom). Neat y a vécu après la mort de ses parents et a ensuite vendu à George COOK et à sa femme.

De retour aux quatre coins sur la gauche se trouvait une ferme appartenant à Willis SMITH [fils d'Alexander & Sarah Marie (SAYLOR) SMITH, of McINTYRE Settlement] & épouse, Frances. Ici, ils ont élevé leur famille puis ont déménagé à Mecklembourg. La ferme a été louée à différents locataires. Luther et Louise LEONARD & fils, Chester & Howard, y ont vécu pendant un certain nombre d'années, puis ont déménagé dans la maison de locataires Mott TRACY. Au printemps 1918, Howard et moi avons commencé à faire le ménage là-bas, mais nous n'y sommes restés que quelques années, puis nous avons déménagé chez mes parents après qu'ils aient déménagé à Odessa.

Au sud de là, sur ce qu'on appelle maintenant la route Chapman, se trouvait une grande ferme appartenant à Sylvanus NYE. Plus tard, sa fille, Sabella avait la ferme. elle épousa Auguste CHAPMAN. Ils y ont élevé leur famille : Lester, Nye, Andrew, Barlow, Kester et Dorinda. Cette maison appartient maintenant à la famille Roger CHAPMAN &.

Ensuite sur la gauche se trouvait une maison et une ferme appartenant à Frank et Fedelia [CHARLES] BURD. Ils ont eu deux filles, Lydia [épouse Olin SEARS COMPTON] et Frances "Leola". Cette dernière épousa Sydney Lester BEEBE. Ils ont eu deux filles, Elsie et Joy. Joy est morte en bas âge. Ils ont également eu six fils [Paul, Merton, Clyde, Guy, Neal et Nelson]. Mme BURD a tissé des tapis.

La ferme suivante sur le côté gauche appartenait à John MOOT et à sa femme, Sarah (THATCHER) [dau of Alexander & Margaret Thatcher, Enfield]. Ils eurent un fils, Edward, qui épousa Bertha SMITH. Elle était ministre. John et Sarah ont eu une fille, Lillian, qui a épousé Lewis EDMINISTER. Ils ont eu deux garçons, Robert & Russell et deux filles, Dorothy & Martha. John MOOT est mort d'une piqûre d'abeille pendant la fenaison, le 9 septembre 1906.

Ensuite, sur la droite, il y avait une petite maison et une ferme appartenant à Allen KENNEDY et à sa femme. Ils ont eu deux filles. Grace, qui a épousé Frank DEPEW et Hattie, qui a épousé Fred DICKENS (un fermier) de Mecklembourg. George & Marjory BAILEY possèdent maintenant la propriété.

Ensuite, la maison de l'école et après sa fermeture ont été converties en maison.

De l'autre côté du coin à l'ouest se trouvait une maison et une superficie appartenant à John [& Rebecca M.] CODDINGTON. Il avait trois fils, Bert, William & Coral & deux filles, Edith & Margaret. Il s'est ensuite remarié.

A côté une maison et une ferme appartenant à Daniel et Ella SEARLES. Ils ont acheté une fille (Bessie KELLY), qui a ensuite épousé Charles ELDRED. La maison a brûlé vers 1911 --- une maison modulaire est maintenant sur les lieux.

À côté d'une grande maison et d'une ferme. Un ancien propriétaire était M. MACAY. Au-dessous de la route sur le plat, ils cultivaient du tabac et il y avait un séchoir et des granges près de la route. Plus tard, c'était la maison d'Homer & Della Terry DICKENS. Ils eurent une fille qui épousa Robert MORRIS et ils eurent une fille qui épousa James LYONS. Cette maison était la vitrine du voisinage. Elle était toujours bien entretenue et au sommet de la maison se trouvait une grande coupole carrée avec de nombreuses fenêtres. Mme DICKENS a gardé des enfants et beaucoup de belles fleurs et arbustes. M. & Mme DICKENS étaient des membres actifs de l'église Grange &.

En bas de Swamp Road qui était au sud de la route principale et sur la droite se trouvait une belle maison appartenant à Frank & Herman REDNER. Frank et sa femme y vivaient et après sa mort, la maison a brûlé. Maintenant, deux maisons modulaires sont sur la propriété.

Ci-dessous se trouvait un petit immeuble où vivaient Billy BRUCE et sa famille. Billy bégaya gravement. Il a épousé Marie DIMICK. Ils eurent un fils, William, & deux daus., Lattie et Cora. Bill BENNETT y vécut plus tard. L'endroit a été vendu et je crois qu'il appartient maintenant à "Golds".

Ensuite, la famille des OSTRANDERS. Conrad & Delilah avait une fille, Anna, et 2 fils, Charles et Vannie. De l'autre côté de la rue se trouvait une petite maison appartenant à James et Naomi DIMMICK. Elle était d'origine indienne. La maison est maintenant améliorée et appartient à Richard et Mary DRUM.

De retour sur la route de Cayutaville, vers la Rte 228, sur la gauche se trouvait une petite maison ancienne. Ici, Cleveland GROVER et sa famille vivaient. John ROGERS a acheté la propriété et lorsque l'État a repris Connecticut Hill, il a démoli certains des bâtiments et construit une maison sur ce terrain. Ils y vécurent quelque temps puis ils achetèrent la maison DECKER et y installèrent sa famille vers 1952. Roger VANDERVLIET et sa famille y habitent maintenant.

De l'autre côté de la route se trouvait une ferme appartenant à Arthur BEEBE et à sa femme [Delia SYDNEY]. Ils ont eu deux filles, Lina, qui a épousé un DEPEW et Clara. Les deux filles étaient enseignantes. Il y avait trois fils : Lawrence, Sydney et Spencer. Ce dernier vivait à la maison et aidait à la ferme, à la laiterie et aux poules. Un matin, alors que Howard LEONARD passait avec un chargement de lait et l'apportait à la station de lait d'Odessa, quelqu'un est venu de la grange et a demandé son aide. M. BEEBE s'était pendu dans la grange. Dans les années 1930, une maison Sears et Roebuck a été construite sur le site de l'ancienne ferme. La maison appartient maintenant à Kevin et Lori SNOW et à leur famille.

Le Grange Hall était situé de l'autre côté de la route et a été construit en 1924. Il a été abandonné il y a plusieurs années et a depuis été transformé en résidence.

Juste en dessous d'ici où la route menait à Lockheed, se trouvait un très petit bâtiment et un homme nommé Carl STATES y vivait. Il avait une fille (nom inconnu).

Au bout de la route en face de ce qui est maintenant la route 228, se trouvait un grand hôtel et un bateau appartenant à George et Mahala [KRUM] STATES. Les pêcheurs venaient déposer leurs chevaux à la grange et louer un bateau. Parfois, ils restaient plusieurs jours et Mme STATES leur fournissait la nourriture et le logement. Grange se tenait régulièrement à l'hôtel. Le 1er juillet 1923, lors d'une réunion, une lampe suspendue tombe et le bâtiment brûle. Della DICKENS était là et on dit qu'elle a attrapé son violon et est sortie en toute sécurité. M. et Mme STATES avaient une fille qui épousa Charles CRIPPEN. Ils eurent un fils, Merle qui épousa Mary BODLE.

Le 22 novembre 1936, la première église de Cayutaville est incendiée. Il a pris feu pendant les services du matin à cause d'un tuyau de poêle surchauffé. Vers 1911 ou 1913, pas sûr de la date, quand il a été organisé, Cayutaville avait une belle fanfare. Les membres étaient Homer DICKENS, Raymond DICKENS, Edward MOOT, George DART, Darwin WOODFORD, Floyd & Delmar Carpenter, Charles & Ellsworth Eldridge, George SMITH, Chester LEONARD, Laverne WILLIAMS, Artemus JACKSON, Elmer NEWBERRY, Elmer RUMSEY et ____ CORNISH.


Souvenirs de Cayutaville, par Gert Chapman
(depuis juin 1987)

"S'il y a quelque chose ici qui intéresse l'un d'entre vous, je suis heureux. Je me suis rendu à Cayutaville samedi soir, ou devrais-je dire après-midi, à un souper à l'église. Cela m'a vraiment rappelé des souvenirs des années passées. Mon père, Willis Van HOUTEN, a acheté la ferme KENNEDY
et nous nous sommes installés là-bas en avril 1935. Ma mère s'y est installée avec eux pour la soigner pendant ce qui s'est avéré être sa dernière maladie. Elle est décédée d'un cancer le 18 janvier 1936. [note de la dactylographe : confusion quant à savoir qui était allaité par la mère. un Kennedy ? sa propre mère ?]

Je tenais la maison de mon père et m'occupais de ma nièce, Jeanne Van HOUTEN, faisant le travail que je pouvais faire dans le quartier pendant un certain temps. J'ai accroché du papier dans la plupart des maisons aux alentours. J'ai fait un peu de soins infirmiers de temps en temps. J'ai pris soin de ma belle-mère, Viola CHAPMAN et j'étais avec elle lorsqu'elle est décédée en 1937. Deux ans plus tard, j'ai épousé son fils, Gus. A cette époque, l'église n'était qu'une maison au coin de la rue. Elle s'appelait la Maison Communautaire.

Nous y organisons des soupers à l'église. Une dame du nom de BIXBY était Ladies Aide President à l'époque. Les BIXBY ont déménagé et j'ai été élue présidente de Ladies Aide. C'était dans les années de dépression. Les agriculteurs du coin avaient peu d'argent, mais ils avaient de la nourriture cultivée à la maison. Nous avons eu du mal à obtenir l'argent pour payer le salaire du pasteur. J'ai donc présidé un souper à l'église toutes les deux semaines.

Il y avait peu de téléphones. Alors, quelqu'un m'a emmené de porte en porte pour solliciter de la nourriture. Nous avons eu 0,35 cents par assiette pour le souper. Si nous avons effacé 35 $. à un souper, nous allions bien. Nous avons finalement augmenté le prix du repas à 0,50 cents.

Alors bien sûr, nous avons perdu l'église par le feu. C'était en 1937. Ma mémoire n'est pas très claire sur les choses qui se sont passées. Nous avons eu beaucoup de mal à réunir les fonds pour construire une nouvelle église, mais nous avons commencé le fonds en organisant un grand souper à la dinde au Cayuta Lake Grange Hall. Nous avons très bien fait. Je ne me souviens pas combien nous avons nettoyé. À partir de ce moment-là, l'argent est entré progressivement.

Bien sûr, la nouvelle église a été construite au coin de l'ancienne maison communautaire. Seeley DECKER a acheté la maison communautaire. Je ne sais pas très bien à quoi il s'est servi, mais il l'a déplacé sur sa ferme et l'a utilisé à quelque fin. Je ne sais pas s'il est encore debout ou pas. Laverne ROGERS est maintenant propriétaire de la ferme. (quelqu'un a ajouté. toujours debout plein de foin)

Puis la guerre a éclaté (Seconde Guerre mondiale). J'étais encore président des soupers. La viande était rationnée, nous avons donc passé du temps à acheter de la viande pour les dîners. Nous avons servi pas mal de soupers de poulet. A cette époque, tout le monde avait des poulets et en donnait pour les soupers.

Je me souviens d'une fois où nous avons acheté des dindes vivantes et nous nous sommes rencontrés chez Viola CHAPMAN. Je m'occupais d'elle à l'époque. Nous avons mis la chaudière de lavage sur le poêle pour chauffer l'eau afin d'ébouillanter les dindes, nous les avons habillés, et chaque dame en a ramené une à la maison, l'a farcie et rôtie. Un autre
temps nous avons acheté un veau et les hommes de l'église l'ont massacré et nous avons eu un super veau. Il y avait quelques congélateurs dans le quartier. Une partie de la viande a été congelée pour un autre souper, puis je crois que nous avons servi du ragoût de veau.

J'ai présidé des soupers pendant environ dix-huit ans depuis que j'étais présidente de Ladies Aide. Bien sûr, c'est le W.S.C.S. maintenant. À cette époque, Harry SHERWOOD, Gus CHAPMAN, Ray DICKENS et Christine NEWBERRY étaient les administrateurs de l'église. Maintenant il y a une dame ! Elle a enseigné
l'école pendant de nombreuses années. Je crois qu'elle a eu une bonne influence sur plus d'enfants que toute autre personne dans ce domaine. Pensez au nombre d'enfants qu'elle a enseignés. Que Dieu la bénisse!

Il y avait maintenant Harry SHERWOOD. Il a fait des feux pendant de nombreuses années dans l'ancienne église et dans la nouvelle. Il a parcouru de nombreux kilomètres en transportant du bois pour construire et entretenir ces feux. Et bien sûr, il y avait la merveilleuse et généreuse Lina SHERWOOD. Elle était toujours
là en cas de besoin. Tout le monde aimait Lina.

Estus et Maude étaient deux autres des anciens remplaçants. - Gardiens bénévoles de l'église durant toute leur vie à Cayutaville.

Oh oui, nous n'avions pas d'eau courante dans la cuisine à l'époque. Harry voyait toujours qu'il y avait un bidon plein d'eau fraîche prêt pour les soupers de l'église. Il nous a également fourni tout le lait dont nous avions besoin. Nous avions une cuisinière avec un réservoir qui a beaucoup aidé et une belle nouvelle chaudière de lavage que nous utilisions pour chauffer l'eau. Nous avons fait du café dans une grande cafetière. Je pense qu'il contenait 3 gallons. Nous mettons des œufs crus dans du marc de café, des coquilles et tout. Ensuite, nous avons trouvé une urne à café d'occasion que nous avons utilisée pendant longtemps. Je ne sais pas ce qui est arrivé à ça. Est-il toujours utilisé ?

J'ai remarqué que les tartes maison sont toujours bonnes. J'ai eu un très délicieux morceau de tarte à la crème avec mon souper. J'avais envie d'avoir le deuxième morceau, mais j'ai décidé que vous pourriez manquer, juste ce morceau si je le faisais. Peut-être que ma nièce et son mari me ramèneront un jour."

Descendance de James J. Chapman
(fourni par Karen Dickson)

1 James J. Chapman 1829 -
.. +Phebe Ann Haynes 1834 - 1907
. 2 Richard M. Chapman 1846 - 1908
. +Marie A. Hoyt 1853 - 1881
. 2 Harrison Chapman 1852 -
. +Viola Snyder Vers 1858 - 1937
. 3 Gertrude Chapman vers 1870 -
. +Ward Smith vers 1870 -
. 4 alto Pearl Smith vers 1895 - 1989
. +Robert L. Harvey 1894 - 1966
. 4 Sabella Smith vers 1897 -
. 4 Audrey Smith vers 1899 -
. 3 Frederick Chapman vers 1875 -
. +Anna Belle Peck Vers 1875 -
. 4 Donald Chapman Vers 1895 - 1932
. 3 Harry Chapman vers 1877 -
. 3 Auguste "Gus" Chapman vers 1880 -
. +Sabella Nye Vers 1880 -
. 4 Lester Chapman vers 1900 -
. 4 Nye Chapman vers 1902 -
. 4 Andrew Chapman vers 1904 -
. 4 Barlow Chapman vers 1906 -
. 4 Kester Chapman vers 1908 -
. 4 Dorinda Chapman vers 1910 -
. *2e épouse d'Auguste "Gus" Chapman :
. +Gertrude Van Houten
. 2 Jean Chapman 1854 -
. 2 Joséphine Chapman 1856 - 1925
. + Emmett Barnum 1846 - 1920
. 3 Maretta "Rita" Barnum 1880 -
. +Inconnu Mahoney vers 1880 -
. 4 Robert Mahoney
. 4 Claire Mahoney
. 2 Elnora "Ella" A. Chapman 1860 - 1881
. 2 Angie Chapman 1862 - 1863
. 2 Etta May Chapman 1864 - 1925
. +Leroy Duane Dickson 1860 - 1928
. 3 Charles-Claude Dickson 1889 - 1937
. +Leda May Stuart 1890 - 1974
. 4 William Harrison Dickson 1911 - 1950
. +Beatrice "Bea" Foulkrod 1909 - 1983
. 4 Sevellen Stuart Dickson 1914 - 1958
. +Martha Louise Covert 1917 -
. 4 Drusilla Lucille Dickson 1922 -
. +Francis Alfred Simpson 1922 - 1990
. 3 Susan Marquerite Dickson 1887 - 1968
. +John Bigley Hansen 1884 - 1960
. 4 Henri Hansen 1912 - 1912
. 4 Doris Katherine Hansen 1914 -
. +Forrest Specht 1919 - 1969
. *2e époux de Doris Katherine Hansen :
. +Robert Neige 1912 -
. 4 Margaret Etta Hansen 1916 -
. +Joseph Reginald Carr 1915 - 1980
. 3 Lena B. Dickson 1884 - 1934
. +Alan Everhart vers 1882 -
. 4 Marjorie Everhart 1905 -
. +Albert Grimsey vers 1904 -
. 4 Adrien Everhart 1907 - 1991
. +Perle 1910 -
. 3 William H. Dickson 1886 - 1909
. +Harriet Van Riper 1887 - 1967
. 4 William H. Dickson, Jr.
. 4 Kenneth E. Dickson 1908 - 1916


Agent 355

Un groupe d'espions connu sous le nom de Culper Spy Ring a opéré de 1778 à 1780 dans un réseau complexe de la ville de New York occupée par les Britanniques à Setauket, Long Island, au nord du Connecticut, puis à l'ouest jusqu'au siège de George Washington à Newburgh, New York . L'agent 355 était le nom de code d'une espionne du Culper Ring. Sa véritable identité est inconnue. Le réseau d'espionnage était particulièrement efficace pour recueillir des informations précieuses à partir de conversations négligentes entre les Britanniques et leurs sympathisants.

En 1778, Benjamin Tallmadge, un jeune officier américain qui était le nouveau chef du renseignement du général George Washington, organisa un ingénieux réseau top secret d'espions. Washington a ordonné que même lui-même ne sache pas qui ils étaient. Pour les recrues, Tallmadge s'est tourné vers de vieux amis et connaissances dans sa ville natale de Setauket, Long Island.

Abraham Woodhull a été choisi comme agent, mais Woodhull (nom de code Samuel Culper, Sr.) tomba bientôt sous le coup des soupçons du contre-espionnage britannique en raison de ses fréquents voyages à Manhattan. Woodhull a donc recruté un parent vivant dans la pension de sa sœur à Manhattan, un marchand de produits secs et journaliste de la société, Robert Townsend (nom de code Samuel Culper, Jr.).

Utilisant une variété d'astuces, y compris un type d'encre invisible développé par le frère du futur juge en chef John Jay, le Culper Ring a fourni des renseignements opportuns et précis aux chefs militaires américains, notamment le général Washington.

Townsend, la figure centrale du ring, a rassemblé des informations sur les forces britanniques à New York et les a transmises au gardien de la taverne de Setauket, Austin Roe, qui a parcouru 110 milles à New York apparemment pour acheter des fournitures, mais qui a également transporté ces dépêches (souvent écrites en encre et code invisibles) du magasin New York de Townsend à Setauket.

À Setauket, Caleb Brewster, un autre membre du ring et ami d'enfance de Tallmadge, était capitaine d'un baleinier qui a attaqué les navires britanniques sur Long Island Sound. Puisque Brewster était une figure bien connue à Setauket, il n'était pas prudent pour lui de toujours débarquer son bateau au même endroit, il avait donc six places de débarquement. Toutes les quelques semaines, il se glissait dans l'une des criques de Setauket Harbour pour recevoir des dépêches.

Anna Smith Strong, qui vivait à proximité sur Strong's Neck, signalait l'emplacement exact de Brewster en utilisant sa corde à linge et un certain nombre de mouchoirs suspendus pour sécher. À l'emplacement fourni par Strong, Woodhull a ensuite transmis les dépêches à Brewster.

Les premiers rapports de Robert Townsend à Tallmadge indiquaient qu'il pouvait obtenir de bonnes informations sur la marine britannique, mais peu sur l'armée britannique.Cette situation a continué pendant des mois jusqu'à ce que Woodhull mentionne dans une lettre à Tallmadge : « J'ai l'intention de visiter 727 [code pour New York] avant longtemps et réfléchissez à l'aide d'un 355 [code pour Dame] de ma connaissance, sera capable de tous les déjouer.” (Woodhull a fréquemment utilisé les numéros de code du livre de codes de Tallmadge pour remplacer les mots.)

En moins de deux mois, des renseignements détaillés au niveau du quartier général sur l'armée britannique ont afflué à Washington à Newburgh. C'est la seule référence directe à l'agent 355 dans l'un des documents de Culper Ring. On pense qu'elle était membre d'une éminente famille loyaliste (partisans britanniques) à New York avec un accès facile à la société britannique et aux officiers britanniques.

Le major John Andre, chef du renseignement britannique, était considéré comme le célibataire le plus éligible de New York, mais les femmes étaient aussi sa faiblesse. En 1777, par exemple, lorsque les Britanniques occupèrent Philadelphie, André tint une réunion secrète dans la maison Darragh où il était logé. La femme au foyer Lydia Darragh s'est faufilée jusqu'à la porte fermée, a écouté et a par la suite averti le général Washington d'une attaque imminente contre son armée.

Lorsque l'armée britannique est entrée sur le terrain, il est devenu évident que Washington avait été averti de leur attaque surprise. Au cours de l'enquête d'André sur la fuite, il a interrogé tous les membres de la famille Darragh, à l'exception de Lydia, car il pensait que les femmes du XVIIIe siècle avaient toutes les mêmes opinions politiques que leurs maris.

Les rapports secrets des Culpers cessèrent pratiquement lorsque le major Andre se rendit en Caroline du Sud en décembre 1779 pour le siège de Charleston, et Washington se plaignit bientôt à son assistant Alexander Hamilton que les informations de l'anneau étaient devenues inutiles.

Cependant, quelques semaines après le retour d'André à New York en mai 1780, le Culper Ring rapportait le plus grand scoop de la guerre : un général américain était « en accord avec l'ennemi » et était sur le point de trahir l'Américain. causer. Cela concernait les plans britanniques secrets d'utiliser un général américain pour capturer West Point, le fort le plus important du continent.

À l'été 1780, le général Benedict Arnold avait pris le commandement de West Point et s'apprêtait à le remettre à l'armée britannique en échange d'argent. Le major Andre a géré les négociations par correspondance avec le commandant de West Point, Arnold, prenant contact à l'origine par l'intermédiaire de l'épouse d'Arnold, l'ancienne amie du théâtre de Philadelphie, Peggy Shippen.

Benjamin Tallmadge a écrit au gouverneur du Connecticut, qui était en charge de l'approvisionnement de West Point, de s'attendre à "un accident vasculaire cérébral soudain et inattendu" et que "l'ennemi connaîtrait bien les forces et la disposition américaines". 8220Et pour l'amour de Dieu, gardez-vous d'un tel mouvement.

Une connaissance féminine d'Abraham Woodhull, avec l'aide de qui il s'attendait à les déjouer tous, était-elle une confidente de John Andre ? Si tel est le cas, cela expliquerait pourquoi les rapports du réseau d'espionnage ont cessé lorsqu'André a quitté New York et ont repris à son retour.

Pendant ce temps, au siège de Washington, BenjaminTallmadge et Alexander Hamilton ont pris en charge le suivi des développements. Une vue de ces machinations en cours peut être vue dans la lettre de Hamilton à son meilleur ami, son collègue assistant John Laurens. Rédigée après l'arrestation d'André en septembre 1780, la lettre partageait certains aspects du complot qui n'auraient jamais pu arriver à Laurens par des sources publiques.

Hamilton a écrit que le stratagème remontait à juin 1780 (coïncidant avec le retour d'André à New York), et a noté que les Américains avaient intercepté certaines des lettres entre les conspirateurs. Bien que ni Hamilton ni Tallmadge n'aient jamais explicitement crédité une source, les grands livres du chef de file Robert Townsend et d'autres lettres de Culper montrent qu'un schéma d'action se produisait chaque fois qu'Arnold et Andre correspondaient.

On suppose que ce sont 355 qui ont transmis les informations critiques qui ont révélé la trahison de Benedict Arnold et conduit à l'arrestation du major John Andre, qui a été capturé avec des cartes de West Point et un laissez-passer signé par Arnold en sa possession. Les mémoires de Benjamin Tallmadge révèlent une lutte pour empêcher la nouvelle de la capture d'André d'atteindre Benedict Arnold, qui s'est finalement échappé. André a avoué et a été pendu.

Au cours de cette période, la correspondance d'Abraham Woodhull indique que Robert Townsend et d'autres membres du réseau Culper ont fui New York et se sont cachés. Après environ deux semaines, sentant une baisse de colère, ils sont revenus. Mais Woodhull a ensuite informé Tallmadge de l'arrestation de "plusieurs de nos chers amis, y compris celui qui a toujours été utile à cette correspondance".

La réaction émotionnelle de Townsend à cette nouvelle est évidente dans ses propres livres et dans les lettres de Woodhull. Il s'est rendu à Setauket et est arrivé au domicile de Woodhull dans un état de détresse extrême. Selon Woodhull, Townsend a juré d'arrêter d'espionner et a volé d'importantes sommes d'argent dans toutes les entreprises avec lesquelles il était lié, y compris ses pères, pour un total de plus de 600 livres en dix jours - une véritable fortune à le temps.

Lorsque le piège s'est refermé sur Andre, il a déclenché une rafle de suspects en territoire occupé par les Britanniques. Une agente 355 enceinte a été arrêtée et interrogée, mais a refusé de révéler toute information sur ses activités ou sur le père de son enfant. Townsend avait-il formé un puissant attachement émotionnel pour elle et rassemblait-il de l'argent pour racheter sa liberté ?

L'agent 355 était détenu à bord du célèbre navire-prison HMS Jersey dans le port de New York, où les conditions sur ces navires-prison étaient si horribles que l'espérance de vie n'était que de quelques mois. Elle a ensuite donné naissance à un garçon, mais serait décédé à bord du navire.

Les rapports Culper se sont ensuite considérablement détériorés, même après que Robert Townsend a repris l'espionnage. Selon la correspondance familiale, Townsend a vécu ses jours déprimé, célibataire et bu beaucoup.

En raison de la nature de l'espionnage, les bons espions laissent peu de documentation derrière eux. Mais il reste suffisamment d'informations pour suggérer que le Culper Spy Ring a joué un rôle important pendant une période sombre de la guerre d'Indépendance, et que cette bande de citoyens-espions a marqué l'un des coups d'État du renseignement les plus importants de l'histoire américaine.


Mourir Schuyler Otis Bland wurde am 9. Mai 1950 auf der US-Werft Ingalls Shipbuilding Corporation à Pascagoula, Mississippi auf Kiel gelegt. Der Stapellauf erfolgte am 30. Januar 1951, die Fertigstellung am 26. Juli desselben Jahres. Schuyler Otis Bland war der Prototyp of C3-S-DX1-Entwurfs von wetturbinengetriebenen Frachtschiffen der United States Maritime Commission (MACOM). Nach der Übernahme der MARCOM durch die United States Maritime Administration (MARAD) im Jahr 1950 wurde der Entwurf als C3-S-7a geführt. Das nach dem Kongressabgeordneten Schuyler Otis Bland benannte Schiff wurde 1951 in Betrieb genommen und war beim Bau eines der schnellsten Frachtschiffe weltweit. Trotzdem war sie mit ihrer Auslegung auf eine Geschwindigkeit von 18,5 Knoten um 1,5 bis 2 Knoten langsamer als die Nachfolgekonstruktion der Mariner-Klasse, welche schließlich statt der Bland-Klasse gebaut wurde.

Einziges Schiff der Klasse war die mit der Baunummer 458 vom Stapel gelaufene Schuyler Otis Bland. Nach der Übergabe an die Commission maritime am 25. juillet 1951, wurde die Schuyler Otis Bland am folgenden Tag in Bareboat-Charter an die American President Lines abgeliefert. Nach zwei Reisen um die Welt wurde sie, einem Agence Générale-Übereinkommen folgend, un dé Waterman Steam Ship Corp. weitergegeben. Schon am 25. Juli 1952 legte man den C-3 Frachter in der National Defence Reserve Fleet in Mobile auf. Von 1957 bis 1959 betrieb American Mail Line das Schiff als Ersatz für die in einem Nordpazifiksturm gesunkene Courrier de Washington. Ab Oktober 1959 wurde sie erneut aufgelegt, diesmal in der Flotte de réserve de la Défense nationale à Olympie, Washington. Am 4. août 1961 ging die Schuyler Otis Bland an die US-Navy, wo sie ab dem 28. Août dem Military Sea Transport Service zugeordnet wurde. Sie verließ San Francisco am 28. September um Ladung nach Bangkok, Saigon, Manille, Kaohsiung und anderen pazifischen Häfen zu bringen. Bei diesen Reisen transportierte das Schiff auch das Entlaubungsmittel Agent Orange nach Japan und später nach Vietnam. [1] Am 1. Août 1970 wurde der Military Sea Transportation Service zum Military Sealift Command, der das jetzt USNS Schuyler Otis Bland (T-AK-277) benannte Schiff bis 1979 weiter dazu einsetzte, weltweit militärische Versorgungsgüter zu transportieren. Sie wurde 1979 ausgemustert, am 28. novembre 1979 zum Abbruch verkauft und im Winter desselben Jahres à Kaohsiung verschrottet. [2]


Voir la vidéo: Cambacérès - Ces personnages historiques qui ont marqué la Cour


Commentaires:

  1. Gyamfi

    Je suis final, je suis désolé, mais, à mon avis, ce thème n'est pas si réel.

  2. Heretoga

    Je suis presque accidentellement allé sur ce site, mais j'y suis resté longtemps. Retardé car tout est très intéressant. Je vais certainement parler de vous à tous mes amis.



Écrire un message