17 mai 2017 Jour118 de la première année - Histoire

17 mai 2017 Jour118 de la première année - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

17 mai 2017 Jour 118 de la première année

9h00 LE PRÉSIDENT quitte la Maison Blanche en route vers Joint Base Andrews

Pelouse Sud

9 h 20 LE PRÉSIDENT quitte Washington, D.C. en route pour Groton, Connecticut

Base commune Andrews

10h25 LE PRESIDENT arrive à Groton, Connecticut

Aéroport de Groton-New London

Médias pré-identifiés

11 h 05 LE PRÉSIDENT prononce une allocution lors de la cérémonie de lancement de la United States Coast Guard Academy

Académie des garde-côtes des États-Unis

13:55 LE PRESIDENT quitte Groton, Connecticut en route vers Washington, D.C.

Aéroport de Groton-New London

15h30 LE PRESIDENT arrive à la Maison Blanche

Pelouse Sud


17 mai 2017 Jour118 de la première année - Histoire

Il y a des dizaines de milliers d'années, pendant la période glaciaire, une nouvelle créature est apparue sur Terre : le chien. Comment est-ce arrivé? Et comment la relation entre les humains et les chiens a-t-elle changé au fil des ans ? Deux articles fascinants racontent une histoire incroyable liée à la science, à l'histoire et, bien sûr, à de nombreux toutous adorables.

En lisant ces articles, cherchez comment les chiens et leurs relations avec les humains ont changé au fil du temps.

Comment le loup est devenu le chien

La vie était dure pour les humains pendant la période glaciaire. Un nouveau type d'ami a amélioré les choses.

Soyez heureux de ne pas avoir vécu sur Terre il y a 35 000 ans.

C'était une époque connue sous le nom d'ère glaciaire. De grandes plaques de glace couvraient une grande partie de l'Europe, de l'Asie et des Amériques. Il n'y avait pas encore de nations, pas de villes ou de villages. Pour beaucoup de nos premiers ancêtres humains, la vie était une lutte quotidienne pour la survie. Ils vivaient dans des grottes ou des huttes faites d'os d'animaux. Ils chassaient le renne avec des pierres et des bâtons aiguisés. Le danger rôdait partout : des maladies incurables, des tigres à dents de sabre avec des crocs de 11 pouces, des mastodontes ressemblant à des éléphants avec des défenses semblables à des épées.

Mais c'est durant cette période difficile que quelque chose de beau est né : l'amitié entre les humains et les chiens.

Soyez heureux de ne pas avoir vécu sur Terre il y a 35 000 ans.

C'était une époque connue sous le nom d'ère glaciaire. De grandes plaques de glace couvraient une grande partie de l'Europe, de l'Asie et des Amériques. Il n'y avait pas encore de nations, pas de villes ou de villages. Beaucoup de nos premiers ancêtres humains ont lutté pour survivre. Ils vivaient dans des grottes ou des huttes faites d'os d'animaux. Ils chassaient le renne avec des pierres et des bâtons aiguisés. Le danger était partout. Il y avait des maladies sans remèdes. Il y avait des tigres à dents de sabre avec des crocs de 11 pouces. Il y avait des mastodontes ressemblant à des éléphants avec de longues défenses acérées.

Mais pendant cette période difficile, quelque chose de beau est né : l'amitié entre les humains et les chiens.

Granger, New York/La Collection Granger

Les chiens de chasse égyptiens antiques bien-aimés étaient souvent transformés en momies.

Les chiens nous gardent, travaillent avec nous et se blottissent contre nous depuis des milliers d'années. Mais les scientifiques commencent seulement à comprendre la longue histoire des chiens. Là
sont de nombreux mystères. Une chose est sûre cependant : chaque chien a le même ancêtre, le loup gris.

Cela ne signifie pas qu'un loup féroce s'est soudainement et comme par magie transformé en un chihuahua jappant avec un arc rose. Le changement s'est produit progressivement, sur des milliers d'années. Les scientifiques pensent que le premier chien est apparu il y a entre 15 000 et 38 000 ans.

À cette époque, de nombreux animaux, dont le loup, représentaient une menace pour l'homme. Mais à un moment donné, un groupe d'humains et un groupe de loups se sont associés. Comment est-ce arrivé?

Une théorie : quelques loups se sont glissés dans les campements humains, attirés par de savoureux restes de nourriture. Ces loups étaient moins agressifs que les autres loups. Mais ils ont quand même aidé à protéger les humains contre de dangereux prédateurs. Et donc les humains laissent ces loups rester. Les loups les plus doux, leur ventre plein de nourriture humaine, vivaient plus longtemps que les autres loups. Ils ont donné naissance à des bébés encore plus doux, qui ont grandi pour avoir eux-mêmes des bébés doux. Et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'une nouvelle race de loup plus calme émerge.

Les chiens vivent avec les humains depuis des milliers d'années. Mais les scientifiques commencent seulement à comprendre l'histoire des chiens. Il y a beaucoup de mystères. Mais une chose est sûre : tous les chiens ont le même ancêtre, le loup gris.

Cela ne signifie pas qu'un loup féroce s'est soudainement transformé en un chihuahua jappant avec un arc rose. Le changement s'est fait lentement. Cela a pris des milliers d'années. Les experts spéculent que le premier chien est apparu il y a entre 15 000 et 38 000 ans.

À cette époque, de nombreux animaux représentaient une menace pour l'homme. Les loups étaient parmi eux. Mais à un moment donné, un groupe d'humains et un groupe de loups se sont associés. Comment est-ce arrivé?

Une théorie : quelques loups se sont glissés dans les campements humains pour manger des restes de nourriture. Ils étaient moins agressifs que les autres loups. Mais ils ont quand même aidé à protéger les humains des autres animaux. Et donc les humains les laissèrent rester. Les loups les plus doux mangeaient de la nourriture humaine. Cela les a aidés à vivre plus longtemps que les autres loups. Ils ont donné naissance à des bébés encore plus doux, qui ont grandi et ont également eu des bébés doux. Au bout d'un moment, une nouvelle race de loup plus calme est apparue.

Archives Bettmann/Getty Images

Le sergent Stubby était le chien soldat le plus célèbre de la Première Guerre mondiale.

Au fil des siècles, les loups vivant près des humains ont continué à changer. Leurs corps sont devenus plus petits, leurs oreilles plus tombantes. Ils sont devenus plus amicaux et plus désireux de plaire aux humains. Bientôt, un nouveau type de créature s'est développé : le chien.

Les chiens ont été les premiers animaux domestiqués, c'est-à-dire des animaux élevés et élevés pour vivre parmi nous. Aujourd'hui, il existe de nombreux types d'animaux domestiques : des vaches qui nous donnent du lait, des poules qui pondent des œufs, des chevaux que nous montons et des moutons qui fournissent de la laine. Mais les chiens ont été les premiers.

Finalement, les humains mettent les chiens au travail de nouvelles façons. Les chiens sont devenus des chasseurs, des combattants et des éleveurs entraînés. Les guerriers romains ont marché au combat aux côtés d'énormes chiens de guerre. Dans l'Égypte ancienne, certains chiens de chasse étaient si prisés qu'ils étaient transformés en momies et enterrés avec leurs propriétaires.

Les chiens ont également aidé de manière moins féroce. Avant que les gens n'utilisent des fourchettes, des cuillères et des serviettes, ils essuyaient leurs mains graisseuses sur les chiens qui étaient assis à leur table. Lors des nuits glaciales d'hiver, les gens utilisaient des chiens comme chauffe-pieds. Certains rois européens ne prenaient pas une bouchée de nourriture avant que leur chien ne l'ait goûtée en premier. Ce n'est qu'alors qu'ils pouvaient être sûrs que la nourriture n'avait pas été empoisonnée.

Des siècles ont passé. Les loups vivant près des humains ont continué à changer. Ils sont devenus plus petits. Leurs oreilles sont devenues plus tombantes. Ils sont devenus plus amicaux et plus désireux de plaire aux humains. Au fil du temps, un nouveau type de créature s'est développé : le chien.

Les chiens ont été les premiers animaux domestiqués, c'est-à-dire des animaux élevés et élevés pour vivre parmi nous. Aujourd'hui, il existe de nombreuses espèces d'animaux domestiques. Il y a des vaches qui nous donnent du lait, des poules qui pondent des œufs, des chevaux que nous montons et des moutons qui fournissent de la laine. Mais les chiens ont été les premiers.

Les humains ont commencé à faire travailler les chiens de nouvelles façons. Ils dressaient des chiens pour chasser, combattre et rassembler les animaux. Les guerriers romains ont marché au combat aux côtés d'énormes chiens de guerre. Dans l'Egypte ancienne, les chiens de chasse préférés étaient transformés en momies et enterrés avec leurs propriétaires.

Les chiens ont également aidé d'autres manières. Avant que les gens n'utilisent des fourchettes, des cuillères et des serviettes, ils essuyaient leurs mains graisseuses sur les chiens. Les nuits froides, les gens utilisaient des chiens comme chauffe-pieds. En Europe, certains rois ne mangeaient pas leur nourriture avant que leur chien ne l'ait goûtée en premier. De cette façon, ils pourraient dire si la nourriture avait été empoisonnée.

Archives Bettmann/Getty Images

Balto est devenu un héros en livrant des médicaments à des enfants malades en Alaska.

Dans les Amériques, les chiens travaillent aux côtés des humains depuis des milliers d'années. Les peuples autochtones utilisaient des chiens comme gardes et compagnons de chasse. George Washington a tracé des batailles de la guerre d'Indépendance avec son chien de chasse Sweetlips à ses côtés. Au début des années 1800, les explorateurs Lewis et Clark ont ​​voyagé à travers la nature sauvage de l'ouest de l'Amérique avec un gros chien noir nommé Seaman.

Au fil des siècles, le lien entre les chiens et les humains est devenu de plus en plus fort. Et tout a commencé il y a des dizaines de milliers d'années, avec une famille de loups hurlant à travers une terre gelée dangereuse.

Dans les Amériques, les chiens aident les humains depuis de nombreuses années. Les peuples autochtones utilisaient des chiens comme gardes et compagnons de chasse. George Washington a planifié des batailles de la guerre d'indépendance avec son chien de chasse Sweetlips à ses côtés. Au début des années 1800, les explorateurs Lewis et Clark ont ​​traversé la nature sauvage de l'ouest de l'Amérique avec un gros chien noir nommé Seaman.

Au fil du temps, le lien entre les chiens et les humains est devenu très fort. Et tout a commencé il y a des milliers d'années, avec une famille de loups hurlant à travers une terre gelée dangereuse.

Comment l'Amérique est devenue DOG Crazy

Aujourd'hui, les chiens sont plus que des animaux de compagnie. Ce sont des membres de la famille.

Scout, un petit chien brun, semble devenir fou. Il rebondit de haut en bas comme une boule de poils. Sa petite langue rose sort de sa bouche alors qu'il lèche tout le monde
aperçu.

"Il est juste excité", soupire Ruby, 12 ans. "Il est toujours excité."

Depuis l'arrivée de Scout dans la maison de Ruby il y a deux ans, le chien a été une source inépuisable de jappements à fendre les oreilles, de coups de langue baveux, de flaques d'eau malodorantes et de taches brunes sur le tapis.

Personne dans la famille de Ruby n'aurait jamais imaginé posséder une petite bête aussi gâtée et mal élevée. La famille n'imaginait pas non plus qu'elle pourrait aimer un animal autant qu'elle aime Scout.

"Il est tellement ennuyeux", gémit Ruby. Mais ensuite, elle attrape le petit chien et embrasse son nez noir gluant.

Vous pouvez pratiquement voir le cœur de Ruby fondre d'amour.

Scout, un petit chien brun, semble devenir fou. Il rebondit de haut en bas comme une boule de poils. Sa langue sort de sa bouche alors qu'il lèche tout le monde en vue.

"Il est juste excité", soupire Ruby, 12 ans. "Il est toujours excité."

Scout vit avec la famille de Ruby. Il jappe fort. Il bave. Il laisse des flaques d'eau sur le sol. Il tache le tapis.

Personne dans la maison de Ruby n'avait jamais imaginé posséder une petite bête aussi gâtée et mal élevée. Ils n'imaginaient pas non plus qu'ils pourraient aimer un animal autant qu'ils aiment Scout.

"Il est tellement ennuyeux", gémit Ruby. Mais ensuite, elle attrape Scout et l'embrasse.

Vous pouvez presque voir le cœur de Ruby fondre d'amour.

Granger, New York/La Collection Granger

Le président Franklin D. Roosevelt était rarement vu sans son terrier, Fala.

Aujourd'hui, près de 50 % des familles américaines possèdent au moins un chien. Les Américains dépensent des dizaines de milliards de dollars pour leurs chiens chaque année, pour tout, des visites et du toilettage chez le vétérinaire aux friandises gastronomiques et aux gadgets de haute technologie comme les tapis roulants pour chiens. Un sondage de 2015 a révélé que 38% des propriétaires de chiens américains préparent des repas spéciaux pour leurs chiens. Il n'est pas surprenant que 96% des propriétaires considèrent leurs chiens comme des membres de la famille.

Les chiens sont aux côtés des humains depuis des dizaines de milliers d'années. Mais jusqu'à récemment, les chiens étaient principalement appréciés pour le travail qu'ils pouvaient faire. Ils pourraient chasser les renards des poulaillers et débarrasser les cuisines des restaurants des rats. Ils pouvaient chasser les canards et tirer des traîneaux sur des collines enneigées. Lorsque des incendies ont éclaté dans les villes, les chiens des casernes de pompiers ont ouvert la voie aux camions de pompiers tirés par des chevaux.

Ces chiens qui travaillaient dur étaient trop sales et malodorants pour être autorisés à l'intérieur. Les chiens qui tombaient malades ou blessés guérissaient d'eux-mêmes ou mouraient, la plupart des vétérinaires ne prenaient soin que d'animaux de valeur, comme les chevaux et les vaches.

Aujourd'hui, près de la moitié des familles américaines possèdent un chien. Nous dépensons des dizaines de milliards de dollars pour nos chiens chaque année. Il y a des visites chez le vétérinaire, du toilettage, des friandises gastronomiques et plus encore. Un sondage de 2015 a révélé que 38% des propriétaires de chiens américains préparent des repas spéciaux pour leurs chiens. Il n'est pas surprenant que 96% des propriétaires considèrent leurs chiens comme des membres de la famille.

Les chiens sont aux côtés des humains depuis des milliers d'années. Mais jusqu'à récemment, les chiens étaient principalement appréciés pour le travail qu'ils pouvaient faire. Ils chassaient les renards des poulaillers. Ils ont nettoyé les cuisines des restaurants des rats. Ils chassaient les canards. Ils ont tiré des traîneaux sur la neige. Lorsque des incendies ont éclaté dans les villes, les chiens des casernes de pompiers ont ouvert la voie aux camions de pompiers tirés par des chevaux.

Ces chiens qui travaillaient dur étaient trop sales et malodorants pour vivre à l'intérieur. S'ils tombaient malades ou blessés, ils guérissaient d'eux-mêmes ou mourraient. La plupart des vétérinaires ne traitaient que les animaux considérés comme précieux à l'époque, comme les chevaux et les vaches.

Gabi Rona/CBS Photo Archive/Getty Images

Dans les années 50, l'émission Lassie a aidé à transformer les chiens en animaux de compagnie entièrement américains.

Mais à la fin des années 1800, cela commençait à changer. L'Amérique devenait plus riche. Plus de gens pourraient se permettre de nourrir et de prendre soin d'un animal de compagnie. De nouveaux savons puissants nettoient les chiens et tuent les puces. Les entreprises ont commencé à vendre de la nourriture pour chiens, ce qui a rendu l'alimentation d'un chien plus pratique. Les vétérinaires ont ouvert des bureaux uniquement pour traiter les chiens et autres animaux de compagnie. Dans les années 1950, certaines des émissions de télévision les plus populaires, comme Gamine et Les Aventures de Rin Tin Tin, a aidé à transformer les chiens en animaux de compagnie entièrement américains.

Bien sûr, les Américains ont également adopté d'autres animaux de compagnie. Par exemple, il y a plus de chats dans les foyers américains que de chiens. Mais les humains ont une relation particulièrement puissante avec les chiens, une relation que les scientifiques commencent tout juste à comprendre.

Mais à la fin des années 1800, cela changeait. L'Amérique devenait plus riche. Plus de gens pourraient se permettre de nourrir et de prendre soin d'un animal de compagnie. De nouveaux savons puissants nettoient les chiens et tuent les puces. Les entreprises ont commencé à vendre de la nourriture pour chiens, ce qui a simplifié l'alimentation d'un chien. Les vétérinaires ont ouvert des bureaux uniquement pour soigner les animaux de compagnie. Dans les années 1950, des émissions de télévision comme Gamine et Les Aventures de Rin Tin Tin aidé à transformer les chiens en animaux de compagnie populaires.

Les Américains aiment aussi les autres animaux de compagnie. Il y a plus de chats que de chiens dans les foyers américains. Mais les humains ont un lien particulier avec les chiens. Les scientifiques commencent tout juste à comprendre ce lien.

Des études montrent que les chiens améliorent vraiment notre vie. Promener un chien plusieurs fois par jour améliore la santé des personnes âgées. Les chiens peuvent aider les enfants atteints d'autisme et d'autres défis à faire face au stress.

De nouvelles recherches aident à montrer la base scientifique de notre lien avec les chiens. En 2015, des chercheurs japonais ont découvert que lorsque les humains et les chiens se regardaient dans les yeux, quelque chose se passait dans le corps des deux espèces. Les cerveaux de l'homme et du chien libèrent un produit chimique qui les fait se sentir proches. C'est le même produit chimique qui aide les mères à se sentir proches de leur bébé.

Une autre étude a montré que lorsque les humains pointent du doigt quelque chose, les chiens regardent où nous pointons. Cela montre que les chiens essaient de nous comprendre. Même notre plus proche parent animal, le chimpanzé, ne le fait pas naturellement.

Aujourd'hui, les chiens aident les humains de nombreuses manières incroyables. Ils dirigent des gens qui ne peuvent pas voir. Ils trouvent des gens qui sont perdus. Ils réconfortent les soldats blessés.

Mais la plupart des chiens sont comme Scout, avec un seul travail principal : nous aimer. Et pour la plupart d'entre nous, cela suffit.

Des études montrent que les chiens améliorent notre vie. Les propriétaires de chiens ont tendance à faire plus d'exercice, ces promenades quotidiennes les rendent plus sains. Les chiens peuvent aider les enfants atteints d'autisme et d'autres défis à faire face au stress.

De nouvelles recherches aident à découvrir la raison scientifique de notre lien avec les chiens. En 2015, des chercheurs japonais ont découvert que lorsque les humains et les chiens se regardent dans les yeux, quelque chose se passe à l'intérieur de leur corps. Le cerveau humain et le cerveau du chien libèrent un produit chimique qui les fait se sentir proches. C'est le même produit chimique qui aide les mères à se sentir proches de leur bébé.

Une autre étude a montré que lorsque les humains pointent du doigt quelque chose, les chiens regardent où nous pointons. Cela montre que les chiens essaient de nous comprendre. Même notre plus proche parent animal, le chimpanzé, ne le fait pas naturellement.

Aujourd'hui, les chiens aident les humains de plusieurs manières. Ils dirigent des gens qui ne peuvent pas voir. Ils trouvent des gens qui sont perdus. Ils réconfortent les soldats blessés.

Mais la plupart des chiens, comme Scout, n'ont qu'une tâche principale : nous aimer. Et pour la plupart d'entre nous, cela suffit.

  • Imaginez que vous puissiez vous transformer en loup ou en chien. Lequel serais-tu ? Écrivez un paragraphe expliquant votre choix et la période dans laquelle vous aimeriez vivre. Trouvez des détails dans les articles et utilisez votre imagination pour décrire à quoi ressemblerait votre vie, quelles pourraient être vos activités quotidiennes et quelle serait votre relation avec les humains serait comme.
  • Regardez la vidéo "Dans le monde des chiens de travail militaires". Pendant que vous regardez, faites une liste de toutes les façons dont les chiens aident les soldats. Ensuite, utilisez votre liste pour écrire une note de remerciement à un chien de travail militaire pour avoir été une aide si importante.
  • Imaginez que vous puissiez vous transformer en loup ou en chien. Lequel serais-tu ? Écrivez un paragraphe expliquant votre choix et la période dans laquelle vous aimeriez vivre. Trouvez des détails dans les articles et utilisez votre imagination pour décrire à quoi ressemblerait votre vie, quelles pourraient être vos activités quotidiennes et quelle serait votre relation avec les humains serait comme.
  • Regardez la vidéo "Dans le monde des chiens de travail militaires". Pendant que vous regardez, faites une liste de toutes les façons dont les chiens aident les soldats. Ensuite, utilisez votre liste pour écrire une note de remerciement à un chien de travail militaire pour avoir été une aide si importante.
  • Imaginez que vous puissiez vous transformer en loup ou en chien. Lequel serais-tu ? Écrivez un paragraphe expliquant votre choix et la période dans laquelle vous aimeriez vivre. Trouvez des détails dans les articles et utilisez votre imagination pour décrire à quoi ressemblerait votre vie, quelles pourraient être vos activités quotidiennes et quelle serait votre relation avec les humains serait comme.
  • Regardez la vidéo "Dans le monde des chiens de travail militaires". Pendant que vous regardez, faites une liste de toutes les façons dont les chiens aident les soldats. Ensuite, utilisez votre liste pour écrire une note de remerciement à un chien de travail militaire pour avoir été une aide si importante.
  • Imaginez que vous puissiez vous transformer en loup ou en chien. Lequel serais-tu ? Écrivez un paragraphe expliquant votre choix et la période dans laquelle vous aimeriez vivre. Trouvez des détails dans les articles et utilisez votre imagination pour décrire à quoi ressemblerait votre vie, quelles pourraient être vos activités quotidiennes et quelle serait votre relation avec les humains serait comme.
  • Regardez la vidéo "Dans le monde des chiens de travail militaires". Pendant que vous regardez, faites une liste de toutes les façons dont les chiens aident les soldats. Ensuite, utilisez votre liste pour écrire une note de remerciement à un chien de travail militaire pour avoir été une aide si importante.

Synthèse, vocabulaire, preuves textuelles, idée principale, détails clés, ton, comparaison et contraste, cause et effet, structure du texte, écriture explicative

"Comment le loup est devenu le chien" explique d'où viennent les chiens et l'histoire de leur relation avec les humains. "How America Went DOG Crazy" raconte comment les chiens sont devenus des animaux de compagnie populaires et appréciés aux États-Unis.

Le premier texte est principalement chronologique. Les deux textes incluent des structures de cause à effet et de comparaison et de contraste.

Les articles incluent un vocabulaire académique stimulant et spécifique à un domaine (par ex. ancêtres, domestiqués, métamorphosés, prédateurs), ainsi que le langage figuré comme les comparaisons et les questions rhétoriques.

Une certaine connaissance des caractéristiques et du comportement du chien aidera à la compréhension. Les articles incluent également des références historiques (George Washington, Lewis et Clark) et la mention d'anciennes émissions de télévision.

860L (au niveau), 650L (niveau inférieur)

Aperçu des fonctionnalités du texte et du vocabulaire (20 minutes)

  • Demandez aux élèves de regarder les photos et les légendes des deux articles. Demandez : Quelle différence remarquez-vous entre les chiens présentés dans le premier article et ceux du second ? (Les chiens du premier article ont des tâches importantes : chasser, se battre, délivrer des médicaments. Ceux du deuxième article semblent être des animaux de compagnie adorés.)
  • Distribuer le activité de vocabulaire d'introduire des termes difficiles dans le texte. Termes mis en évidence : ancêtres, mastodontes, métamorphosé, spéculer, agressif, domestiqué
  • Demandez à un élève de lire à haute voix l'encadré De près à la page 16 pour la classe.

Lire et décompresser le texte (45 minutes)

Lisez les articles en classe. Ensuite, répartissez les élèves en groupes pour répondre aux questions à lecture rapprochée.

Discuter de la question de réflexion critique en tant que classe.

"Comment le loup est devenu le chien"

Questions de lecture approfondie

Dans la première section, les auteurs écrivent que « la vie était une lutte quotidienne pour la survie » pendant la période glaciaire. Quelles preuves donnent-ils pour étayer cette affirmation? (preuve textuelle) Les auteurs expliquent que de nombreux premiers humains vivaient dans des abris faits d'os d'animaux, chassaient à l'aide d'outils simples, souffraient de maladies incurables et étaient menacés par des animaux féroces comme des tigres à dents de sabre.

Selon « From Wolf to Dog », que savent les scientifiques avec certitude sur l'histoire des chiens ? (idée principale) Les scientifiques savent que tous les chiens ont le même ancêtre animal, le loup gris, et qu'il a fallu des milliers d'années pour que les loups se transforment en créatures que nous connaissons sous le nom de chiens.

Quelle est une théorie sur la façon dont les humains et les loups ont fait équipe pour la première fois ? Comment cela a-t-il aidé les deux espèces? (détails clés) Une théorie est qu'un groupe de loups moins agressifs a commencé à se faufiler dans les campings humains pour manger des restes de nourriture. Cela a aidé à garder les humains à l'abri d'autres prédateurs dangereux et a aidé les loups à vivre plus longtemps que la plupart des autres loups.

Basé sur "Hunters, Napkins", qu'est-ce qu'un animal domestique ? Quels détails dans cette section vous aident à comprendre ce qui fait des chiens des animaux domestiques ? (vocabulaire/détails clés) Un animal domestique est un animal qui s'est développé pour vivre parmi les humains, souvent pour servir un objectif utile. La section montre que les chiens sont domestiqués en notant qu'ils sont «désireux de plaire aux humains» et que les humains les ont utilisés pour effectuer des tâches telles que la chasse, l'élevage et même le réchauffement des pieds.

"Comment l'Amérique est devenue folle de CHIEN"

Questions de lecture approfondie

Dans la première section, quel est le ton ou l'attitude des auteurs envers Scout ? Pourquoi pensez-vous qu'ils décrivent Scout de cette manière ? (Ton) Le ton des auteurs est agacé et désapprobateur, ils décrivent Scout comme "une petite bête gâtée et mal élevée". Cette description montre que l'amour de ses propriétaires pour lui est assez fort pour compenser l'agacement.

Relisez la section « Trop sale et malodorante ». En quoi la façon dont les chiens sont traités aujourd'hui est-elle différente de la façon dont ils étaient traités dans le passé ? (Compare et nuance) Aujourd'hui, les chiens sont traités comme des membres importants de la famille, ils sont choyés avec des friandises et se sont précipités chez le vétérinaire lorsqu'ils sont malades. Mais dans le passé, les chiens étaient simplement considérés comme des travailleurs. Ils étaient gardés à l'extérieur et n'étaient pas considérés comme suffisamment précieux pour être emmenés pour des soins médicaux.

Basé sur « Des travailleurs aux animaux domestiques », comment l'Amérique a-t-elle changé à la fin des années 1900 ? Comment cela a-t-il affecté notre relation avec les chiens ? (cause et effet) À la fin des années 1800, l'Amérique devenait plus riche. De plus en plus de gens pouvaient se permettre de nourrir et de prendre soin de leurs chiens, les chiens sont donc devenus plus populaires comme animaux de compagnie.

Pourquoi les auteurs auraient-ils inclus la section « Une découverte surprenante » ? (structure du texte) Les auteurs ont probablement inclus cette section pour aider à expliquer l'une des idées principales de l'article, à savoir que les humains et les chiens ont « une relation particulièrement puissante ». Comprendre la base scientifique de cette relation aide les lecteurs à comprendre pourquoi les chiens sont des animaux de compagnie si populaires.

Question critique

Quelle est la plus grande différence entre pourquoi les gens possèdent des chiens aujourd'hui et pourquoi les gens possédaient des chiens dans le passé ? Utilisez les détails des deux articles dans votre réponse. (synthétiser) Aujourd'hui, la plupart des gens ont des chiens comme compagnons. 96 % des propriétaires considèrent même que leurs chiens de compagnie font partie de la famille. Mais dans le passé, les gens gardaient des chiens principalement pour effectuer des tâches comme la chasse, l'élevage et le combat.


Mots clés

Le public ne manque pas d'informations sur les diverses formes de jeûne intermittent et les prétendus bienfaits pour la santé de telles pratiques. En revanche, il existe une pénurie de données factuelles sur le jeûne intermittent pouvant être utilisées pour générer des recommandations pour la pratique de la santé publique. Le jeûne intermittent, c'est-à-dire les périodes d'abstinence volontaire de nourriture et de boisson, est une pratique ancienne suivie dans une variété de formats différents par les populations du monde entier (12). La presse populaire comprend de nombreuses publications, blogs, articles de presse et recommandations diététiques liés au jeûne intermittent et à la restriction calorique intermittente. Par exemple, en 2013, Mosley & Spencer (75) a publié un livre à succès intitulé "The FastDiet", qui vante les avantages de restreindre sévèrement l'apport énergétique pendant 2 jours par semaine mais de manger normalement le reste de la semaine. Un grand détaillant en ligne répertorie plus de 1 500 articles liés au jeûne intermittent, notamment des livres de régime, des collections de recettes, des applications et des compléments alimentaires. Le jeûne intermittent et la santé métabolique suscitent un grand intérêt dans la communauté scientifique, ainsi que parmi le grand public et les médias. Le nombre d'articles de synthèse sur le sujet général correspond presque au nombre d'études primaires de recherche sur des modèles humains et animaux publiées au cours de la période 2014-2016 (3-6, 8, 9, 19-23, 29, 40, 44, 48, 51, 53 , 56, 58, 59, 63, 66-68, 72, 76, 84, 91, 92, 103, 104, 108, 116, 121). Ensemble, des preuves frappantes d'études animales et des preuves suggestives d'études humaines soutiennent fortement la nécessité d'une enquête clinique rigoureuse sur l'utilisation de régimes de jeûne intermittent pour améliorer la santé.

Cette revue donne un aperçu des régimes de jeûne intermittent (Tableau 1), résume les preuves des avantages pour la santé du jeûne intermittent et discute des mécanismes physiologiques par lesquels le jeûne intermittent pourrait conduire à de meilleurs résultats pour la santé. Nous nous concentrons sur les études d'intervention humaine, mais présentons également des preuves convaincantes provenant de modèles et de revues de rongeurs. La majeure partie des preuves scientifiques des bienfaits du jeûne intermittent pour la santé provient principalement d'études sur des modèles de rongeurs mâles. Les études humaines se sont largement limitées à des études d'observation du jeûne religieux (par exemple, pendant le ramadan), à des études transversales sur les habitudes alimentaires associées aux résultats pour la santé et à des études expérimentales avec des échantillons de taille modeste. Aux fins de cette revue, les résultats de santé d'intérêt sont les changements de poids et de paramètres métaboliques associés au diabète de type 2, aux maladies cardiovasculaires et au cancer. Nous présentons également un aperçu des principaux mécanismes physiologiques supposés lier les régimes de jeûne à la santé humaine : (une) biologie circadienne, (b) le microbiome intestinal, et (c) les comportements de style de vie modifiables, tels que l'alimentation, l'activité et le sommeil. En conclusion, nous présentons des points de synthèse concernant la base de données probantes pour le jeûne intermittent en tant qu'intervention pour améliorer la santé humaine et proposons des problèmes futurs qui devraient être traités dans des essais cliniques rigoureusement conçus.

Régimes de jeûne intermittent supposés avoir un impact sur les résultats pour la santé


Comment Donald Trump a proposé « Make America Great Again »


Le président élu Donald Trump pose pour un portrait à la Trump Tower le 17 janvier. (Matt McClain/The Washington Post)

Les quatre mots qui aideraient à propulser Donald Trump à la Maison Blanche étaient une inspiration née des années auparavant, alors que presque personne d'autre que Trump lui-même ne pouvait l'imaginer prêter serment en tant que 45e président des États-Unis.

Cela s'est produit le 7 novembre 2012, le lendemain de la défaite de Mitt Romney contre le président Obama. Les républicains s'enfonçaient dans une crise d'identité, dont certains se demandaient si un président du GOP siégerait un jour à nouveau dans le bureau ovale.

Mais au 26e étage d'une tour dorée de Manhattan qui porte son nom, Trump arrivait à la conclusion que son moment était proche.

Et de façon typique, la première chose à laquelle il a pensé était de savoir comment le marquer.

L'une après l'autre, des phrases surgissaient dans sa tête. « Nous ferons de l'Amérique une grande. » Celui-là n'avait pas la bonne bague. Puis, « Make America Great. » Mais cela sonnait comme un affront pour le pays.

Et puis, ça l'a frappé: "Make America Great Again."

"J'ai dit:" C'est tellement bon. "Je l'ai écrit", a rappelé Trump dans une interview. « Je suis allé voir mes avocats. J'ai beaucoup d'avocats en interne. Nous avons de nombreux avocats. J'ai des gars qui s'occupent de ce genre de choses. J'ai dit : « Voyez si vous pouvez faire enregistrer et déposer cette marque. »

Cinq jours plus tard, Trump signait une demande auprès de l'Office américain des brevets et des marques, dans laquelle il demandait les droits exclusifs d'utilisation de « Make America Great Again » pour « les services du comité d'action politique, à savoir la sensibilisation du public aux questions politiques et la collecte de fonds dans le domaine de la politique. Il a joint des frais d'inscription de 325 $.

C'était une vision qui allait à l'encontre de la sagesse conventionnelle de l'époque - en fait, c'était "bien le contraire", a déclaré Trump.

Pour se sauver, l'establishment républicain en était convaincu, le GOP devrait poncer ses bords, devenir plus gentil et plus inclusif. « Make America Great Again » était source de discorde et passéiste. Il n'a fait aucun clin d'œil à la diversité, à la civilité ou au progrès.

Cela ressemblait à un souhait de mort.

Mais Trump avait vu quelque chose de différent dans le pays et dans la vie quotidienne de ses citoyens en difficulté.

«Je sentais que les emplois étaient en difficulté», a-t-il déclaré. « J'ai examiné les nombreux types de maladies que notre pays avait, et si c'était à la frontière, si c'était la sécurité, si c'était la loi et l'ordre ou le manque d'ordre public. Ensuite, bien sûr, vous pouvez échanger, et je me suis dit : « Qu'est-ce qui serait bien ? » J'étais assis à mon bureau, là où je suis en ce moment, et j'ai dit : « Make America Great Again. »

« Si vous cherchez quelqu'un pour dire ce qui ne va pas avec l'Amérique, je ne suis pas votre candidat. Je pense qu'il y a plus de bien que de mal », a déclaré la candidate démocrate Hillary Clinton. « Je ne pense pas que nous devons faire de l'Amérique une grande. Je pense que nous devons rendre l'Amérique plus grande.

Son mari, l'ancien président Bill Clinton, est allé jusqu'à le déclarer un sifflet raciste pour chien.

"Je suis en fait assez vieux pour me souvenir du bon vieux temps, et ils n'étaient pas si bons à bien des égards", a-t-il déclaré lors d'un rassemblement à Orlando. "Ce message où" Je vais vous redonner une grande Amérique "est si vous êtes un Sudiste blanc, vous savez exactement ce que cela signifie, n'est-ce pas?"

Le slogan lui-même n'était pas tout à fait original. Ronald Reagan et George H.W. Bush avait utilisé "Let's Make America Great Again" dans leur campagne de 1980 - un fait que Trump a maintenu qu'il ne savait pas jusqu'à il y a environ un an.

"Mais il ne l'a pas déposé", a déclaré Trump à propos de Reagan.

Sa décision de revendiquer la propriété légale reflétait l'état d'esprit d'un homme d'affaires. "Je pense que je suis quelqu'un qui comprend le marketing", a déclaré Trump.

L'avocat de la Trump Organization, Alan Garten, a déclaré que Trump détenait plus de 800 marques dans plus de 80 pays.

La marque est entrée en vigueur le 14 juillet 2015, un mois après que Trump a officiellement annoncé sa campagne et satisfait à l'exigence légale selon laquelle il l'utilisait réellement aux fins énoncées dans sa demande.

Après avoir remporté la marque, Trump a été agressif dans la protection de son idée. Lorsque ses principaux rivaux du GOP, le sénateur Ted Cruz (Tex.) et le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, ont commencé à intégrer « rendre l'Amérique formidable » dans leurs propres discours, les avocats de Trump ont envoyé des lettres de cessation et d'abstention.


La casquette de camionneur rouge de Trump avec le slogan Make America Great Again était omniprésente pendant la campagne. (Jabin Botsford/The Washington Post)

Trump était un candidat impulsif et erratique qui a mené une campagne chaotique. La seule constante, semblait-il souvent, était « Make America Great Again ».

«Je ne savais pas que ça allait se propager comme ça l'a fait. Cela a été incroyable », a déclaré Trump. « Le chapeau, je suppose, est le plus grand symbole, ne diriez-vous pas ? »

There were plenty of snickers when his Federal Election Commission filings showed that his campaign was spending more on “Make America Great Again” trucker caps than on polling, political consultants, staff or television ads.

“An appropriate icon for his failing campaign,” the Washington Examiner’s Philip Wegmann wrote in late October. “The millions of hats will make excellent keepsakes for those who thought his populist bravado could overcome Clinton’s unimaginative and conventional but well-oiled political machine.”

Trump saw the hats as a fundraising and advertising vehicle. He was thrilled when his campaign headgear landed in the New York Times Style section — during Fashion Week, no less.

“In the Style section, it was the ornament — what do you call that? — an accessory. They said the accessory of the year. You know the hat. You’d see people going to the fanciest balls at the Waldorf Astoria wearing red hats,” he exulted.

As is often the case, Trump’s description is more than a little hyperbolic. What the newspaper actually wrote was that the “old-school” caps had become “the ironic must-have fashion accessory of the summer,” favored by hipsters for their “uncanny ability to capture the current absurdist political moment.”

None of which fazed the celebrity billionaire who had debuted the hats by wearing one during a July 2015 trip to the Mexican border — or the legions of supporters who raced to snap them up. Trump had designed them himself, he said. The basic models sold through his campaign website were priced at $25.

“How many did we sell? Does anyone know? Millions!” Trump said in the interview.

“It was copied, unfortunately. It was knocked off by 10 to one. It was knocked off by others. But it was a slogan, and every time somebody buys one, that’s an advertisement.”

However many hats he sold, what cannot be disputed is that “Make America Great Again” caught on. It was the most effective kind of political message, bite-sized and visceral.

“It actually inspired me,” Trump said, “because to me, it meant jobs. It meant industry, and meant military strength. It meant taking care of our veterans. It meant so much.”

That kind of mission statement was something that Clinton’s campaign — for all its poll testing and high-priced advice from Madison Avenue — struggled to articulate.

Her strategists considered 85 possibilities for a general-election campaign slogan before settling on “Stronger Together,” according to an email from the account of campaign chairman John Podesta that was published by WikiLeaks.

What they were up against was nothing short of “a marketing genius,” said David Axelrod, who had been Obama’s chief political strategist. Trump “understood the market that he was trying to reach. You can’t deny him that. He was very focused from the start on who he was talking to.”

While Clinton carried the popular vote, Trump lined up the states he needed to win what mattered: the electoral college.

“In terms of galvanizing the market that he was talking to,” Axelrod said, “he did it single-mindedly and ingeniously.”

Halfway through his interview with The Washington Post, Trump shared a bit of news: He already has decided on his slogan for a reelection bid in 2020.

“Are you ready?” il a dit. “ ‘Keep America Great,’ exclamation point.”

“Get me my lawyer!” the president-elect shouted.

Two minutes later, one arrived.

“Will you trademark and register, if you would, if you like it — I think I like it, right? Do this: ‘Keep America Great,’ with an exclamation point. With and without an exclamation. ‘Keep America Great,’ ” Trump said.

“Got it,” the lawyer replied.

That bit of business out of the way, Trump returned to the interview.

“I never thought I’d be giving [you] my expression for four years [from now],” he said. “But I am so confident that we are going to be, it is going to be so amazing. It’s the only reason I give it to you. If I was, like, ambiguous about it, if I wasn’t sure about what is going to happen — the country is going to be great.”

All of which raises the questions: How can greatness be measured and sensed? What does it even mean?

“Being a great president has to do with a lot of things, but one of them is being a great cheerleader for the country,” Trump said. “And we’re going to show the people as we build up our military, we’re going to display our military.

“That military may come marching down Pennsylvania Avenue. That military may be flying over New York City and Washington, D.C., for parades. I mean, we’re going to be showing our military,” he added.

But Trump acknowledged that slogans and showmanship will not be the ultimate tests of whether the country is “great again.”

The president-elect has an ambitious to-do list for the next four years: building stronger borders, keeping the country safe against terrorism, producing more jobs, repealing the Affordable Care Act, replacing it with something better, promoting excellence in engineering and science, investing in modern infrastructure.

Ultimately, it will be up to the people for whom “Make America Great Again” was a covenant, not a slogan, to decide whether the 45th president has lived up to his promise.

“I think they have to feel it,” Trump acknowledged. “Being a cheerleader or a salesman for the country is very important, but you still have to produce the results.”

“Honestly, you haven’t seen anything yet. Wait till you see what happens, starting next Monday,” he said. “A lot of things are going to happen. Great things.”


May 17, 2017 Day118 of the First Year - History

The 2030 Agenda for Sustainable Development, adopted by all United Nations Member States in 2015, provides a shared blueprint for peace and prosperity for people and the planet, now and into the future. At its heart are the 17 Sustainable Development Goals (SDGs), which are an urgent call for action by all countries - developed and developing - in a global partnership. They recognize that ending poverty and other deprivations must go hand-in-hand with strategies that improve health and education, reduce inequality, and spur economic growth – all while tackling climate change and working to preserve our oceans and forests.

The SDGs build on decades of work by countries and the UN, including the UN Department of Economic and Social Affairs

  • In June 1992, at the Earth Summit in Rio de Janeiro, Brazil, more than 178 countries adopted Agenda 21, a comprehensive plan of action to build a global partnership for sustainable development to improve human lives and protect the environment.
  • Member States unanimously adopted the Millennium Declaration at the Millennium Summit in September 2000 at UN Headquarters in New York. The Summit led to the elaboration of eight Millennium Development Goals (MDGs) to reduce extreme poverty by 2015.
  • The Johannesburg Declaration on Sustainable Development and the Plan of Implementation, adopted at the World Summit on Sustainable Development in South Africa in 2002, reaffirmed the global community's commitments to poverty eradication and the environment, and built on Agenda 21 and the Millennium Declaration by including more emphasis on multilateral partnerships.
  • At the United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20) in Rio de Janeiro, Brazil, in June 2012, Member States adopted the outcome document "The Future We Want" in which they decided, inter alia, to launch a process to develop a set of SDGs to build upon the MDGs and to establish the UN High-level Political Forum on Sustainable Development. The Rio +20 outcome also contained other measures for implementing sustainable development, including mandates for future programmes of work in development financing, small island developing states and more.
  • In 2013, the General Assembly set up a 30-member Open Working Group to develop a proposal on the SDGs.
  • In January 2015, the General Assembly began the negotiation process on the post-2015 development agenda. The process culminated in the subsequent adoption of the 2030 Agenda for Sustainable Development, with 17 SDGs at its core, at the UN Sustainable Development Summit in September 2015.
  • 2015 was a landmark year for multilateralism and international policy shaping, with the adoption of several major agreements:
      (March 2015) (July 2015) with its 17 SDGs was adopted at the UN Sustainable Development Summit in New York in September 2015. (December 2015)
  • Today, the Division for Sustainable Development Goals (DSDG) in the United Nations Department of Economic and Social Affairs (UNDESA) provides substantive support and capacity-building for the SDGs and their related thematic issues, including water, energy, climate, oceans, urbanization, transport, science and technology, the Global Sustainable Development Report (GSDR), partnerships and Small Island Developing States. DSDG plays a key role in the evaluation of UN systemwide implementation of the 2030 Agenda and on advocacy and outreach activities relating to the SDGs. In order to make the 2030 Agenda a reality, broad ownership of the SDGs must translate into a strong commitment by all stakeholders to implement the global goals. DSDG aims to help facilitate this engagement.

    Follow DSDG on Facebook at www.facebook.com/sustdev and on Twitter at @SustDev.


    4. Hurricanes Harvey, Irma, and Maria

    Hurricane season in 2017 was particularly brutal for the southeastern U.S. and Caribbean. Hurricane Harvey left a path of destruction in Houston and surrounding areas of Texas as well as Louisiana. Record-breaking downpours left entire towns underwater, including small farm communities like Winnie, Texas .

    The nation barely had time to rally around the victims before Hurricane Irma made landfall in Florida, also causing severe damage in Puerto Rico on the way.

    Then when Hurricane Maria made landfall in Puerto Rico at the end of September, power was knocked out to the entire U.S. territory and millions of residents -- who are U.S. citizens -- struggled to find clean drinking water and safe shelter. With communications down and major roadways destroyed, aid couldn't reach large portions of the population .

    People are understandably furious about the power outage at @ATLairport - but know this:

    Sunday in Puerto Rico
    88 days after Maria
    Status.pr reports:
    *69% power generation
    (Thousands of Americans have been without power for nearly 3 months it may be May before everyone has it)

    &mdash David Begnaud (@DavidBegnaud) December 17, 2017

    Three months later, 30 percent of the island is still without electricity and nearly 250,000 people have sought refuge in Florida, CBS News' David Begnaud reports.


    President Obama Has Now Granted More Commutations than Any President in this Nation’s History

    Today, 273 individuals learned that the President has given them a second chance. With today’s 209 grants of commutation, the President has now commuted the sentences of 1,385 individuals – the most grants of commutation issued by any President in this nation’s history. President Obama’s 1,385 commutation grants – which includes 504 life sentences – is also more than the total number of commutations issued by the past 12 presidents combined. And with today’s 64 pardons, the President has now granted a total of 212 pardons.

    Today, 209 commutation recipients – including 109 individuals who had believed they would live out their remaining days in prison – learned that they will be rejoining their families and loved ones, and 64 pardon recipients learned that their past convictions have been forgiven. These 273 individuals learned that our nation is a forgiving nation, where hard work and a commitment to rehabilitation can lead to a second chance, and where wrongs from the past will not deprive an individual of the opportunity to move forward. Today, 273 individuals – like President Obama’s 1,324 clemency recipients before them – learned that our President has found them deserving of a second chance.

    While the mercy the President has shown his 1,597 clemency recipients is remarkable, we must remember that clemency is an extraordinary remedy, granted only after the President has concluded that a particular individual has demonstrated a readiness to make use of his or her second chance. Only Congress can achieve the broader reforms needed to ensure over the long run that our criminal justice system operates more fairly and effectively in the service of public safety.


    Standard history

    In March 2004 the International Accounting Standards Board (Board) issued IFRS 4 Insurance Contracts. IFRS 4 was an interim standard which was meant to be in place until the Board completed its project on insurance contracts. IFRS 4 permitted entities to use a wide variety of accounting practices for insurance contracts, reflecting national accounting requirements and variations of those requirements, subject to limited improvements and specified disclosures.

    In May 2017, the Board completed its project on insurance contracts with the issuance of IFRS 17 Insurance Contracts. IFRS 17 replaces IFRS 4 and sets out principles for the recognition, measurement, presentation and disclosure of insurance contracts within the scope of IFRS 17.

    In June 2020, the Board issued Amendments to IFRS 17. The objective of the amendments is to assist entities implementing the Standard, while not unduly disrupting implementation or diminishing the usefulness of the information provided by applying IFRS 17.

    Other Standards have made minor consequential amendments to IFRS 17, including Amendments to References to the Conceptual Framework in IFRS Standards (issued March 2018) and Definition of Material (Amendments to IAS 1 and IAS 8) (issued October 2018).


    The Earth’s temperature has risen since record-keeping began in the 19th century. Warming began to accelerate around the 1980s.

    Distance from 1951-1980 average

    Human-induced climate change has made it at least 160 times more likely that three consecutive years after 2000 would be record-setting, according to Michael E. Mann, a climate scientist at Pennsylvania State University.

    His findings show that if human-induced climate change was not part of the equation, the amount of warming in 2016 would have less than one-in-a-million odds of occurring.

    “One could argue that about 75 percent of the warmth was due to human impact,” Dr. Mann said.


    L'attentat de 1927 qui reste le massacre scolaire le plus meurtrier d'Amérique

    Ancolie. Virginie Tech. Université du Texas. Crochet de sable. La terrible histoire des fusillades dans les écoles de l'Amérique est une liste dont les membres ne peuvent pas être nommés seuls. Parlez de n'importe lequel d'entre eux, et les autres planent toujours à la périphérie. Mais un nom est rarement mentionné parmi les autres, le massacre scolaire le plus ancien et le plus meurtrier de l'histoire des États-Unis : l'attentat à la bombe à l'école de Bath.

    En 1927, Bath était un village rural de 300 habitants malgré son emplacement à dix milles de Lansing, la capitale de l'État. L'institut d'apprentissage local était la Bath Consolidated School, construite seulement cinq ans plus tôt pour remplacer les écoles à classe unique dispersées des terres agricoles environnantes. Il comptait 314 étudiants de toute la région, dont beaucoup étaient des fils et des filles d'agriculteurs. Certains élèves ont été amenés en bus et tous ont suivi des cours avec leurs pairs au cours de l'école primaire et secondaire.

    Le 18 mai était le dernier jour de cours pour les étudiants cette année-là, mais à 8h45, l'aile nord de la structure à trois étages a explosé avec une telle force que le boom a été entendu à des kilomètres.

    "Nous savions que cela venait de Bath, mais nous ne savions pas ce que c'était ou quoi que ce soit, alors nous avons sauté dans la vieille voiture et avons roulé aussi vite que possible pour voir ce que c'était", a déclaré Irene Dunham au Journal de l'État de Lansing. Le centenaire est le plus vieux survivant vivant. Elle avait 19 ans à l'époque, une personne âgée sur le point de terminer son année dernière et est restée à la maison ce matin-là en raison d'un mal de gorge.

    “Il y avait un tas d'enfants d'environ cinq ou six ans sous le toit et certains d'entre eux avaient les bras qui dépassaient, certains avaient des jambes et d'autres juste la tête qui dépassait. Ils étaient méconnaissables parce qu'ils étaient couverts de poussière, de plâtre et de sang », a écrit l'auteur local Monty J. Ellsworth dans son récit de 1927, Le désastre de l'école de Bath. « C'est un miracle que de nombreux parents n'aient pas perdu la tête avant que la tâche de sortir leurs enfants des ruines ne soit terminée. Il était entre cinq et six heures ce soir-là avant que le dernier enfant ne soit sorti.

    Alors que les membres de la communauté se précipitaient pour aider après l'explosion, obtenant une corde pour soulever le toit effondré et tirer les élèves et les enseignants des décombres, un membre du conseil scolaire nommé Andrew Kehoe s'est rendu sur le site. Kehoe est sorti de son camion rempli de dynamite et d'éclats d'obus, a pointé son fusil dessus et a tiré. L'explosion qui a suivi a tué le directeur de l'école, plusieurs autres passants et Kehoe lui-même.

    En plus des centaines de livres d'explosifs qui avaient déclenché l'explosion dans l'école, les pompiers et les policiers ont trouvé 500 livres supplémentaires de dynamite pyrotol non explosée gréées autour du sous-sol de l'école, ainsi qu'un bidon d'essence qui pourrait ont été placés là pour provoquer un incendie si la dynamite échouait. Kehoe avait également incendié sa ferme et tué sa femme et deux chevaux. Leurs corps ont été découverts à la ferme, ainsi qu'un panneau attaché à la clôture de la propriété qui disait : « Des criminels sont faits, ils ne sont pas nés. »

    L'attentat à la bombe a eu lieu le 18 mai 1927 et a causé la mort de 44 personnes, dont 38 étudiants. (Avec l'aimable autorisation d'Arnie Bernstein) The new memorial park, in which stands the cupola that was once at the top of the school. (Courtesy of Arnie Bernstein ) A car that was near the school, destroyed by the bombing. (Avec l'aimable autorisation d'Arnie Bernstein) The remains of Andrew Kehoe's house, where he killed his wife, Nellie. (Avec l'aimable autorisation d'Arnie Bernstein)

    Prior to the massacre, Kehoe had been just another community member. He lived with his wife, Nellie, on a farm, and held the position of treasurer on the Bath school board. The one-time electrician had a large supply of explosives—World War I surplus—bought from the government that he used to help farmers remove tree stumps. There’d been several unusual incidents prior to the bombing: Kehoe killed his neighbor’s dog, beat one of his horses to death, and argued with members of the school board over the cost of ongoing taxes for the consolidated school. But it had never been anything so alarming that other villagers had any suspicion of what was coming.

    “A lot of the stupid things he did were just stupid things people did,” says Arnie Bernstein, the author of Bath Massacre: America’s First School Bombing.

    In the end 44 people died, 38 of them students. It wasn’t the first bombing in the country’s history—at least eight were killed during the Haymarket Square rally in Chicago in 1886, and 30 when a bomb exploded in Manhattan in 1920. But none had been so deadly as this, or affected so many children.

    Newspapers rushed to make sense of the tragedy. They called Kehoe insane, demented, a madman. Although there was little understanding of mental illness at that point, the media still tried to find reasons for the bombing. “He was notified last June that the mortgage on his farm would be foreclosed, and that may have been the circumstance that started the clockwork of anarchy and madness in his brain,” claimed the New York Times, while the Boston Daily Globe suggested that two head injuries may have disrupted his thinking.

    “At the conclusion of the inquest, it says he was of rational mind the whole time,” Bernstein says. “It does take a rational mind to plan all that out. The reality is there’s no why.”

    In the immediate aftermath of the bombing, the community was inundated with well wishes and donations—as well as rubbernecking tourists. As funerals were held in homes around Bath over the weekend, as many as 50,000 people drove through the town, causing massive traffic jams. But almost as quickly as the media frenzy built up, it abruptly ceased—in part because of Charles Lindbergh’s successful first-ever nonstop transatlantic flight two days after the bombing. Combined with the lack of true mass media, the Bath bombing quickly fell out of the news cycle.

    “In a way that’s probably the best thing that could happen for the town, because it gave them time to mourn and heal,” Bernstein says.

    Within a year, the school had been repaired, and classes moved from local stores back to the schoolhouse. The school remained in place until the 1970s, when it was torn down and replaced by a memorial park. In the center of the park stands the school’s cupola, exactly where it would have been on the school. For Bernstein, it’s a place of quiet and peacefulness, a fitting tribute to the students and community members who died.

    “In the face of horror we discover how decent we are,” Bernstein says. “That, to me, is the beauty of Bath.”


    Voir la vidéo: Au cœur de lhistoire: Martin Luther, linitiateur de la Réforme Franck Ferrand