Mosaïque de chien de garde romain

Mosaïque de chien de garde romain


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Attention au chien

Des signes avant-coureurs de ce type ont été trouvés dans d'anciens édifices romains tels que la Maison du poète tragique à Pompéi, qui contient une mosaïque avec la légende Cave canem (prononcé [ˈkaweː ˈkaneːm] ). Certains supposent que ces avertissements ont parfois été destinés à empêcher les visiteurs de marcher sur de petits chiens délicats du type lévrier italien. [3]

En droit anglais, la mise en place d'une telle enseigne ne dégage pas le propriétaire de sa responsabilité pour tout préjudice pouvant survenir aux personnes agressées par le chien. [4] [5] Lorsqu'une entreprise fait appel aux services d'un chien de garde, le chapitre 50 de la loi de 1975 sur les chiens de garde exige qu'« un avis contenant un avertissement indiquant qu'un chien de garde est présent soit clairement affiché à chaque entrée des locaux ». [6] Dans de nombreux cas, les panneaux de sécurité intègrent à la fois des avertissements de vidéosurveillance et des avertissements de chien de garde dans la même signalisation. [7]

Philippiens 3:2 est traduit par « méfiez-vous des chiens » ou « méfiez-vous des chiens » dans la Bible King James et de nombreuses autres éditions. [8] Par exemple :

Méfiez-vous des chiens, méfiez-vous des travailleurs malfaisants, méfiez-vous de la concision.

Ceci est souvent interprété comme un euphémisme, les mauvaises personnes ayant été décrites comme des chiens dans un certain nombre de passages bibliques précédents. [9] Néanmoins, les panneaux de triage sont parfois évoqués en référence au passage. [10] [11] L'utilisation de tels signes dans le monde romain peut avoir influencé l'auteur du passage, [12] et inversement le passage peut avoir influencé la formulation des signes de cour plus modernes. [13]

  1. ^ R Wright, RH Logie (1988), "Comment les jeunes cambrioleurs choisissent leurs cibles", Le Howard Journal de la justice pénale, 27 (2) : 92-104, doi : 10.1111/j.1468-2311.1988.tb00608.x
  2. ^
  3. C Wilkinson (1998), « Déconstruire le fort », Journal d'études australiennes
  4. ^
  5. Cheryl S. Smith (2004), L'os de Rosette, p. 10–11, ISBN978-0-7645-4421-7
  6. ^
  7. James Paterson (1877), Commentaires sur la liberté du sujet et les lois d'Angleterre, p. 271
  8. ^
  9. Charles G. Addison, Horace Grey Wood (1876), Traité de droit des délits, p. 285
  10. ^
  11. Participant, Expert. "Loi de 1975 sur les chiens de garde". www.legislation.gov.uk . Récupéré le 2019-08-17.
  12. ^
  13. " " Signe de sécurité du site". securitysignage.co.uk . Récupéré le 2019-08-17.
  14. ^◄ Philippiens 3:2 ► Centre biblique
  15. ^Pourquoi se méfier des chiens ?
  16. ^Avertissement : méfiez-vous des chiens
  17. ^En avant et en haut : Philippiens 3:12-16
  18. ^Le commentaire de fond de la Bible IVP: Nouveau Testament
  19. ^Attention aux chiens

Cet article lié au chien est un bout . Vous pouvez aider Wikipedia en l'étendant.

Cet article lié à la loi est un bout . Vous pouvez aider Wikipedia en l'étendant.

Cet article lié aux animaux est un bout . Vous pouvez aider Wikipedia en l'étendant.


Histoire du Cane Corso

Le terme « Cane Corso » est historiquement autant un adjectif qu'un nom. Il décrit un type de chien dont vous avez besoin pour effectuer certaines tâches, historiquement associé à ce type de chien. Il existe des documents pour soutenir que dès 1137 après JC, ce terme était synonyme de la variété plus légère du chien molossien. Bien que l'étymologie de ce terme soit sujette à débat, il existe de nombreuses hypothèses valables quant à son emploi. Canne en italien, encore aujourd'hui signifie chien, un dérivé du latin canis. Aussi en latin, Cohortes- cela signifierait garde du corps. Corsus, serait un ancien adjectif provincial italien qui se traduit par robuste ou robuste. Le terme ne signifie cependant pas que le chien est originaire de Corse. Dans le passé, cette race était connue sous des noms à connotation provinciale tels que Dogo di Puglia. Cane Corso, cependant, est un terme plus large qui englobe la diffusion de la race dans toute l'Italie et la Sicile. Le Cane Corso était si prisé et tenu en si haute estime qu'il y a plusieurs métaphores et antidotes associés à son nom "peut corso, un homme d'aspect et d'attitude fiers." "Il mord pire qu'un canne corso" "je'nu cors, c'est ce que dirait un vieux paysan pour décrire un jeune homme qui était l'essence de la vertu morale et physique"

Ancien

Le Cane Corso est morpho-fonctionnellement représentatif des chiens de chasse à travers l'histoire. Des chiens employés pour aider l'homme à la chasse peuvent être vus dans les bas-reliefs assyriens vers 700 avant JC. Ces chiens diffèrent des chiens lourds vus à Nivinah et en Mésopotamie une centaine d'années plus tôt. Ils ont une peau beaucoup plus serrée autour du cou, ils présentent une construction beaucoup plus longue avec un abdomen rétracté. Dans une scène, ces chiens sont retenus par leur maître alors qu'ils partent à la chasse. Dans une autre scène, les chiens sont à la poursuite d'un cerf sauvage avec des lances remplissant l'air.

Dans l'Antiquité, les chiens n'étaient pas classés par des noms de race rigides, mais par l'emplacement géographique dans lequel ils se trouvaient ou par leurs utilisations particulières. Le "Molossian" trouve ses racines dans l'Épire, l'ancien État grec qui est aujourd'hui l'Albanie d'aujourd'hui. Du Molossien Oppiano écrit «pas rapide mais impétueux, un combattant d'un grand courage et d'une force incroyable, à employer contre les taureaux et les sangliers, intrépide même face à un Lion” La dynastie régnante au 4ème siècle avant JC s'appelait les Molosses, dont la mère d'Alexandre le Grand était une princesse. Les Molosses et les Macédoniens partageaient une alliance et c'est sans doute là que l'armée macédonienne a procuré à leurs féroces quelques chiens de guerre.

Les Romains

Les Romains ont rencontré pour la première fois ces Molosses d'Épire pendant les guerres macédoniennes et les ont rebaptisés Pugnaces en raison de leur volonté de se battre. Comme c'était la manière romaine, ce qu'ils assimilaient, ils l'amélioraient. Les procureurs romains cinogiae rassemblaient les chiens de tout l'Empire et les séparaient en trois catégories de celeres : ceux qui écrasaient les animaux sauvages, les pugnaces ceux qui attaquaient les animaux sauvages et les villatici ceux qui gardaient les fermes. Ces «groupes» de chiens peuvent être grossièrement traduits en ce que seraient les chiens des temps modernes, respectivement le Cane Corso et le Mastiff napolitain. Ce chien de guerre romain était utilisé comme auxiliaire des légions, comme chien de chasse et comme divertissement dans les arènes contre toutes sortes d'animaux et/ou humains. Pour augmenter les capacités des Canis Pugnaces, des chiens d'Angleterre ont été ramenés dans l'Empire. Les Romains ont rencontré les pugnaces Britanniae au combat lors de leur campagne européenne et en étaient venus à apprécier leur esprit combatif indomptable. Ces « importations » s'ajouteraient aux Pugnaces romaines. Il a été dit des pugnaces Britanniae "ils étaient enflammés de l'esprit de Mars le dieu de la guerre". Fait intéressant, beaucoup pensent que l'infusion des chiens d'Angleterre est responsable de la morsure sous-jacente dans le Cane Corso, il est également supposé que le Britanniae était à l'origine un molossien qui avait été amené en Angleterre par les Phéniciens de carénage maritime.

La chute de Pax Romana

La chute de l'Empire romain prédit la chute du chien de guerre romain. Cependant, ce n'était pas la fin pour ce type de chien qu'il semblait fondre dans le paysage italique. Bien que n'étant plus le piriferi (C'était une pratique courante pour les Romains d'attacher des seaux d'huile enflammée au dos de leurs chiens de guerre et de les envoyer sur les lignes de front de l'ennemi pour perturber la cavalerie adverse, ces chiens étaient appelés piriferi ou porteur de feu) il a trouvé une maison avec les gens de la campagne italienne. Ce chien romain est passé de guerrier à une existence un peu plus paisible en tant que fermier, chasseur et gardien. Son courage forgé sur le champ de bataille et si polyvalent, lui servirait désormais bien dans ces tâches intimidantes à l'aide inestimable de l'homme. C'est à cet âge que l'on trouve les témoignages les plus intéressants du chien de type Cane Corso. Une mosaïque romaine représentant la chasse au sanglier (Villa del Casale III-IV siècle après J.-C. Piazza Armerina) montre un chien fauve très Cane Corso. Il est agile, ferme et musclé, caractéristique caractéristique du Cane Corso. Ajoutez à cela le fait qu'il chasse au sanglier, une utilisation traditionnelle du Cane Corso. Une miniature de Giovannino de Grassi (1390) montre un chien léger et athlétique de type Cane Corso. La Reggia di Caserta, fontaine de Diane (1790) les deux derniers chiens à gauche sont des chiens aux oreilles coupées, à l'abdomen rétracté et à la musculature longue et maigre.

Crèche napolitaine (XVIIIe siècle) Figurine d'un Corso fauve ressemblant à un chien avec un masque noir, là encore le masque noir est une caractéristique essentielle du Cane Corso.

Vers les années 1100, le terme Cane Corso a commencé à être associé au molosse léger. Cela se manifeste dans plusieurs domaines

  • Giulio Cesare Scaligero (1484-1558) dans sa traduction et commentaire en latin de la Storia degli animali d'Aristote, parle de grands chiens employés à la chasse aux taureaux et au sanglier (encore une fois les utilisations historiques de Cane Corso) appelés Alani, Corsi, dogas.
  • Konrad von Gessner (1516-1564) Dans Historia Animalium, De Quadrupedibus, " sachez que lorsqu'un corso a ses dents dans un sanglier ou un taureau, il ne peut pas être séparé de lui sans une forte interférence du chasseur sur ses mâchoires

La vie à la ferme

Après la chute de l'Empire romain, le Cane Corso a prouvé sa polyvalence en étant employé dans de nombreuses tâches variées, principalement dans le sud de l'Italie dans des provinces comme Foggia, Puglia, Bari et Campobasso. La tâche principale est celle de gardien, de chasseur et de chien de ferme. La polyvalence du Cane Corso en fait un ouvrier agricole idéal. La Masseria ou ferme/manoir était une culture socio-économique presque autosuffisante. Une série de structures positionnées autour dans la plupart des cas d'un bâtiment principal, généralement une chapelle. Le Cane Corso était un outil essentiel dans cet environnement. Le jour, le Cane Corso était enchaîné pour garder le bétail, les bâtiments de ferme et les granges en permanence. Cela était nécessaire pour protéger les différents commerçants, bouchers, journaliers ou piétons occasionnels qui pouvaient passer. Dans les cas où il y avait plus d'un Cane Corso présent, la chaîne était nécessaire pour séparer les chiens de confrontation. La manière dont le chien était enchaîné lui permettait d'avoir une liberté de mouvement pour pouvoir atteindre les zones qu'il était chargé de garder. Cela a été accompli en attachant la chaîne à une ligne aérienne et à un système de poulie. Une attention particulière a été portée au col, souvent orné des armoiries de la famille.

Il était bien adapté en tant que gardien de troupeau, souvent déployé dans la guerre contre les loups. À cette époque, les Cane Corso portaient souvent des colliers en acier «Vraccale» équipés de pointes. Ces colliers garantiraient au chien un avantage lorsqu'il rencontrerait le loup italien aujourd'hui disparu.

Il a également été utilisé dans l'élevage de porcs. Le Cane Corso deviendrait inestimable lorsqu'après avoir mis bas la truie irait dans les fourrés pour se cacher avec son couvain. Le travail du Corso consistait à rechercher et à trouver la truie et à la neutraliser en la saisissant par l'oreille ou le museau afin que le fermier puisse ramasser la litière en toute sécurité. Une fois cela accompli, le chien a reçu l'ordre de la relâcher et la truie suivrait anxieusement sa couvée jusqu'à la ferme où elle retrouvait ses porcelets. Le Cane Corso était également indispensable pour garder les sangliers sous contrôle. Le sanglier semi-sauvage endémique du sud de l'Italie était un animal grand et dangereux doté de défenses acérées et d'un caractère méchant. C'était le travail agile et vigilant de Cane Corso d'intervenir si le sanglier présentait un danger, beaucoup d'agriculteurs ont été sauvés par le saut du Cane Corso. Le chien était sûr de saisir le porc par l'oreille ou le flanc pour l'immobiliser, si le chien essayait de l'attraper par le museau, le sanglier serait assez fort pour le faire tomber au sol.

Le Cane Corso était également utilisé comme « chien de bétail » ou « chien de boucher ». Le bœuf était élevé dans des pâturages sauvages jusqu'au moment où le bétail était amené à l'abattage par les "butteri" (les cow-boys italiens). Le plus souvent, les troupeaux devaient parcourir de grandes distances pour être abattus. Il s'agissait essentiellement d'animaux «sauvages» et devaient être traités avec une grande prudence. Afin de garder le troupeau gérable, les taureaux devaient se séparer, le Cane Corso a accompli cela en utilisant son étau comme une prise sur le nez ou l'oreille du taureau, la douleur était si forte qu'elle a complètement immobilisé le taureau. Cette pratique est devenue une attraction populaire appelée "bull baiting".

Le Cane Corso a aussi une histoire de chasseur de gros gibier. Dans le sud de l'Italie, le sanglier était une source de nourriture appréciée. Le chasser était une proposition dangereuse. Les sangliers sont équipés de dents pointues et sont capables d'infliger de grands dommages à l'homme et au chien lorsqu'ils sont acculés. Pour chasser le sanglier, une meute était composée de Cane Corso et de races croisées industrielles développées pour leur odorat et leurs capacités de poursuite. La meute a été libérée pour chasser et coincer le sanglier jusqu'à l'arrivée du chasseur et de son Cane Corso. Une fois déchaînés, les Cane Corso se seraient jetés sur le porc, l'immobilisant ainsi, laissant au chasseur le soin d'abattre le sanglier à l'aide d'une longue lance. Le blaireau était également considéré comme un gibier prisé dans le méridone (sud de l'Italie) où chaque partie de l'animal était utilisée, de ses poils à sa graisse fondue. Comme pour le sanglier, une meute était nécessaire pour chasser cet animal nocturne. Encore une fois, des races croisées étaient employées (généralement la mère était un chien envoyé et le père un Cane Corso) la meute débusquait la carrière, une fois acculé, le Cane Corso était placé sur le blaireau, le jetant au sol et le tuant d'une morsure au cou. En Sicile, la race était utilisée pour chasser le porc-épic. Le Cane Corso a été envoyé dans la tanière du rongeur pour l'extirper, ce qui n'est pas une tâche facile étant donné que les piquants de cet animal sont assez pointus et pourraient facilement aveugler le chien. Le porc-épic était chassé le jour, étant un animal nocturne, il dormait paresseusement pendant la journée. Les chiens utilisés pour ce type de chasse étaient amarrés aux huit vertèbres au lieu de la quatrième afin de s'assurer que le chasseur puisse le retirer une fois au sol.

Déclin

Il existe de nombreuses variables qui conduisent au déclin du Cane Corso, ses fortunes étaient cependant invariablement liées à celles des peuples du méridone. La Masseria, centre de la culture socio-économique du vieux sud était en déclin. Le bétail que le Cane Corso était chargé de contrôler diminuait ainsi que le gibier qu'il chassait disparaissait. Les fermes qui restaient avaient tendance à utiliser des machines modernes plus économiques pour faire une grande partie du travail du bien-aimé Cane Corso. La guerre l'a également touché pendant la Première Guerre mondiale, une grande partie de la population du sud a été appelée aux armes, affaiblissant davantage les activités agro-pastorales de la région. Après la Première Guerre mondiale, il y a eu une légère renaissance de la race alors que les choses semblaient revenir à la normale, mais cela a été de courte durée. Le début de la Seconde Guerre mondiale a de nouveau apporté le désarroi aux activités rurales de la région, qui étaient le gagne-pain de Cane Corsos. Tous les hommes valides étaient dans les forces armées, laissant les activités pastorales à la femme et aux enfants. Après la «guerre pour mettre fin à toutes les guerres», les catastrophes naturelles telles que les inondations et les glissements de terrain ainsi que la pauvreté et les rations alimentaires ont laissé le Cane Corso comme une réflexion après coup. Une grande partie de la main-d'œuvre de retour a choisi de rechercher d'autres possibilités de travail dans le Nord. Ainsi s'achevait l'âge d'or du Cane Corso.

Récupération du Cane Corso

Dans les années 1970, le Cane Corso, proche de l'extinction, n'avait survécu que dans les régions boisées les plus reculées de l'arrière-pays sud de l'Italie. Ces paysans qui l'employaient encore et l'entraînaient selon les méthodes traditionnelles gardaient en vie les vestiges de la race. Mais à peine, peu d'hommes de chien d'autrefois se souvenaient encore du fier chien robuste de leur jeunesse. Leurs souvenirs ressemblent plus à des souvenirs fanés de rêves d'enfance. L'un de ces hommes était SIG. Giovanni Bonnetti. En 1973, SIG Bonnetti contacta DR Poalo Breber lorsqu'il apprit que DR Breber travaillerait pendant un certain temps à Foggia. SIG Bonnetti a écrit à DR Breber "il a remarqué à ces endroits un chien molossiod aux poils différents du Mastiff napolitain, semblable au bullmastiff, ressemblant à la Presa Majorca", poursuit la lettre en disant "Prof. Ballotta, éminent amoureux des chiens, habitant de la Romagne, avait vu plusieurs exemples de cette ancienne race des Pouilles. » Avec l'intérêt de Breber, il a commencé la recherche de cet ancien "molossiode" en recherchant Foggiani dont les souvenirs remontaient à environ 50 ans. Ces conversations ont conduit Breber à diverses œuvres d'art, à des poèmes d'illustrations et à d'autres documents historiques décrivant l'utilisation de la race. En 1974, Breber avait acquis quelques spécimens de la race insaisissable et a commencé à ressusciter le Cane Corso. Peu de temps après, DR Breber a eu l'occasion d'écrire un article dans la revue ENCIJe Nostri Cane magazine sur son travail avec les Maremmano-Abruzzese dans cet article, deux Cane Corso ont été photographiés en arrière-plan. Cette photo a attiré l'attention de Stefano Gandolfi, un étudiant de 16 ans. Gandolfi a demandé au DR Breber d'en savoir plus sur cette ancienne race de chien des Pouilles. Gandolfi a rapidement fait appel aux services des frères Malavasi de Mantoue, qui élevaient à l'époque des chiens de berger allemands. DR Breber réalisant qu'il n'était pas un éleveur professionnel, a convenu que le centre de récupération du Cane Corso devrait être à Mantoue. Breber a envoyé un certain nombre de sujets vers le nord à Mantoue, notamment Dauno, un grand chien noir très typique. À Mantoue, Dauno a été accouplé à une chienne nommée Tipsi produisant peut-être la portée la plus importante de Cane Corso dans l'histoire moderne. Dans cette portée se trouvaient Basir, le modèle de l'étendard du Cane Corso et sa sœur Babak, choisie comme modèle des caractéristiques féminines. En 1983, les principaux partisans du rétablissement de la race forment un club de race pour le Cane Corso, la Société Amatori Cane Corso. En 1994, le Cane Corso reçoit la reconnaissance officielle de l'ENCI. En 1996, la race reçoit la reconnaissance de la FCI.


L'utilisation de chiens dans l'armée romaine ?

Je suis bien sûr conscient que les Romains utilisaient occasionnellement des créatures de nature canine à la guerre. Cependant, j'aimerais savoir quel(s) rôle(s) ils ont effectivement joué dans l'armée.

Quand ont-ils été utilisés pour la première fois par les Romains ?

Étaient-ils utilisés au combat ou simplement comme sentinelles ?

Y avait-il des "régiments de chiens" permanents au sein de l'armée romaine ?

Existe-t-il des exemples historiques où les chiens ont joué un rôle clé dans une campagne ou une bataille ?

J'apprécierais toutes les réponses!

Otrante

Je n'ai pas lu sur leur utilisation au combat, je suis curieux de connaître les réponses.

Je ne pense pas que les chiens d'attaque soient pratiques dans la confusion du combat. Comme nous l'avons lu récemment dans les nouvelles, lorsqu'un intrus est entré dans la Maison Blanche, les services secrets n'ont pas libéré leurs chiens d'attaque hautement qualifiés parce que d'autres agents poursuivaient la cible. Ce sont les chiens d'attaque les mieux entraînés aux États-Unis, remportant des récompenses annuelles, et ils auraient néanmoins pu cibler par erreur les agents.

Une utilisation plus pratique serait d'avoir des chiens de garde au périmètre d'un camp, pour les alarmer de l'approche d'étrangers.

Le Rottweiler serait un descendant des chiens de guerre romains Rottweil étant lui-même une colonie romaine (Arae Flaviae) avec 5 forts dont une Légion [LEG XI Claudia] est attestée par 41 timbres en brique

Ancien geezer



Basenji moderne (notez la queue)


Un chien de guerre mollosan illyrien.

St Bernard de l'ère victorienne, peut-être un descendant mollosien ---- peut-être ou peut-être pas.


CAVE CANEM!
Plusieurs cultures contemporaines de Rome utilisaient des chiens de guerre, après tout - presque toutes utilisaient des chiens de chasse, donc les chiens pour flairer l'ennemi, les alarmes de camp, le pistage et simplement la compagnie semblent logiques.
Les Gaulois et les Britanniques élevaient des chiens de guerre et les Britanniques exportaient à la fois des chiens de chasse et des chiens de guerre vers l'Europe romaine avant même la conquête. Les anciens chiens de guerre britanniques étaient entraînés à être agressifs et à attaquer l'ennemi avant le guerrier et à attaquer les jarrets des chevaux ennemis tirant des chars, provoquant des accidents et des bouleversements.
À l'époque comme aujourd'hui, les Britanniques élevaient une variété de chiens à l'époque romaine, de gros mastiffs et des terriers yappy.

Cependant, je ne trouve aucune référence aux légions romaines ayant une unité Kappa-IX.

Lowell2

Je suis bien sûr conscient que les Romains utilisaient occasionnellement des créatures de nature canine à la guerre. Cependant, j'aimerais savoir quel(s) rôle(s) ils ont effectivement joué dans l'armée.

Quand ont-ils été utilisés pour la première fois par les Romains ?

Étaient-ils utilisés au combat ou simplement comme sentinelles ?

Y avait-il des "régiments de chiens" permanents au sein de l'armée romaine ?

Existe-t-il des exemples historiques où les chiens ont joué un rôle clé dans une campagne ou une bataille ?

J'apprécierais toutes les réponses!

J'ai un fil similaire (http://historum.com/ancient-history/73793-dogs-ancient-history.html
Les chiens étaient utilisés comme messagers par les Grecs. Étant donné que leur utilisation dans ce rôle a été maintenue pendant la Première Guerre mondiale, il est probable que les Romains les aient également employés, bien que je ne puisse trouver aucune référence à cela.
Des chiens de garde étaient utilisés dans la ville et sont documentés à Pompéi (l'échec des chiens de garde à aboyer alors que les oies donnaient l'alerte pour attaquer les Gaulois est une histoire bien connue qui a conduit aux "oies sacrées").

Il n'y a aucune référence que j'ai trouvée aux Romains les utilisant au combat bien que les Sumériens l'aient fait. Les chiens ne sont pas vraiment utiles dans les combats en formation. Ils sont bien plus utiles dans les combats d'escarmouche, en tant que gardes, messagers et sentinelles, ainsi que pour contrôler accessoirement le bétail nécessaire pour nourrir l'armée et déplacer les chariots.

Lowell2

Je n'ai pas lu sur leur utilisation au combat, je suis curieux de connaître les réponses.

Je ne pense pas que les chiens d'attaque soient pratiques dans la confusion du combat. Comme nous l'avons lu récemment dans les nouvelles, lorsqu'un intrus est entré dans la Maison Blanche, les services secrets n'ont pas libéré leurs chiens d'attaque hautement qualifiés parce que d'autres agents poursuivaient la cible. Ce sont les chiens d'attaque les mieux entraînés aux États-Unis, remportant des récompenses annuelles, et ils auraient néanmoins pu cibler par erreur les agents.

Une utilisation plus pratique serait d'avoir des chiens de garde au périmètre d'un camp, pour les alarmer de l'approche d'étrangers.

Les chiens d'attaque ne s'attaquent qu'à « n'importe quelle cible mobile » si vous n'avez pas pris la peine de les entraîner « et » contre « eux ». Tout K9 de la Seconde Guerre mondiale était parfaitement capable de faire la distinction entre les Alliés avec lesquels il travaillait et les soldats allemands ou japonais qu'il (généralement c'était un chien mâle) était censé détecter et attaquer. Les chiens messagers (WWI) ont été spécialement entraînés pour éviter l'ennemi et aller vers leur peuple connu. La faute est d'entraîner un chien à accepter n'importe quel conducteur. La police de Gand, en Belgique, qui a créé la première unité de police officielle K9 utilisait toutes ses propres chiens personnels - les chiens n'étaient pas considérés comme des équipements interchangeables, ce qui est l'attitude de l'armée et des services secrets américains après la Seconde Guerre mondiale.

Mais les chiens ne sont pas des outils de type "combat de formation". Ils venaient juste de gêner une légion en formation combattant avec des boucliers baissés et des épées sorties. Les éclaireurs avancés, cependant, les auraient trouvés tout aussi précieux que les GIs l'ont fait pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lowell2



Basenji moderne (notez la queue)


Un chien de guerre mollosan illyrien.

St Bernard de l'ère victorienne, peut-être un descendant mollosien ---- peut-être ou peut-être pas.


CAVE CANEM!
Plusieurs cultures contemporaines de Rome utilisaient des chiens de guerre, après tout - presque toutes utilisaient des chiens de chasse, donc les chiens pour flairer l'ennemi, les alarmes de camp, le pistage et simplement la compagnie semblent logiques.
Les Gaulois et les Britanniques élevaient des chiens de guerre et les Britanniques exportaient à la fois des chiens de chasse et des chiens de guerre vers l'Europe romaine avant même la conquête. Les anciens chiens de guerre britanniques étaient entraînés à être agressifs et à attaquer l'ennemi avant le guerrier et à attaquer les jarrets des chevaux ennemis tirant des chars, provoquant des accidents et des bouleversements.
À l'époque comme aujourd'hui, les Britanniques élevaient une variété de chiens à l'époque romaine, de gros mastiffs et des terriers yappy.

Cependant, je ne trouve aucune référence aux légions romaines ayant une unité Kappa-IX.

Ténébreux

Arras

Caldrail

Milieu du VIIe siècle av. J.-C. : Dans la guerre menée par les Éphésiens contre Magnésie sur le Méandre, les cavaliers magnésiens étaient chacun accompagnés d'un chien de guerre et d'un serviteur portant une lance. Les chiens ont été libérés en premier et ont brisé les rangs ennemis, suivis d'un assaut de lances, puis d'une charge de cavalerie.[9] Une épitaphe enregistre l'enterrement d'un cavalier magnésien nommé Hippaemon avec son chien Lethargos, son cheval et son lancier.

525 av. J.-C. : À la bataille de Péluse, Cambyse II utilise une tactique psychologique contre les Égyptiens, dressant des chiens et d'autres animaux en première ligne pour profiter efficacement de la vénération religieuse égyptienne pour les animaux.

490 av. J.-C. : À la bataille de Marathon, un chien suit son maître hoplite dans la bataille contre les Perses et est commémoré dans une peinture murale.

480 avant JC : Xerxès Ier de Perse est accompagné de vastes meutes de chiens indiens lorsqu'il envahit la Grèce. Ils peuvent avoir servi dans l'armée ainsi qu'être utilisés pour le sport ou la chasse, mais leur but n'est pas enregistré.

281 avant JC : Lysimaque est tué pendant la bataille de Corupedium et son corps a été découvert préservé sur le champ de bataille et gardé avec vigilance par son fidèle chien.

231 av. J.-C. : le consul romain Marcus Pomponius Matho, à la tête des légions romaines à travers l'intérieur de la Sardaigne, où les habitants menaient une guérilla contre les envahisseurs, utilisa des « chiens d'Italie » pour chasser les indigènes qui tentaient de se cacher dans les grottes.

120 av. J.-C. : Bituito, roi des Arvernes, attaqua une petite force de Romains dirigée par le consul Fabius, en utilisant uniquement les chiens qu'il avait dans son armée.


Noms de chiens romains

Les chiens doivent être appelés par des noms qui ne sont pas très longs, afin que chacun obéisse plus vite lorsqu'il est appelé, mais ils ne doivent pas avoir des noms plus courts que ceux qui se prononcent en deux syllabes.

_Lucius Junius Moderatus Columelle

Comment les anciens Romains nommaient leurs meilleurs amis à quatre pattes ? Lucius Junius Moderatus Columella nous donne quelques noms recommandés dans la section de son ouvrage sur l'agriculture traitant de l'élevage et du dressage des chiens. D'autres sources probables utilisées par les anciens Romains pour les noms de chiens peuvent provenir de la littérature, de la même manière que les gens s'appuient aujourd'hui sur la littérature pour nommer leurs chiens.

Tout comme beaucoup d'esclaves portant un nom grec pouvaient être trouvés dans une ancienne maison romaine (avec des noms grecs appartenant à l'origine aux esclaves ou des noms empruntés de manière fantaisiste à l'histoire et à la légende et accordés par les maîtres), les Romains semblaient également avoir pris un briller aux noms grecs pour leurs chiens, comme illustré par Columelle. Peut-être pensaient-ils que ces noms grecs sonnaient plus classe ?

Voici une liste de noms de chiens en grec et en latin, tels qu'ils ont été enregistrés par divers écrivains romains. Chaque nom est suivi du genre, de la signification, de la source citée et d'une brève citation descriptive de cette source.

Aello. F. "Tourbillon". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. flotte.

D'accord. F. "Chasseur". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. parfumé.

Alce ou Alke. F. "Puissance Valor". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. Aussi, un nom de chien recommandé dans Columella's Sur l'agriculture.

Argiodus. m. "Blanc-dent". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. d'un père crétois et d'une mère spartiate.

Asbolos. m. "Suie". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. le noir.

Canache. F. "Gnasher". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses.

Céler. m. "Rapide". Un nom de chien recommandé dans Columella's Sur l'agriculture.

Cerva. F. "De derrière". Un nom de chien recommandé dans Columella's Sur l'agriculture.

Craugis. F. "Jappeur". Le chiot d'une épouse solitaire, qui réclame la part du mari absent du lit conjugal dans Properce' Élégies. "Même le gémissement hargneux de mon chiot Craugis est agréable à mes oreilles elle revendique pour elle-même ton côté dans notre lit."

Cyprius. m. "Cyprien". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. [Le frère de Lycisce].

Dorcée. m. "Gazelle". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. Arcadien.

Drômes. m. "Coureur". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses.

Ferox. m. "Sauvage". Un nom de chien recommandé dans Columella's Sur l'agriculture.

Harpalos. m. "Saisir". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. avec une tache blanche au milieu de son front noir.

Harpie. F. "Saisissant". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. avec ses deux chiots.

Hylactor. m. "Aboyeur". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. à la langue aiguë.

Hylée. m. "Sylvestre". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. sauvage. mais récemment déchiré par un sanglier.

Hyrcanus. m. "De l'Hyrcanie" (une région de l'ancienne Perse du nord, signifiant peut-être "terre des loups"). Cité par Pline l'Ancien dans son Histoire Naturelle pour illustrer la fidélité des chiens. . sur le bûcher du roi Lysimaque allumé, se jeta dans les flammes.

Ichnobates. m. "Suiveur de sentiers". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. parfumé. aboyer fort sur le sentier. un chien crétois.

Issa. F. "Sa Petite Dame". Un chiot adoré mentionné dans l'un des épigrammes (Livre I, 109). plus méchant que le moineau de Catulle. plus gagnant que n'importe quelle fille. Si elle pleurniche, vous penserez qu'elle parle.

Labros. m. "Fureur". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. d'un père crétois et d'une mère spartiate.

Lachné. F. "Hirsute". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. hirsute.

Lacon ou Lakon. m. "Spartiate". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. réputé pour sa force. . Aussi, un nom de chien recommandé dans Columella's Sur l'agriculture.

Ladon. m."Attrapeur". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. Sicyonienne. mince dans les flancs.

Laelaps. m. "Ouragan". Un chien de chasse célèbre - et implacable - dans la région d'Ovide Métamorphoses, à l'origine un don des dieux. Elle m'a donné. un chien merveilleux que sa propre Cynthia avait donné, et a dit pendant qu'elle donnait : " Il surpassera tous les autres chiens en vitesse. ". Aucune lance n'est plus rapide que lui, ni les balles de plomb lancées par une fronde tourbillonnante, ni le roseau léger tiré d'un arc gortynien. Aussi, le nom d'un des chiens d'Actéon dans le Métamorphoses.

Leucon. m. "Blanche". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. aux cheveux blancs.

Lupa. F. "Louve". Un nom de chien recommandé dans Columella's Sur l'agriculture.

Lycis. F. "Loup". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. rapide.

Lydie. F. "De Lydie" (une région de la côte ouest de l'Asie Mineure). Un chien de chasse et un animal de compagnie fait l'éloge de l'un des épigrammes (Livre XI, 69). Élevée parmi les dresseurs de l'Amphithéâtre, une chasseresse, féroce dans les bois, douce dans la maison.

Margarita. F. "Perle". D'une épitaphe ancienne à un chien, cité dans l'ouvrage d'Abbott. . un grand chien de chasse blanc. qui a couru à travers des forêts sans piste. Aussi un chiot mentionné dans Petronius' satyrique, qui attaque courageusement un chien beaucoup plus gros. . un chiot noir anormalement obèse.

Mélampe. m. "Pied-noir". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. un Spartiate.

Mélanchètes. m. "Cheveux noirs". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses.

Mélanée. m. "Le noir". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses.

Myia. F. "Mouche" (l'insecte, un nom peut-être donné à un chien très petit et actif). D'une épitaphe ancienne à un chien, cité dans l'ouvrage d'Abbott. . la petite chienne gauloise aboyait férocement si elle trouvait un rival couché sur les genoux de sa maîtresse.

Nuque. F. "Glen". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. le chien-loup.

Nébrophonos. m. "Fawn-killer". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. étancher.

Orésitrophos. m. "Alpiniste". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses.

Oribasos. m. "Rôdeur de montagne". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. Arcadien.

Pamphagos ou Pamphagus. m. "Vorace". L'un des chiens d'Actéon dans celui d'Ovide Métamorphoses. Arcadien.

Patrick. m. "Noble". D'une épitaphe ancienne à un chien, cité dans l'ouvrage d'Abbott. . un chien italien, à Salernum. "Mes yeux étaient humides de larmes, notre cher petit chien. Dans tes qualités, sagace tu étais comme un être humain."

Persée. m. Le nom du chien d'Aemilia Tertia, fille du consul romain du IIe siècle avant notre ère Lucius Aemilius Paullus Macedonicus. Legend has it that when Aemilia's father inquired as to why his daughter was in tears, she told him that "Perseus" (her dog) had just died. Because her father had just been given command of the Macedonian war against King Perseus, he took this as an omen of forthcoming success. The name "Perseus" is believed to be derived from the Greek word pertho, meaning "to destroy".

Poemenis. F. "Shepherd". One of Actaeon's hounds in Ovid's Metamorphoses . the trusty shepherd.

Pterelas. m. "Winged". One of Actaeon's hounds in Ovid's Metamorphoses . the swift of foot.

Pyrrhus. m. "Fire Flame-colored". A dog mentioned by Pliny the Elder in his Histoire naturelle to illustrate the faithfulness of dogs. . the dog of the tyrant Gelon.

Rome. F. "Strength". A recommended dog name in Columella's On Agriculture.

Scylax or Skylax. m. "Puppy". In Petronius' Satyricon, the master Trimalchio claims that no one in his house loves him better than Scylax. . "the guardian of the house and the slaves". an enormous dog on a chain. Also a recommended dog name in Columella's On Agriculture.

Spoude. F. "Zeal". A recommended dog name in Columella's On Agriculture.

Sticte. F. "Spot". One of Actaeon's hounds in Ovid's Métamorphoses.

Theridamas. m. "Beast-killer". One of Actaeon's hounds in Ovid's Métamorphoses.

Théron. m. "Hunter". One of Actaeon's hounds in Ovid's Metamorphoses . fierce.

Thoos. m. "Swift". One of Actaeon's hounds in Ovid's Métamorphoses.

Tigre. m. or f. "Tiger Tigress". One of Actaeon's hounds in Ovid's Métamorphoses. Also, a recommended dog name in Columella's On Agriculture.

Chiens. are the only animals that will answer to their names, and recognize the voices of the family.


Roman Cane Corso Dogs and Puppies

Roman cane corso puppies are also very strong and are adopted into farms to protect the property as well as the livestock. In Italy, these dogs served to protect livestock from predators like wolves, and double-up as guard dogs protecting the homes. In the 1950s, this strong and sturdy dog came close to extinction, but was saved from doom by some really skillful animal lovers. Today, the Roman cane corso dog is chiefly seen as a human companion and a guard dog.


Gauls Foiled by Fowl

According to tradition, the Gauls meanwhile attempted to infiltrate the Capitoline Hill by stealth. At night, a small party scaled the hill near the Temple of Carmentis. The climb was precarious but the party gained the summit and completely eluded the Roman sentinels. The Gauls did not even wake the guard dogs. Fortunately for the Romans, a flock of sacred geese, near the temple of Juno, were in the vicinity of the Gallic infiltration. The geese put up such a racket that the Roman guard was finally roused. Led by a certain Marcus Manilus Capitolinus, a veteran soldier, those Gauls who had reached the summit were flung back over the cliff. Manilus confronted two of the enemy. His sword sliced away the right hand of one Gaul, sending a battle ax flying. Manilus smashed his shield into the face of the other, who tumbled down the cliff. The other Gauls, who still clung to the rocks, were dislodged with a volley of javelins and stones. The result of this fiasco was that stricter watch was kept by the Romans. The Gauls, too, tightened their security around the hill for they had come to realize that messages were passing between Veii and Rome.

Despite their valiant defense of the Capitol, the Roman condition was far from desirable. Seven months of blockade had reduced them to famine. The Gauls also suffered from malnutrition, along with severe outbreaks of malaria, and died in such great numbers that efforts were no longer made to bury the dead. The corpses were simply piled into heaps and burned.

Finally, hunger so gnawed at the defenders of the Capitol that they gave up any hope of being relieved by Camilus. All that was left was to sue for a peace. A conference between the consular Tribune Q. Sulpicious Longus and the Gallic chief Brennus resulted in a ransom of 1,000 pounds of gold to be paid by the Romans for the peaceful withdrawal of the Gauls. When it was time to weigh the gold the Gauls produced false weights. The Romans complained, but to no avail, for Brennus threw his own sword on the scales and haughtily proclaimed, “Woe to the vanquished.”


Roman Guard Dog Mosaic - History

Have you been KISSED by a Neo today? . Neapolitan Mastiffs - proof that God has a sense of humor . Check out the "Puppies" link to see our new arrivals . Neapolitan Mastiffs - the Giant Lap Dog .

Welcome to Clayton Hill Neo's

( Our) Neo History : While Neo's have been around for centuries (Roman Guard Dogs), we haven't had them here at Clayton Hill nearly that long. We stumbled on the breed quite by accident. We were out for a drive, and decided to 'check them out' - 4 hours later (it REALLY didn't look THAT far on the map) I fell in love. and we've been hooked ever since. And that's how Clayton Hill Neo's was born.

O ur Breeding Mission: Due to the Neo's size and innate guarding characteristics (and the fact that we have 4 young children), our goal in breeding is two-fold: temperament and appearance (health goes without saying - ask any breeder). What more can I tell you . I love the breed, want to do what I can to promote Neo's and educate people, - and I love puppies. Mais . we are not show dog folks. While I believe our pups certainly have show dog potential (as evidenced by the photo at right, ClaytonHills Mt Olympus), I don't presume to know enough about that area of dog ownership (not enough time right now). So, when we pick our Neo's for breeding, we are choosing dogs that please us (their looks) and have a great temperament.

Copyright © 2005-2018 Kris @ Clayton Hill Neos. Tous les droits sont réservés.

Site designed by Kris @ Clayton Hill Neo's.


Roman Guard Dog Mosaic - History

Rome: Total War Discussion
Moderated by Terikel Grayhair , General Sajaru , Awesome Eagle

While I have been playing the Roman factions, I used the Roman Guard Dogs like I use elephants: To scare enemy cavalry. The problem is that is doesn't seem to work.

Does anybody know what they are for and how to use them?

I generally use them as kamikazes. Admittedly I don't use them that much but when I do they always seem to do okay. If you want to tie up an enemy unit for a minute or so or slow down an advance, use wardogs. Sure, they don't do that much damage and die pretty quickly, but unless the enemy react to them, they'll be marching with a load of angry dogs on their tail, slowly but surely picking them off one by one, so usually they end up fighting them.

Siege battles are good because they can clog up the streets, giving you extra time as a defender to prepare a last stand or as an attacker allowing your men to move unhindered towards the central plaza as the enemy will be too busy dealing with the dogs.

They are good against anything without too much armour. They will not in a battle by themselves, but rather just help the better units out, like if you send doggies forward then it stops enemy units dead in their tracks, so it will giv you time for all your legionaries to throw all their pila into the enemy.

Or for protecting against cavalry. If some cavalry are charging your rear but you can't move any units or have no spearmen, then send the doggies. It will stop the horsies and give you time for whatever you wish to do. this is usefull for multiplayer games because it is like dividing the enemy forces, and forcing one half(Cavalry) to be occupied for a small ammount of time.

Also, they can ran past the RED LINE OF UNCROSSABLE MAGIC. Meaning they can chase the enemy into the distance.

[This message has been edited by Liam_the_Spartan (edited 08-12-2011 @ 04:40 PM).]

My friend has taken quite nicely to War Dogs. He even makes armies of 15 Warbeasts, and then whatever he wants for the last 5 slots. He destroys most barbarian armies before the dogs die.

But yes, armor isn't the dogs friend. Against armor the dogs merely weaken the ones with armor for your other units to kill.

I am the Carthaginian who became an angel, and surrendered his wings for a life on the sea of battle.

My magic screen is constantly bombarded with nubile young things eager to please these old eyes. This truly is a wonderful period in which to exist! - Terikel the Deflowerer

Nulla ut Caseum Pellentesque
Nothing like a bit of cheese - Me

Mors Lator = Zoto888. In case I've ever mentioned that name.

My Gravatar is a response to Punic Hoplite's

I'm not 100% sure, but I think wardogs have the lowest upkeep from all units in rtw. If you don't mind the 2 turn building time it's an ideal unit to mass and use alongside peasants as garrison.

They also have another very good aspect, the dogs don't tire and will catch any unit in the end. Good to hunt down archers, skirmishers and routing generals.

"The difficulty is not so great to die for a friend, as to find a friend worth dying for." -Homer
"You see, this is what happens when you don't follow instructions, GKA. " -Edorix
Guild of the Skalds, Order of the Silver Quill, Apprentice Storyteller
Battle of Ilipa, 206BC - XI TWH Egil Skallagrimson Award

The word dyslexia was invented by Nazis to piss off kids with dyslexia.

Well, I would guess so. You know, "Civilian, what are you doing?"

"Nothing, I am just unhappy"

Seriously now, I don't think they are very good garrison, as they have low numbers.

[This message has been edited by Liam_the_Spartan (edited 08-13-2011 @ 12:07 PM).]

Warmutts are used as fire-anmd-forget missiles. Lock them on an enemy, order to attack, then go on about your business elsewhere. They will either destory the target and go on to the neaqrest enemy unit, or die. either away, you no longer control them.

In sieges they are excellent- for the defender. I like to keep one or two packs of mutts in my border villages. When attacked, sally with teh war mutts. The doggies go out, I turn them loose on enemy cavalry, then retreat the handlers back inside. I end up with a draw by battle's end, and the siege goes on- allowing me to sally again. I have broken many sieges like this- and my doggies were well-fed on horseflesh. Sometimes the foe will retreat rather than face more teeth.

Nulla ut Caseum Pellentesque
Nothing like a bit of cheese - Me

Mors Lator = Zoto888. In case I've ever mentioned that name.

My Gravatar is a response to Punic Hoplite's

The handlers deserve to have their manhoods mauled, their entrails tore out, and their throats ripped open by their own mutts.

The enemy handlers, that is, friendlies deserve their pick of the camp followers for having trained their beasts so well.

"The difficulty is not so great to die for a friend, as to find a friend worth dying for." -Homer
"You see, this is what happens when you don't follow instructions, GKA. " -Edorix
Guild of the Skalds, Order of the Silver Quill, Apprentice Storyteller
Battle of Ilipa, 206BC - XI TWH Egil Skallagrimson Award

The word dyslexia was invented by Nazis to piss off kids with dyslexia.

Nulla ut Caseum Pellentesque
Nothing like a bit of cheese - Me

Mors Lator = Zoto888. In case I've ever mentioned that name.

My Gravatar is a response to Punic Hoplite's

Just so you guys know, war dogs are the best siege units in the game, too. With one light cavalry and 10 doggie units, any huge city is yours for the taking. The enemy's full stack will inevitably sally forth against your pitiful army. When they do, make all your units withdraw ("W") until they are next to the edge of the map. fire-and-forget your war dogs, then withdraw their handlers off the map, and then spend the rest of the time walking/running your light cavalry around the map. War dogs can kill Spartans, sacred band, urbans, armored generals, and everything else as long as that unit is chasing light cavalry.

If you do lose the battle, your losses are minimal while the enemy will have taken huge casualties.

I love siccing the mutts on enemy cavalry units during sieges.

The horseborne fools ignore the dogs, who chew up mount after mount until the horses- and their riders- are all dead. Then they go on to the next unit, ususally infantry, and die like flies with full bellies.

Still, it is pleasurable to watch the enemy army disappear into the gullets of dogs, one by one.

Best thing for dogs is to watch them get thrown miles up into the air by armoured elephants

Other than that they are great for chasing enemies who may be routing off the map as they are not restricted by the red lines.

Dogs are also very useful when defending sieges. Let the dogs of the leash and they will take out whoever they can. As long as the handlers are unharmed, you can use them the next turn of the siege all over again. very handy at whittling away the enemy over a long siege.

You can also use dogs to tear into the back of an engaged phalanx to good effect.


2.Houston We Have A Mistake

Approximately 17% of Americans were watching on the morning of January 28, 1986, as the Space Shuttle Challenger launched toward space. On-board were 6 NASA astronauts, as well as Payload Specialist Christa McAuliffe, who was set to become the first teacher in space.

Tragedy struck just 72 seconds after liftoff. Gasses in the external fuel tank mixed, exploded, and tore the shuttle apart, killing all 7 crew members.

Prior to the disaster, the builder of the solid-rocket boosters, advised NASA that they believed the O-ring seals in the solid-rocket boosters could fail at extremely low temperatures. On the day of the launch, the temperature was 15 degrees colder than any previous launch in history.


Voir la vidéo: mosaïque de parement dune église romaine


Commentaires:

  1. Cecilius

    Certainement. Je suis d'accord avec dit tout ci-dessus. Discutons de cette question.

  2. Hakeem

    Ta merveilleuse phrase

  3. Jordanna

    Je peux vous recommander de visiter le site Web, ce qui donne beaucoup d'informations sur le sujet qui vous intéresse.

  4. Rexton

    Je suis final, je suis désolé, mais ça ne m'approche pas. Qui d'autre, qu'est-ce qui peut inciter?

  5. Moore

    Je considère, que vous vous trompez. Discutons-en.

  6. Demissie

    Avant de penser le contraire, merci beaucoup pour votre aide avec cette question.



Écrire un message