Washburn AKA-108 - Histoire

Washburn AKA-108 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Washburn

Un comté du nord-ouest du Wisconsin.

(AKA-108 : dp. 13 910 (tl.), 1. 459'2" ; b. 63'0" ; dr.26'4" (lim.) ; s. 16,5 k. (tl.) ; cpl. 425 a. 1 5", 8 40mm., 16 20mm.; cl. Tolland; T. C2-S-AJ3)

Washburn (AKA-108) a été posé le 24 octobre 1944 à Wilmington, N.C., par la North Carolina Shipbuilding Co. en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 1801) ; lancé le 18 décembre 1944, parrainé par le major K. A. Towle, USMCR, livré à la Marine dans un état incomplet le 30 décembre 1944 ; et achevé au chantier naval Todd-Hoboken à Hoboken, N.J., où il a été mis en service le 17 mai 1946, Comdr. W. C. Jackson, USNR, aux commandes.

Après deux semaines d'entraînement au shakedown dans la région des caps de Virginie, Washburn a quitté Norfolk, en Virginie, en route vers la côte méditerranéenne de la France. Elle est arrivée à Marseille le 26 et a commencé à charger des troupes de l'armée et des fournitures à destination des Philippines. Il sort de Marseille le 11 juillet et arrive à Manille le 24 août, neuf jours après la cessation des hostilités. La guerre terminée, le cargo d'attaque décharge ses passagers et sa cargaison à Manille et entre en service à l'appui de l'occupation des anciens Japonais. exploitations en Extrême-Orient. Elle a déménagé à Lingayen dans le nord de Luzon pour charger des soldats de la 33e division de la 6e armée pour le transport vers les îles d'origine japonaises et le devoir d'occupation. Elle a quitté les Philippines peu de temps après et est arrivée à Wakayama sur l'île de Honshu, au Japon, et a débarqué ses passagers.

Pour le reste de l'année, le cargo a transporté des passagers et du matériel entre divers endroits dans le Pacifique occidental en soutien continu de l'occupation américaine. De janvier à mars 1946, il effectue des entraînements amphibies et navals dans le Pacifique oriental avant de retourner en Extrême-Orient pour reprendre ses missions de soutien aux forces d'occupation. En avril, Washburn est retournée dans l'est pour reprendre son programme d'entraînement. Cet emploi, interrompu seulement par un voyage dans les eaux de l'Alaska en juillet 1948 pour une mission de ravitaillement, a duré jusqu'en novembre 1948.

À ce moment-là, le navire est retourné en Orient une fois de plus pour près d'un an de service à l'appui des forces d'occupation. Pendant ce temps, elle a visité Okinawa, Iwo Jima, Pearl Harbor et Tsingtao en Chine. À l'automne 1949, il retourne sur la côte ouest pour participer à l'opération « Miki », un exercice de service conjoint à grande échelle organisé à partir de Puget Sound, dans l'État de Washington, qui simule l'invasion et la défense des îles hawaïennes.

En février 1950, il a transité par le canal de Panama pour retourner dans l'Atlantique pour la première fois depuis son voyage inaugural. Elle a participé à l'opération "Portrex", un exercice d'assaut des forces amphibies de la flotte de l'Atlantique qui s'est déroulé sur une petite île près de Porto Rico. Après une escale de liberté à San Juan, Porto Rico, à la fin de l'opération, elle a retransmis le Canal de Panama et a repris le devoir avec la Flotte Pacifique.

Cet été-là, le déclenchement des hostilités en Corée la rappela en Extrême-Orient. À la suite d'une mission de ravitaillement à Point Barrow, en Alaska, Washburn se dirigea vers l'ouest en direction du Japon; et, depuis environ 18 mois, elle a sillonné les eaux entre le Japon et la Corée en gardant le flux de fournitures et de renforts pour renforcer les forces des Nations Unies. Il participe aux débarquements d'Inchon et de Wonsan en septembre et, par la suite, reprend ses navettes de ravitaillement et de renfort. En juin 1951, elle reprit le rôle pour lequel elle avait été désignée en participant aux débarquements de diversion organisés à Kangmung, en Corée. Après une reprise des courses du Japon vers la Corée, qu'elle a menées de juillet à novembre, elle est retournée aux États-Unis, arrivant sur la côte ouest le 16 décembre 1951. Les opérations du Pacifique oriental, y compris une autre course de ravitaillement à Point Barrow en Alaska pendant Juin 1952, occupa son temps jusqu'au printemps 1953. En MARS, il voyagea à nouveau en Extrême-Orient, visitant Nagoya et Sasebo au Japon et Pusan ​​et Inchon en Corée. Il fait escale dans ce dernier port lors de sa participation à l'opération "Big Switch", le rapatriement mutuel des prisonniers de guerre à la fin du conflit coréen. En octobre, Washburn est retourné aux États-Unis et a repris ses opérations sur la côte ouest.

En octobre 1954, le cargo d'attaque partit pour un déploiement de huit mois en Orient. Elle s'est arrêtée dans de nombreux ports déjà familiers - Nagoya, Sasebo, Pusan, Inchon et Okinawa - et en a ajouté de nouveaux à son itinéraire - Yokosuka au Japon, Subic Bay aux Philippines, l'île de Taïwan et, plus particulièrement, le Tachen Îles. Le dernier groupe d'îles est entré dans sa sphère d'opérations en raison de leur proximité avec la Chine continentale et de la menace communiste qui en résulte pour leurs populations et garnisons chinoises nationalistes. Au début de février 1955, le Washburn et les autres navires de la force d'évacuation amphibie du contre-amiral Sabin, la TF 76, ont amené 15 627 civils et 11 120 militaires ainsi que 8 630 tonnes d'équipement, 166 pièces d'artillerie et 128 véhicules des Tachens à Taiwan tandis que les porte-avions de la TF 77 et les canonnières de la TF 75 montaient la garde.

Pendant presque une autre décennie, Washburn a continué à alterner des déploiements dans le Pacifique occidental de durée variable avec des opérations normales le long de la côte ouest. Périodiquement, des crises se produisaient et l'emmenaient dans certains des points chauds du monde. En janvier 1962, il s'est de nouveau présenté sur les îles au large des côtes nationalistes tenues par les Chinois pour soutenir les forces navales envoyées là-bas en guise de démonstration de force en réponse aux bombardements chinois communistes des îles Quemoy et Matsu. À l'automne suivant, elle s'est retrouvée à l'autre bout du monde dans les Antilles, soutenant la quarantaine de Cuba par la marine appelée par le président Kennedy pour débarrasser cette île des missiles russes offensifs. Sinon, la décennie entre 1955 et 1965 s'est avérée relativement normale, composée des voyages de réapprovisionnement habituels, des exercices amphibies et de flotte, des visites portuaires et des révisions toujours récurrentes.

Vers la fin de 1964, cependant, le cargo d'attaque est entré dans une région géographique qui a dominé ses déploiements dans le Pacifique occidental pour le reste de sa carrière : le Vietnam. En décembre de la même année, elle a commencé à y transporter des fournitures et du matériel à l'usage du gouvernement sud-vietnamien dans sa lutte contre les insurgés communistes. Par la suite, elle a navigué au large de la côte avec des marines embarqués dans le cadre d'une force de contingence. Ce devoir a duré jusqu'au 8 mars 1965 quand elle a débarqué des troupes près de Danang. Elle est revenue aux opérations amphibies à la mi-avril, débarquant des renforts pour la défense de l'aérodrome près de Danang et de Phu Bai lors des soi-disant débarquements de Hue, et de nouveau au début du mois de mai lorsque trois équipes de débarquement de bataillon (BLT) et un bataillon de construction mobile sont allés à terre près de Chu Lai pour étendre le périmètre et construire un aérodrome. Elle a quitté la côte vietnamienne à la fin du mois de mai pour des tâches plus routinières de la 7e Flotte, mais est revenue pour une autre brève période de service dans la zone de combat avant de rentrer chez elle au début de septembre.

Près d'un an plus tard, en août 1966, le cargo d'attaque retourna en Extrême-Orient et, fin septembre, dans les eaux vietnamiennes. Son devoir consistait à nouveau à transporter des troupes et des fournitures vers, depuis et entre les points du Vietnam. Chaque mois, de septembre 1966 à février 1967, a amené le devoir au large des côtes du Vietnam. Entre chaque tournée dans la zone de combat, elle a visité des ports ailleurs en Orient, faisant escale fréquemment à des endroits au Japon, à Okinawa et aux Philippines.

Au début de février 1967, elle a terminé sa dernière mission dans la zone de combat et est rentrée chez elle. En fumant via Okinawa et Yokosuka, le Japon, elle est arrivée à San Diego le 15 mars. Elle a conduit des opérations normales jusqu'à la fin de juillet quand elle est entrée dans le chantier naval de Todd à Seattle, Washington, pour une révision de trois mois. Washburn est revenu à San Diego le 2 novembre et a commencé l'entraînement de recyclage le 20.

Au début de 1968, elle est retournée en Extrême-Orient et à la fin de février est revenue sur la côte du Vietnam. Au cours de son déploiement en 1968, Washburn a passé quatre périodes de service prolongées au large du Vietnam, transportant à nouveau des troupes et des fournitures à destination et en provenance des zones opérationnelles de la moitié sud du pays.

Cet automne, elle a repris des opérations normales de San Diego ; mais, à la fin du printemps suivant, elle est retournée dans le Pacifique occidental. De mai à octobre, le navire a navigué sur la côte du Vietnam, partant périodiquement pour transporter des marines à Okinawa, pour faire des escales de liberté dans divers ports d'Extrême-Orient et pour se ravitailler au Japon et aux Philippines. Elle a terminé le dernier de quatre tours dans la zone de combat le 3 octobre et, après s'être arrêté à Okinawa pour participer à un exercice amphibie, est retournée aux États-Unis le 9 octobre.

Elle est arrivée à San Diego le 26 octobre et a repris des opérations locales. Cet emploi s'est poursuivi jusqu'au 16 mai 1970, date à laquelle elle a été déclassée. Peu de temps après, Washburn a été placé dans la Flotte de Réserve de Défense Nationale à Suisun Bay, Californie. Le 1er septembre 1971, elle a été transférée de façon permanente à la garde de l'Administration Maritime. Le 1er octobre 1976, le nom de Washburn a été rayé de la liste de marine et elle a été vendue pour la casse.

Washburn a obtenu cinq étoiles de bataille pendant la guerre de Corée et six étoiles de bataille pour le service au Vietnam.


1864-1940 Modifier

Lyon & Healy a commencé en 1864 en tant que partenariat entre les hommes d'affaires George W. Lyon et Patrick J. Healy, agissant comme le point de vente de Chicago pour l'éditeur de partitions de Boston Oliver Ditson and Company. En 1865, Lyon & Healy s'est étendu aux orgues à anches et à quelques petits instruments. La société a obtenu son indépendance en 1880, et vers 1888, la société s'est pleinement lancée dans les instruments à frettes et à cordes pincées (guitares, mandolines, banjos et cithares) [1] sous le George Washburn marque, qui était le prénom et le deuxième prénom de Lyon. [2] Le catalogue Lyon & Healy 1898 répertorie 28 styles différents de guitares "Washburn", allant de 15 $ à 145 $. [2]

Retracer l'histoire d'un instrument particulier de cette période présente de nombreux obstacles. Non seulement la société Lyon & Healy changeait souvent de conception pour suivre l'évolution rapide de la demande des consommateurs, mais la société réparait également des instruments et proposait des services de gravure, y compris des instruments de décoration qu'elle vendait au détail mais ne fabriquait pas réellement. De plus, ils ont construit des instruments pour d'autres détaillants et distributeurs sous diverses marques maison et ont externalisé la construction de certains modèles.

En 1912, Washburn a introduit la guitare Lakeside Jumbo, que certains considèrent comme la première guitare de la taille d'un dreadnought. [3] Il a comblé le fossé entre les guitares "de salon" plus petites de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle et les dreadnought et les guitares acoustiques jumbo modernes.

George Lyon a pris sa retraite de l'entreprise en 1889 (mort en 1894). Patrick Healy a ensuite conduit l'entreprise dans une période d'expansion majeure, commençant par une nouvelle usine plus grande et des techniques de production de masse améliorées, et a rapidement dominé le marché intérieur. [4] Leur catalogue de 1892 prétendait fabriquer 100 000 instruments par an. Healy est décédé en 1905.

Dans les années 1920, Lyon & Healy fait face à la concurrence croissante d'autres fabricants d'instruments ainsi qu'à l'essor d'autres formes de divertissement, en particulier le cinéma et le gramophone. Lyon & Healy ont progressivement transféré les tâches de fabrication au grossiste Tonk Brothers, à qui ils ont vendu la partie guitare de l'entreprise en 1928, continuant à produire leurs propres gammes de harpes, pianos et orgues.

Tonk Brothers s'est tourné vers le fabricant JR Stewart Company pour acheter et exploiter l'immense usine, mais cette transition s'est avérée problématique et Stewart a fait faillite en 1930. Certains des actifs de Stewart ont été acquis par la Regal Musical Instrument Company, qui avait acheté la marque "Regal". nom en 1908 de Lyon & Healy (qui l'a acquis en 1905). Regal a été choisi pour rouvrir l'usine Washburn (produisant également des instruments Regal). Bien que la marque Washburn ait été préservée, elle n'a jamais retrouvé sa prééminence et, au début des années 1940, elle était tombée à zéro.

Ère moderne Modifier

Washburn International fait souvent allusion à une lignée ininterrompue dans les communiqués de presse et les supports publicitaires, ainsi que sur le site Web de l'entreprise :

Washburn fabrique des instruments à cordes depuis 1883. … 130 ans d'histoire sont à la base de nos fondations solides pour la construction d'instruments de haute qualité. [5]

Il n'y a pas de lien direct entre la marque Washburn originale et la Washburn International moderne.

Au début des années 1960, un magasin de détail La galerie de guitares de Chicago embauché Rudolf "Rudy" Schlacher, un jeune luthier allemand, en tant que réparateur. Quelques années plus tard, Schlacher ouvre Le poste sonore [6] [7] (à Evanston, Illinois) pour se concentrer sur les guitares. Il a rapidement réalisé le potentiel de vente d'instruments de qualité à moindre coût.

Tom Beckmen et son épouse Judy Fink Beckmen ont quitté en 1972 une carrière de vendeur de musique et d'enseignant (respectivement) pour lancer une entreprise de vente en gros de musique à Los Angeles, Beckmen Musical Instruments. C'est Beckmen Music qui a ressuscité le nom Washburn et, à partir de 1974, l'a appliqué à une série de guitares acoustiques importées de qualité, fabriquées au Japon par Terada, ainsi qu'à une sélection de mandolines et de banjos.

Fritz Tasch, Rudy Schlacher et Rick Johnstone, comme Industries Frette, Inc., a acquis le nom Washburn en 1977 (pour 13 000 $) lorsque les Beckmen ont pris une direction différente pour leur entreprise [8] et ainsi le nom de Washburn a été rendu à Chicago. Avec l'aide d'Ikutaro Kakehashi (fondateur de Roland Corporation), Schlacher a pu trouver des usines d'instruments au Japon qui pouvaient répondre aux normes souhaitées. [9]

Fretted Industries a également acquis d'autres lignes, telles que les autoharpes Oscar Schmidt.

Schlacher a racheté Johnstone en 1987 et a changé le nom de l'entreprise en Washburn International. Une opération de fabrication aux États-Unis a été ouverte en 1991 pour les instruments haut de gamme, à court terme et uniques, ainsi que pour le développement et le prototypage. Cette année-là, un Tribune de Chicago article [10] place avec confiance Washburn « parmi les trois meilleurs fabricants de guitares au monde », derrière Fender et Gibson.

Le 15 décembre 2002, Washburn International a annoncé qu'elle avait finalisé l'acquisition d'U.S. Music Corporation, [11] et qu'elle intégrerait ses actifs dans cette société dans le cadre d'une fusion inversée. [12] Schlacher est resté directeur financier, nommant Gary Gryczan au COO Gryczan avait été directeur financier de Washburn de 1995 à 1998. Le nouveau siège social de l'USM se trouvait à Mundelein (440 E. Courtland Street), qui abritait également la lutherie Washburn aux États-Unis, souvent appelée « le magasin américain ». Le USA Custom Shop était auparavant situé à Elston Ave. et Springfield Ave dans les années 1990 dans une ancienne usine qui servait de glacière après le grand incendie de Chicago, selon la rumeur, il était hanté par les victimes dont les corps y avaient été entreposés.

Schlacher a annoncé la finalisation de la vente d'USM à JAM Industries le 24 août 2009, et qu'il se retirerait de son entreprise au bout de quatre décennies. [13]

Nous sommes heureux de nous associer à un partenaire stratégique comme Jam Industries, qui a une longue et fructueuse histoire dans l'industrie de la musique et est un partenaire commercial à long terme avec U.S. Music depuis plus de 20 ans. Cela a été une course passionnante et enrichissante de 40 ans qui m'a permis de réaliser mes rêves et mes objectifs. [14]

Comme R S Conseil il est resté consultant auprès de l'industrie des instruments de musique [15] et a été producteur exécutif d'un film à petit budget [16]

Les bureaux d'U.S. Music ont été transférés à Buffalo Grove, dans l'Illinois en 2012.

Très peu d'instruments Washburn modernes ont été construits par la société elle-même. Elle s'est appuyée sur des usines et des luthiers extérieurs pour réaliser leurs conceptions et répondre à la demande du public.

Les premiers instruments Washburn modernes étaient des guitares acoustiques pleine grandeur importées du Japon par Beckmen Music. La gamme 1974 comprenait une guitare de style folk (W-200) et huit dreadnoughts de qualité et de décoration croissantes : W-240-12, W-250, W-260, W-280, W-300, W-300-12 , W-500, W-600.

Sous Rudy Schlacher, la plupart des modèles Washburn ont été commandés en séries de 200 unités, plutôt que la production continue si les ventes se sont bien déroulées, une autre série pourrait être commandée. Cette application de la fabrication juste à temps (ou fabrication au plus juste) a évité à l'entreprise d'avoir besoin d'entreposer et de liquider la surproduction, améliorant ainsi la rentabilité. En conséquence, de nombreux instruments Washburn (acoustiques ou électriques) sont difficiles à localiser une fois sortis de la production, et sont plus rares que les « éditions limitées » d'autres fabricants.

Les premières guitares électriques Washburn étaient les modèles de la série Wing, proposés de 1978 à 1984. Ces instruments comportaient des humbuckers split push-pull innovants, du matériel et des incrustations en laiton et une construction à manche traversant. La plupart des modèles de la série Wing ont été produits par Yamaki, un fabricant japonais de guitares acoustiques Washburn ainsi que par leur propre marque Daion (fin des années 1970 au début des années 1980).

En 1991, la production d'instruments Washburn s'était presque entièrement déplacée vers la Corée, construits par Samick. Lorsque Samick a ouvert son usine de Cileungsi, en Indonésie, en 1992, cette usine a également commencé à produire des instruments de marque Washburn, généralement identifiables par un préfixe de numéro de série "SI-".

De 1992 à 2000, Washburn a hébergé le Custom Shop des États-Unis dans une usine à Elston Ave. et Springfield Ave. Grover Jackson a dirigé la production pendant la première moitié des années 90 et Larry English a dirigé la production pendant la seconde moitié des années 90. Le bâtiment était si vieux qu'il a été utilisé comme glacière après le grand incendie de Chicago et aurait été hanté. Au moins deux cambriolages de guitares se sont produits là-bas lorsque des voleurs ont fait passer un camion fourgon à travers un mur et ont chargé le camion de guitares s'enfuyant proprement.

Entre 1994 et 2001, dix modèles de guitare acoustique ont été construits pour Washburn aux États-Unis, cinq par Tacoma Guitars (Tacoma, Washington) et cinq par Bourgeois Guitars (Lewiston, Maine).

Washburn a sorti une gamme de quatre dreadnoughts fabriqués aux États-Unis, disponibles de 2002 à 2008. Il s'agissait des D-78, D-80, D-82 et D-84. (Tous avaient le suffixe "-SW", pour "bois massif", indiquant qu'aucun bois stratifié n'a été utilisé.)

En 2012, lorsque JAM Industries a refusé de renouveler le bail de l'usine de Mundelein, la lutherie Washburn a fermé ses portes. À l'époque, l'usine de Washburn était le neuvième employeur du village (la troisième en importance), fournissant 180 emplois. [17] L'intention déclarée était de rouvrir dans un bâtiment plus petit à Buffalo Grove (1000 Corporate Grove Drive) [18] mais cela ne s'est pas concrétisé. Quelques modèles Washburn (en particulier le N4) sont produits à Cincinnati.

À partir de 2017, la production primaire s'est largement déplacée de la Corée vers des usines en Indonésie et en Chine.

Plus largement connue pour ses guitares (électriques et acoustiques), Washburn fabrique également des basses électriques, des basses acoustiques, des banjos, des mandolines, des guitares de voyage, des ukulélés et des amplificateurs, ainsi que des accessoires tels que des étuis de guitare, des vêtements, des accordeurs et des sangles. [19]

Dans les années 1980, Washburn a introduit le Série de festivals de guitares acoustiques/électriques (la série EA, pour « acoustique électrifiée »). Elles étaient plus fines que les guitares acoustiques standard et moins acoustiquement résonnantes de par leur conception, réduisant ainsi la sensibilité au Larsen, un problème important lors de l'utilisation de guitares acoustiques ou électrifiées dans les grandes salles. L'ajout dans les modèles ultérieurs de fentes sonores (plutôt que la rosace ronde traditionnelle), une innovation brevetée, a encore réduit la possibilité de larsen, et les guitares sont rapidement devenues l'acoustique de scène incontournable pour des artistes tels que Jimmy Page, George Harrison et Bob Dylan. Au début des années 1990, lorsque MTV a présenté sa série Unplugged, il ne se passait pratiquement pas de spectacle sans voir une guitare de la série Festival. Le design se prêtait également bien aux basses acoustiques, et la série AB de Washburn est rapidement devenue populaire tant pour son look que pour sa sonorité, qu'elle soit amplifiée ou débranchée.

Ces dernières années, Washburn a autorisé plusieurs caractéristiques de construction de guitare :

  • le système de réglage Buzz Feiten — une formule d'accord à température corrigée, utilisant un écrou et une selle compensés pour minimiser les problèmes d'intonation inhérents à la formule d'accord occidentale. Le BFTS a été utilisé pour la première fois par Washburn en 1995 sur un très petit nombre de modèles, puis de plus en plus avec l'introduction du WI-64 (1999), et a été entièrement abandonné après l'année de production 2010. À son apogée, ce système était standard sur les guitares et basses Washburn fabriquées aux États-Unis et les meilleures importations. [20]
  • Pan coupé étendu de Stephen - une articulation de manche boulonnée unique inventée par le luthier Stephen Davies pour permettre un meilleur accès sans restriction à la main de frettage d'un guitariste. Utilisé principalement avec les modèles de signature Nuno Bettencourt, le SEC a également été utilisé avec des guitares acoustiques et reste sur certains modèles actuels (2017) de la ligne Parallaxe. [21]
  • Contrôle du contour vocal (VCC) — un potentiomètre et un câblage spéciaux, destinés à permettre l'accès à toute la gamme de tonalités "entre" les sons à une bobine (mode "single-coil") et à deux bobines d'un micro humbucking, plutôt que l'un ou l'autre. [22]

Au cours des 40 dernières années, Washburn a mis en place un système d'identification de certaines des caractéristiques les plus pertinentes de nombre de ses instruments acoustiques et de certains de ses instruments électriques. Des lettres supplémentaires peuvent être utilisées pour indiquer la finition de l'instrument. Bien qu'imparfaitement appliqué, et parfois maladroitement long, cela peut souvent être utile pour identifier une guitare donnée.

  • C - en coupe
  • DL - deluxe (généralement, un modèle standard avec quelques fonctionnalités améliorées)
  • E - électrique (c'est-à-dire, ramassage intégré)
  • K - kit (c'est-à-dire, comprend un étui ou un sac de transport)
  • LH - gaucher
  • M - dessus en acajou
  • Q - dessus en érable matelassé
  • R - bois de rose
  • S - plateau en bois massif (plutôt que stratifié)
  • SP - table en érable spalt
  • SW - bois massif utilisé partout
  • V - vibrato (sur guitares électriques)

Cela se combine souvent avec le préfixe pour raconter l'histoire d'une guitare. Par exemple, le WLG110SWCEK indique qu'il fait partie de la série Woodline (WL-), probablement haut de gamme (110), taille Grand Auditorium (G), tout en bois massif, pan coupé, micro piézo, et comprenait à l'origine un étui.


WASHBURN LKA 108

Cette section répertorie les noms et les désignations que le navire a eu au cours de sa vie. La liste est par ordre chronologique.

    Navire cargo d'attaque de classe Tolland
    Quille posée le 24 octobre 1944 - Lancé le 18 décembre 1944
    Acquis par la marine américaine le 30 décembre 1944

Couvertures navales

Cette section répertorie les liens actifs vers les pages affichant les couvertures associées au navire. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque nom de navire (par exemple, Bushnell AG-32 / Sumner AGS-5 sont des noms différents pour le même navire, il devrait donc y avoir un ensemble de pages pour Bushnell et un ensemble pour Sumner) . Les couvertures doivent être présentées par ordre chronologique (ou du mieux possible).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Chaque lien de page doit être accompagné d'une plage de dates pour les couvertures sur cette page.

Cachets de la poste

Cette section répertorie des exemples de cachets postaux utilisés par le navire. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque nom et/ou période de mise en service. À l'intérieur de chaque série, les cachets de la poste doivent être répertoriés dans l'ordre de leur type de classification. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

Un cachet de la poste ne doit pas être inclus à moins qu'il ne soit accompagné d'une image en gros plan et/ou d'une image d'une couverture montrant ce cachet de la poste. Les plages de dates DOIVENT être basées UNIQUEMENT SUR LES COUVERTURES DU MUSÉE et devraient changer à mesure que de nouvelles couvertures sont ajoutées.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.


Washburn AKA-108 - Histoire

De la fin de 1945 à février 1946, l'USS Bexar (APA-237) a rejoint la flotte de tapis magiques et a participé au retour des troupes de la Seconde Guerre mondiale du théâtre d'action du Pacifique.

Au début de 1946, elle reçut l'ordre de se rendre à Pearl Harbor pour participer à l'opération Crossroads, les essais de bombe atomique. En juin, elle s'est rendue à l'atoll de Bikini où elle a servi de centre d'assistance phare et d'approvisionnement en équipement en conjonction avec ces tests.

En août 1946, Bexar retourna aux États-Unis pour des tests de radioactivité.

En janvier 1947, elle a été transférée au commandant des Forces amphibies de l'Atlantique, où elle était basée à Norfolk, en Virginie.

En janvier/février 1948, Bexar a embarqué des unités du 2e Marines, à Morehead City, Caroline du Nord, pour leur déploiement à Malte et leur transfert ultérieur dans des unités de la 6e Flotte.

Au cours de l'automne 1949, il participe à l'opération amphibie Miki dans les îles hawaïennes. Puis, en décembre 1949, Bexar participa à des exercices par temps froid, dans le cadre du COMTRANSDIV-22, aux côtés des USS Fremont (APA-44), USS Randall (APA-224) et USS Colonial (LSD-20). À cette époque, entre la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée, le Bexar a remporté le très convoité Meatball, un fanion d'efficacité au combat, à deux reprises.

En août 1950, alors que les hostilités en Corée commençaient en juin, il reçut l'ordre de se rendre en Crète en août 1950 et embarqua des Marines pour le long voyage vers le Japon via le canal de Suez puis la mer Rouge, l'océan Indien et la mer de Chine méridionale. Plus tard en septembre et octobre, le Bexar a participé aux débarquements d'Inchon et de Wonson en Corée et à l'évacuation de Chinnampo et d'Inchon. D'octobre 1951 à janvier 1952, il a opéré dans divers ports entre le Japon et la Corée en tournant et en débarquant des troupes, y compris celles de la 5e division de calvalerie et de la 45e division. En août 1953, elle est arrivée à Koji Do, en Corée, et a assumé le rôle de vaisseau amiral à l'appui de l'opération Big Switch, le mouvement des prisonniers de Koji Do à Inchon. Au moment où elle quitta la Corée en avril 1955, le Bexar avait reçu (3) Battle Stars.

Après la guerre de Corée, Bexar a accompli de nombreuses tâches. En février 1955, elle arriva aux îles Ta' Chen et participa à l'évacuation des nationalistes chinois vers Formose, emmenant plus de 3 000 réfugiés à bord. Destination : KeeLung, Formose. À l'été 1956, elle a remporté le « E » rouge pour High Engineering Efficiency. L'automne 1957 a amené la participation à l'opération Strongback, un grand exercice amphibie d'après-guerre qui s'est déroulé dans les îles Philippines. À l'été 1958, il remporta le prix Assault Boat Coxswain Award, le Battle Efficiency Award et ajouta un dièse à son « E » rouge. En octobre de la même année, elle est arrivée à Seattle, WA. et a embarqué des troupes de l'armée pour l'opération Rocky Shoals.

En août 1959, l'équipage du Bexar a enduré une chaleur accablante (jusqu'à 108 degrés), travaillant de rares «heures tropicales» en participant à l'opération Saddle-Up, débarquant des Marines à Bornéo. De juin à août 1960, elle était à Pearl Harbor et s'est jointe à la célébration de l'admission d'Hawaï en tant que 50e État de l'Union. Après le déploiement à WestPac, elle a répondu à une demande d'aide d'urgence du gouverneur de la province de Pangasinan, Luzon Is., République des Philippines. Il s'agissait du premier atterrissage d'urgence dans la région légendaire du golfe de Lingayen depuis la Seconde Guerre mondiale et il s'agissait d'un effort important pour aider les habitants de cette province. Puis, en septembre 1960, il s'embarqua pour Djakarta, en Indonésie, pour recevoir le président Sukarno et son épouse et embarqua 1 150 officiers et hommes pour le transport vers la République du Congo à l'appui d'une mission des Nations Unies pour réprimer les hostilités Mau-Mau à Léopoldville.

Au moment où le Bexar est revenu à son port d'attache de San Diego le 4 décembre 1960, il était devenu le premier navire amphibie américain à faire le tour du monde en un voyage continu, parcourant 27 828 milles pendant 84 jours au total.

En juin 1961, Bexar a remporté son deuxième prix consécutif de barreur de bateau d'assaut. Plus tard, d'octobre à novembre 1961, elle a participé à l'opération Silver Sword dans les îles hawaïennes. Puis, en 1962, elle a participé à l'opération Tulangan aux Philippines au large de l'île de Mindoro et plus tard cette année-là, en novembre et décembre, elle a participé à une vaste opération visant à établir le blocus de Cuba pour faire face à la crise des missiles cubains. Pour cet effort, elle a reçu la Médaille expéditionnaire des forces armées.

Le printemps 1963 a amené la participation à l'opération Flagpole, un exercice conjoint avec les forces de la République de Corée. Puis fin 1963, il entre dans les chantiers pour une révision complète et une modernisation d'une durée de cinq (5) mois, anticipant des actions au Vietnam.

En novembre 1964, Bexar effectue sa première mission au Vietnam. A fourni des secours contre les inondations dans la zone portuaire de Da Nang et embarqué des équipes UDT comme base d'accueil pour l'arpentage de la zone «Red Beach» pour l'invasion amphibie prévue en février 1965. Il est de retour à Da Nang en mars 1965 pour débarquer du ravitaillement et des hommes de la 7e flotte SLF (Special Landing Force) en liaison avec l'USS Thomaston (LSD-280). Elle a ensuite fumé vers le nord pour participer à la plus grande opération amphibie depuis la guerre de Corée. Elle a rendez-vous avec l'USS Princeton (LPH-5), qui a servi de vaisseau de lancement pour l'escadron d'hélicoptères du SLF.

Le février de 1966 elle a quitté San Diego en route Vietnam via Pearl Harbor pour déployer des Marines. Plus tard en juillet et août 1966, Bexar a débarqué la compagnie "H", 2e bataillon, 26e régiment de marines à l'appui de l'opération de la 3e division de marines à Da Nang, au Vietnam. Alors que la guerre s'accélérait, il s'engagea dans des opérations amphibies au large d'Okinawa avec des éléments du 2e bataillon de la 4e division de marine. De juillet à novembre 1967 , il a pris en charge tous les nouveaux LCVP et LCM dans le cadre de la révision régulière du triage .

De décembre 1967 à janvier 1968, Bexar a transporté des troupes et du matériel de Pearl Harbor à Da Nang, au Vietnam, puis a emmené des Marines mineurs à Okinawa. Une directive en vigueur à l'époque prévoyait un âge minimum pour les Marines dans les zones de combat réelles. Elle s'est ensuite rendue à Yang Po Rie, en Corée, pour l'entraînement en « filet humide » de 5 000 soldats coréens de la 5e division Marine. Au cours du TET de février-mars 1968, Bexar a embarqué des troupes du 1er bataillon de la 29e division de marines et a convoyé avec l'USS Washburn (AKA-108) et l'USS Vancouver (LPD-2) à Da Nang, au Vietnam, puis est retourné à Yang Po Rie de poursuivre les exercices d'entraînement conjoints.

À la fin du printemps et au début de l'été 1968, Bexar était ancré à Vung Tau, au Vietnam, à 47 miles au sud de Saigon, en tant que base d'appui des escadrons d'assaut de la rivière 13 et 15 qui menaient des incursions d'assaut dans les affluents de la région du delta du Mékong.

À la fin de l'été et de l'automne 1969, le Bexar a de nouveau participé à un exercice d'entraînement conjoint avec des éléments de la marine et des marines sud-coréens. En octobre, il part pour San Diego et fait partie d'une opération conjointe Marine/Marine nommée Keystone Cardinal. À l'arrivée à San Diego elle a débarqué 1 400 marines et équipement.

Les cérémonies officielles de déclassement le 15 décembre 1969 ont transféré l'USS BEXAR, maintenant avec la coque désignée LPA-237, au commandant de l'installation de maintenance des navires inactifs de la marine (la flotte de mites). Ce triste événement a marqué l'achèvement de 25 années de bons, bons et loyaux services rendus par le navire et les équipages à la nation dont elle arborait si fièrement le drapeau.

Remarque de clôture : Cette histoire n'est en aucun cas destinée à représenter toutes les diverses activités auxquelles Bexar a été impliquée au cours de ses 25 années de service. C'est une entreprise en cours ouverte à des modifications et des ajouts d'importation importante qui sont vérifiables. Tous les camarades qui ont servi à bord et qui peuvent avoir des livres de croisière ou d'autres souvenirs (POD, etc.) pour vérifier les informations doivent me contacter à [email protected] and I will be glad to include same in this history. I have, during this process, found significant errors in detail involving the Bexar historically and have endeavored to clear the record by corroborating information as much as is possible. I am proud to have had the opportunity to have crewed aboard her and been one of the many who have manned the helm of this ship as she steamed ahead into her berth in US Naval history.

Compiled 20 January 2003 – Robert ‘Bob’ Weiss (’59-’61)

Awards for Vietnam Service: Navy Unit Commendation, RVN Gallantry Cross with Palm, RVN Campaign Medal with 60’s device and the Vietnam Service Medal with (5) Battle Stars.


Washburn AKA-108 - History

International Program Overview

Alpha Kappa Alpha Sorority, Incorporated ® is dedicated to implementing programs of service that enhance the social, economic, and educational well-being of the local, national and international communities. Programs remain the heart of AKA. The size and scope of services provided to our communities have grown and significantly improve the quality of life for all who reside within our service areas.

The program theme for 2018-2022 is Exemplifying Excellence Through Sustainable Service. The International Program includes five program targets that are designed to advance the mission of Alpha Kappa Alpha with excellence and underscore our commitment to sustainable service.

The five program targets for 2018-2022 are:

The Signature Program is #CAP SM which is the abbreviation for College Admissions Process. It is designed to assist students in their efforts to enter college by providing a hands-on approach that includes all the steps from researching various colleges to actually completing the application process.

In addition to the program targets, the Exemplifying Excellence Through Sustainable Service administration is pleased to continue Community Impact Days. Chapters will engage in simultaneous activities that will benefit the community and continue our commitment to lifelong service.

A significant feature of this programmatic thrust is the launch of AKA University SM ! This exciting new platform will serve as the umbrella under which education, training, and leadership development will emerge so that members can enhance their personal development and provide more impactful service to the community.


Page 227

If possible, the mood in Washington was grimmer than that in Saigon.
While the President rejected proposals by the Joint Chiefs to intensify
the air war over Haiphong and Hanoi, he was willing to rush ground reinforcements,
if necessary, to prevent the fall of the Marine base at Khe Sanh. Au
3 February, at the behest of the President, the Chairman of the Joint
Chiefs, General Earle G. Wheeler, asked Westmoreland, "if there is any
reinforcement or help that we can give you." In reply, Westmoreland
only requested another squadron of C-130 cargo aircraft and air-drop
equipment. At the same time, Westmoreland asked his staff to make a
study of the long-range requirements. At this point. Wheeler rather
tartly observed that the long-range could wait, "we can handle only
one major problem at a time." The Chairman emphasized that the Joint
Chiefs and the President were concerned about Westmoreland's "immediate
requirements stemming from the present situation in Vietnam." In another
cable, Wheeler warned the MACV commander: "The United States Government
is not prepared to accept a defeat in South Vietnam. In summary, if
you need more troops, ask for them."6

These exchange of messages between Westmoreland and Wheeler developed
into a strange colloquy in which the Chairman eventually maneuvered
Westmoreland into requesting significant additional forces which would
require a callup of the Reserves. On 12 February, at a meeting at the
White House, however, President Johnson delayed his final decision,
but approved the immediate deployment of a brigade of the U.S. Army
82d Airborne Division and the 27th Marines to Vietnam. Both the Army
Brigade and the Marine regiment were to reinforce General Cushman's
forces in I Corps.7*

Readjustment in l Corps

By the end of February, the reinforcements for I Corps were in place
or on their way. On 10 and 12 February, the 1st Battalion, 27th Marines,
commanded by Lieutenant Colonel John E. Greenwood, at Hawaii embarked
on board three Navy ships, the USS Vancouver (LPD 2), the USS
Bexar (APA 237), and the Washburn (AKA 108). Initialement
scheduled to participate in two landing exercises on Okinawa, the newly
formed BLT received a change of orders while at sea on 13 February,
as a result of the President's decision, to proceed to Da Nang. Entre
14 and 21 February, the rest of RLT (Regimental Landing Team) 27 deployed
by sea and air from Camp Pendleton, California to Da Nang. U.S. Air
Force Military Airlift Command planes flew more than 3,300 men of the
regiment together with 1,196 short tons of their equipment from California
to Vietnam. By 17 February, the 27th Marines headquarters, under Colonel
Adolph G. Schwenk, Jr., together with those of BLTs 2/27, commanded
by Lieutenant Colonel Louis J. Bacher, and 3/27, under Lieutenant Colonel
Tullis J. Woodham, Jr., opened their command posts at the Da Nang base.
The forces arriving as part of RLT 27 also included personnel from the
artillery battalion, 2d Battalion, 13th Marines, under the command of
Lieutenant Colonel Rhys J. Phillips Jr. On 21 February, the USS Thomaston
(LSD 28) departed San Diego with the surface elements of the RLT, some
200 personnel and over 5,000 tons of equipment for Vietnam. By the end
of the month, the 1st Battalion had joined the other two battalions
of the regiment at Da Nang. General Cushman later declared that he had
not known the 27th Marines was available and that he had not requested
them, but that they arrived in "response to overall requirements set
by Westmoreland." As the 1st Marine Division assistant division commander
and Task Force X-Ray commander, Brigadier General Foster C. LaHue, remembered,
however, III MAF was "happy to get them [RLT 27]."8


Throughout this period, General Westmoreland continued to deploy U.S. Army units north. From mid-January through the end of February, MACV reinforced III MAF with over 20,000 Army troops in I Corps, including support units. The combat forces included the 1st Air Cavalry Division headquarters and two brigades, two brigades of the 101st Airborne Division, and the 3d Brigade of the 82d Airborne Division, which, like the 27th Marines, had just arrived in Vietnam from the United States. First located at Chu Lai in Quang Tin Province under the Americal Division, elements of the 82d Airborne brigade then joined the 1st Marine Division Task Force X-Ray in the Phu Bai Vital Area in Thua Thien Province.9


By the end of February, III MAF numbered nearly 129,000 officers and men, an increase of nearly 12,000 over the previous month. These figures included over 82,000 Marines and nearly 45,000 U.S. Army personnel. In Quang Tri Province, encompassing U.S. units at Khe Sanh, the DMZ sector, and south of Quang Tri City, there were 16 maneuver battalions (infantry, amphibian tractor, and tank), 13 Marine and 3 Army.

* Chapter 27 will go into further detail on the manpower decisions
of February 1968 and the question about the activation of the Reserves.


Washburn AKA-108 - History

d/s-l64.jpg" />

j/s-l64.jpg" />

k/s-l64.jpg" />

m/s-l64.jpg" />

d/s-l64.jpg" />

j/s-l64.jpg" />

k/s-l64.jpg" />

m/s-l64.jpg" />


National Register of Historic Places – Listings

The Benjamin C. Wilder House is a relatively unaltered house typical of upper Aroostook County’s mid-19 th century period of settlement. Built about 1852, it is thought to be the oldest house in Washburn village. Benjamin Gushing Wilder (1828-1902), the son of Robert Wilder, an early settler, came to Washburn about 1843 with his parents.

Wilder’s had a variety store in Washburn in 1871. He soon switched to farming, occupying the house until his death. About 1920 the farm was acquired by William Jardine. His heirs sold it to the Salmon Brook Historical Society of Washburn.

Benjamin C. Wilder House (2015)

Benjamin C. Wilder House in Washburn

The architectural significance of the Wilder house is primarily its status as a rare relatively unaltered example of mid-19 th century houses in northeastern Aroostook County. The house retains much of its original late Greek Revival style character.*


Best and brightest lost in submarine disaster

Editor's note: This is the finale in our series leading up to the 50th anniversary of the loss of the submarine USS Thresher on April 10.

Editor's note: This is the finale in our series leading up to the 50th anniversary of the loss of the submarine USS Thresher on April 10.

"The future of our country will always be sure when there are men such as these to give their lives to preserve it."

Those were the words President John F. Kennedy offered a grieving nation after the April 10, 1963, loss of the nuclear submarine USS Thresher (SSN 593) and all 129 men aboard.

Looking back half a century later over the lineup of Navy sailors and civilian workers lost that day, one is struck by how remarkable these men were. We can only imagine what they might have accomplished had they not perished in the worst submarine disaster the world has ever known.

When Thresher sank more than 200 miles off the New England coast during deep-dive tests, she was considered the pride of the Navy at the dawn of a new technological age. She was designed and built at Portsmouth Naval Shipyard at a cost of $45 million in 1960s dollars. Thresher was the first in a new class designed to be quieter, deadlier, faster and deeper-diving than any submarine before it. She was created specifically to track and kill her Soviet counterparts.

It stands to reason that such a prized vessel would be manned by "the best and the brightest" of the Cold War generation. These men lived their lives as ordinary neighbors who ultimately made an extraordinary sacrifice, but collectively were a fascinating mix of intellects and swashbucklers — men of genius and adventure.

Nearly every officer aboard SSN 593 that day was a graduate of the U.S. Naval Academy — an impressive feat in itself. Several of the enlisted sailors — and many of the civilian workers — were veterans of World War II or the Korean War, or in some cases both.

Some of those lost aboard Thresher have been profiled in these pages over the past year. Unfortunately, it would take more than a decade to complete a monthly series of each Thresher hero. For now, here is a sample of those who manned the doomed submarine that April morning their bios are culled from a special edition memorial volume published by the Navy in 1964

As we gather with our families this Easter morning, it's worth noting this final cruise was intended to be an exercise lasting only two or three days. Many of the men expected to return home to their own families in time to celebrate the Easter weekend of 1963.

At only 31 years of age, Garner was second-in-command of Thresher's crew as executive officer. A graduate of Vanderbilt University, where he majored in psychology and participated in the Naval ROTC, he was commissioned an ensign in 1953.

Prior to his assignment to Thresher, Garner spent 4 years aboard the submarine USS Skate (SSN 578), and took part in all three of her Arctic expeditions below the ice. He earned two Navy Unit Commendations for this service and was aboard the Skate in 1959 when she became the first submarine to surface at the North Pole.

Garner was promoted to lieutenant commander a full year ahead of his contemporaries, and was nominated by the New London, Conn., Junior Chamber of Commerce as one of the 10 most outstanding men in the country. He took over as Thresher's XO in December 1962. He left behind his wife Alice and two daughters.

At age 35, Krag was assigned to the staff of the commander of all Atlantic Fleet submarines. He was on Thresher as a representative of that command.

An Eagle Scout, Krag was co-valedictorian of his high school class in Minot, N.D., and president of the school symphony. He trained for 11 years on the violin. He managed the lacrosse team and was part of the drum and bugle corps at the Naval Academy, where he graduated in 1950.

After serving three years aboard the aircraft carrier USS Franklin D. Roosevelt, Krag attended MIT where he earned his master's degree in naval engineering and placed highest in his class in electrical engineering.

He also won a 1955 essay contest with an entry that became required reading for an executive training program. Krag's first submarine assignment, interestingly, was USS Albacore (AGSS 569), which sits on permanent display in Portsmouth.

At the time of his death, Krag represented the Atlantic Fleet's submarine commander on all sea trials and had just been elected president of his local church. The church's school building was later named in his honor. He left behind his wife Olga and three sons.

At age 35, another Renaissance man, Billings was also part of the Naval Academy's 1950 graduating class. He then went on to earn a doctoral degree in applied mathematics from the University of Maryland, and taught an accredited extension course on the subject at the University of New Hampshire.

Billings was an accomplished pianist, a German linguist, Russian translator, president of the Holy Name Society at his local church and a Korean War veteran. At the time of his death he was the assistant planning and estimating superintendent for new construction at Portsmouth Naval Shipyard.

He was survived by his wife Deloras and five children.

Chief Steward Napoleon Garcia

Age age 35, Garcia was born in the Philippine Islands and captured by Japanese soldiers during World War II at age 15. He was subsequently rescued by Filipino guerillas, and enlisted in the U.S. Navy in November 1945.

During 18 years of naval service, Garcia served on various surface ships, submarines and shore stations. He earned letters of commendation from the commanding officer of the submarine USS Diablo (SS 479) and the commander of the Naval Air Station at Anacostia in Washington, D.C.

He had served aboard Thresher for more than two years before her fatal voyage. He left behind his wife Charlotte, a daughter, and nine brothers and sisters who remained in the Philippines.

Chief Torpedoman's Mate Robert Johnson

Johnson, 37, was Thresher's first and only chief of the boat, charged with overseeing the welfare of the crew's enlisted personnel.

He entered the Navy in 1942, and after serving aboard the USS Denebola (AF 56) volunteered for submarine duty in 1944. He made two successful war patrols aboard his first sub, USS Torsk (SS 423). He proceeded to serve aboard several other submarines before reporting to Thresher in February 1961, and was the first to qualify aboard this new class of vessel.

Johnson was survived by his wife Rizalina.

In 2004, the newly constructed Bachelor Enlisted Quarters at Portsmouth Naval Shipyard was named in his honor, and is now commonly known as Johnson Hall.

Steward Third Class George Bracey

At age 43, Bracey was the oldest uniformed crewman aboard Thresher and one of the few African-Americans.

Bracey was serving aboard his 11th ship, and eighth submarine, when he went down with SSN 593. He enlisted in October 1942 and served aboard the aircraft carrier USS Ranger (CV 4) before entering the submarine service. He went on to earn three Submarine Combat Insignias during the war, among other decorations and commendations.

Bracey was an ordained deacon of the People's Baptist Church of Portsmouth and a 32nd degree Mason of the D.G. Lett Lodge. He left behind his wife Letha and seven kids.

Collier, 31, joined the Navy as an enlisted man in August 1949, after graduating from Bethel-Tate High School in Ohio, where he was class president during his junior and senior years.

A superior officer who saw Collier's leadership abilities recommended him in 1951 for the Naval Academy Preparatory School at Bainbridge, Md., where he proceeded to organize the school's first drill team. Collier went on to the Academy at Annapolis and served as class president for three years, and brigade commander.

His roommate at the Academy and godfather to daughter Sherrill was Frank Kelso, who went on to become chief of naval operations in 1990.

Collier was commissioned as an ensign upon graduating in 1956. He served aboard the destroyers USS J.C. Owens (DD776) and USS Farragut (DLG 6) before volunteering for the "silent service."

He reported for duty aboard his first submarine, the Thresher, just days before the vessel departed on her final voyage. He left behind his wife Helen and two children.

Lt. Junior Grade Ronald Babcock

Babcock had just turned 25 when he was lost in the disaster. Born and raised in Nebraska, Babcock attended a one-room schoolhouse for eight years. He went on to become Ord High School's valedictorian, class president, National Honor Society president, and captain of the football team.

He graduated from the Naval Academy in 1960, reported for submarine training in New London, Conn., and went on to advanced nuclear power training. He received his first duty assignment — the Thresher — in March 1962. He left behind his wife Martha.

At age 41, Kuester was aboard SSN 593 as a representative of the U.S. Naval Ordnance Laboratory, where he was chief of the Acoustics and Electronics Division. Kuester earned his bachelor of science degree in electrical engineering from Iowa State College, and was president of Eta Kappa Nu Fraternity.

While with the laboratory, he received the secretary of the Navy's Meritorious Civilian Service Award in 1951 for creating high-fidelity filters and transformers. He also received two Superior Accomplishment Awards, in 1956 and in 1959, for an original invention of a classified nature, and held letters of patent for two inventions in the field of low-frequency sonar equipment.

As division chief, he was responsible for the engineering aspects of electrical and electronic components for undersea weapon systems being developed for the Navy.

Kuester was on Thresher to conduct tests related to a new classified acoustical material he had invented, called "Kustecite," which had been installed in the submarine.

He was the Sunday school superintendent, trustee and corporate secretary of the church he attended in Maryland and won several ribbons for raising and showing his roses. He was also a skilled photographer.

Kuester was survived by his wife Marion and three children.

Allen, 39, was aboard Thresher as the shipyard's assistant design superintendent and project officer for this new breed of submarine.

A 1945 graduate of the Naval Academy, Allen volunteered for the submarine service following a stint aboard the destroyer USS Ault (DD 698). Over the course of his Navy career he served on submarines USS Trumpetfish (SS 425), Requin (SS 481), Cavalla (SS 244) and Sea Cat (SS 399).

In 1952, he was chosen to pursue graduate study in electronics engineering and finished second in his class at the Navy's Postgraduate School in Monterey, Calif. He also earned his master's degree in applied physics at UCLA.

Before his assignment at the shipyard, Allen was on the staff of the commander of Submarine Squadron 4 and in the Sonar Branch of the Bureau of Ships in Washington, D.C. He was also designated qualified to command submarines.

He was survived by wife Jane and three children.

Yeoman First Class Wayne Lavoie

A Rochester, N.H., native, Lavoie died on his 28th birthday.

A 1953 graduate of Spaulding High School, he was president of the Student Activity Association and a varsity football and basketball player. At age 16 he was a 4-H counselor.

After joining the Navy he was assigned to the attack cargo ship USS Washburn (AKA 108) and the submarine USS Corsair (SS 435). He was also stationed at both Brunswick, Maine, and in Portsmouth.

Like Krag, Lavoie had the distinction of serving aboard both Thresher and Albacore, two submarines with distinctive ties to the Seacoast. He reported to Thresher two months before her final voyage.

Lavoie left behind his wife Gernie and five children.

In the days and weeks after the loss of Thresher in 1963, the first time a nuclear submarine had been claimed by the sea, it was left to a handful to put into words what had been lost.

"One could not mention the Thresher without observing, in the same breath how utterly final and alone the end is when a ship dies at the bottom of the sea . and what a remarkable specimen of man it must be who accepts such a risk," wrote the famous psychologist Dr. Joyce Brothers.

Adm. Hyman Rickover, the legendary "father of the nuclear Navy," hand-picked many of the crewmen assigned to Thresher, and took the tragedy to heart. "I knew them personally," he told reporters. "It was a personal loss to me."

And President Kennedy, who would be assassinated in the fall of 1963, described these Cold War casualties as brave pioneers: "The courage and dedication of these men of the sea, pushing ahead into depths to advance our knowledge and capabilities, is no less than that of their forefathers who led the advance on the frontiers of our civilization."

What: Thresher Memorial Project Group is working to create a permanent tribute at Kittery's Memorial Circle


USS Seminole (AKA 104)

USS SEMINOLE was a TOLLAND - class amphibious cargo ship and the fourth ship in the Navy named for counties in the states of Florida, Georgia, and Oklahoma. Redesignated as LKA 104 on January 1, 1969, the SEMINOLE was decommissioned on December 23, 1970, and subsequently laid up at Suisun Bay, Calif. Stricken from the Navy list on September 1, 1976, the SEMINOLE was sold for scrapping on November 16, 1977.

Caractéristiques générales: Keel laid: November 7, 1944
Launched: December 28, 1944
Commissioned: March 8, 1945
Decommissioned: December 23, 1970
Builder: North Carolina Shipbuilding, Wilmington, NC.
Propulsion system: two boilers, one GE geared turbine drive, double GE main reduction gear, 6,000 shaft horsepower
Propellers: one
Length: 459.2 feet (140 meters)
Beam: 63 feet (19.2 meters)
Draft: 26.4 feet (8.05 meters)
Déplacement : env. 14,160 tons full load
Speed: 16+ knots
Avion : aucun
Boats: 14 LCVP and 8 LCM
Armament: one 5-inch/38 caliber gun, four twin 40mm gun mounts, 16 20mm guns
Crew: 35 officers and 387 enlisted

This section contains the names of sailors who served aboard USS SEMINOLE. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

USS SEMINOLE Cruise Books:

USS SEMINOLE was laid down on 7 November 1944 at Wilmington, N.C., by the North Carolina Shipbuilding Co., under a Maritime Commission contract (MC Hull No. 1703) launched on 28 December 1944 sponsored by Miss Pamela Cole and commissioned on 8 March 1945 at the Charleston (S.C.) Navy Yard, Comdr. James H. Budd, D-M, USNR, in command.

Following shakedown in Chesapeake Bay (25-28 March 1945), the attack cargo ship operated along the east coast until 8 April when she departed Norfolk for the Canal Zone. SEMINOLE transited the Panama Canal on 14 to 15 April and reached Pearl Harbor on the 30th.

From 1 through 27 May 1945, SEMINOLE engaged in training in Hawaiian waters. On the 28th, she got underway for the Marshall Islands and arrived at Eniwetok on 6 June. The attack cargo ship independently zigzagged her way to Ulithi, Caroline Islands, from 17 to 21 June, where she loaded antitank mines for Okinawan operations. Arriving at Buckner Bay, Okinawa, on 14 July, SEMINOLE unloaded her cargo on the 17th. On 18 July, she steamed southward to avoid a typhoon, then returned to Buckner Bay on 21 July. She took similar measures during a typhoon alert from 1 to 3 August. On 6 August, she departed Buckner Bay for Ulithi, and, in spite of trouble in her fuel lines, arrived on the 10th. On the 13th, she got underway for the Palaus and arrived at Peleliu the following day.

SEMINOLE loaded cargo at Peleliu and departed on 21 August for the Marianas. After anchoring off Saipan on the 24th, she unloaded cargo there and at Tanapag and Tinian before getting underway for Guam. She remained in Apra Harbor, Guam, from 1 to 4 September, before sailing for the Philippines. Reaching San Pedro Bay, Leyte, on 8 September, she then steamed to Guiuan, Samar, on the 10th, where she transferred four vehicle/personnel landing craft (LCVP) and eight mechanized landing craft (LCM) before steaming to Iloilo, Panay, on the 12th. From 12 to 17 September, SEMINOLE loaded general cargo, ammunition, vehicles, landing craft, and gasoline for the 40th Division. Then, on the 18th, she got underway for Jinsen, Korea, and anchored there a week later.

SEMINOLE returned to Leyte on 7 October 1945. She remained in Filipino waters, loading cargo at various points, until the 18th when she stood out of San Fernando Harbor, Luzon, for Korea. After unloading equipment and disembarking 84 officers and men of the 6th Division at Jinsen [Inchon], she again set out for the Philippines, anchoring in Guiuan Harbor, Samar, on 5 November.

On 1 December 1945, the attack cargo ship departed Leyte Gulf, and arrived in San Francisco, Calif., on 2 March 1946, after stopping off at Tsingtao, Guam, and Pearl Harbor. During the postwar years from 1946 to 1950, SEMINOLE operated along the west coast of the United States and into the western Pacific, and conducted five replenishment voyages to Point Barrow, Alaska.

In Puget Sound when war broke out in Korea in the summer of 1950, SEMINOLE and sister ship WASHBURN (AKA 108), got underway for Yokosuka, Japan. Diverted en route, she arrived at Kobe the next day. After voyage repairs at the Mitsubishi dockyards and lashing down for typhoon Jane, SEMINOLE loaded military cargo and got underway for Pusan, Korea, on 4 September accompanied by attack transport PICKAWAY (APA 222) and dock landing ship FORT MARION (LSD 22). SEMINOLE returned to Kobe that same day, fueled to capacity, and got underway independently at 0027 on the 5th.

SEMINOLE moored in Pusan Harbor on 6 September 1950. On 8 September, she commenced loading cargo, supplies, and equipment of the 1st Marine Provisional Brigade. Five war correspondents came on board on the 11th, and 301 U.S. marines and 58 ROK marines embarked the next day. On 15 September, SEMINOLE lowered and dispatched her boats for the opposed landings on Red Beach, Inchon. From 16 to 20 September, the attack caergo ship continued to offload her cargo. On the 21st, she evacuated six marine casualties and debarked them at Sasebo, Japan, on the 23rd.

After repairs to the ship and her boats, SEMINOLE stood out of Kobe on 5 October 1950 and arrived at Inchon on the 8th, then began loading troops and equipment of the 1st Marine Division the next day and took on additional troops and cargo until standing out of the harbor on the 17th. SEMINOLE and accompanying ships reversed their course back and forth several times until the mine fields at Wonsan had been cleared. She entered Wonsan Harbor on 25 October and landed marines and offloaded cargo until the 30th.

SEMINOLE departed Wonsan Harbor on 1 November 1950, reaching Pusan the next day. After embarking men of the 65th Regimental Combat Team and the 58th Field Artillery Battalion, she disembarked them at Wonsan on 7 November. Two days later, she got underway for Pusan and sank a mine with fire from small arms and 20 millimeter fire en route. SEMINOLE anchored in Pusan on 10 November, where she embarked troops, X Corps, before getting underway on the next day.

SEMINOLE returned to Wonsan on 12 November 1950, disembarked the soldiers she had transported from Pusan, and performed upkeep and maintenance until standing out for Japan on 17 November. She arrived at Yokosuka Harbor on 20 November, remaining there until the end of the month. Early in December, the attack transport returned to Korea to evacuate troops who had been endangered by the entry of Chinese Communist forces into the war. The ship entered Wonsan Harbor on the 4th, and embarked a platoon of the 3rd Infantry Division and their equipment. From 5 to 7 December, additional elements of the 3rd Infantry Division, including the Division Band, came on board. On 9 December, she stood into Hungnam, Korea. For the remainder of 1950, the ship completed several trips between Hungnam and Pusan, ferrying Japanese stevedores, as well as 3rd Division and ROK soldiers. SEMINOLE anchored at Kobe on 29 December.

On 13 January 1951, SEMINOLE stood out of Kobe en route to Korea, anchoring at the Pusan outer harbor the next day. From 23 to 28 January, she transported North Korean and Chinese prisoners of war from Pusan to Sadung Ni. On the 29th, the ship interrupted this work to engage in simulated amphibious movements and assault landings along the eastern coast. The ruse, between 29 and 31 January, caused the enemy to deploy his troops where they did not threaten U. N. forces.

Her mission completed, SEMINOLE returned to the ferrying of POW's on 2 February 1951. On 8 February, additional simulated assault landings were made. On 10 February, she departed Inchon for Japan and arrived at Sasebo on the 12th. She made one more trip to Korea and back that month, returning to Yokosuka Harbor on the 25th.

SEMINOLE departed Sasebo on 4 April 1951, arriving at Hong Kong on the 16th. On 9 July, she stood into San Diego Harbor, then operated along the west coast until 29 November 1952, when she returned to Yokosuka. Departing Yokosuka on 5 December, SEMINOLE resumed her operations in Korean and Japanese waters. On 10 April 1953, the ship departed Japan as a part of Task Group 90.9 which redeployed the 5th Cavalry Regimental Combat Team from Pusan and Koje Do, Korea, to Otaru, Japan. Arriving at Pusan on 13 April, SEMINOLE loaded vehicles, and embarked drivers and 500 troops before returning to Otaru on 27 April.

SEMINOLE continued her operations in Japanese and Korean waters well after the signing of the truce on 27 July 1953. From 28 July to 12 September, she ferried almost 10,000 North Korean and Chinese POW's in Operation Big Switch from Koje Do to Inchon. On 22 September, she departed the Far East and arrived at San Diego on Columbus Day 1953.

On 14 September 1954, SEMINOLE departed the west coast. She arrived at Yokosuka on 2 October, Hong Kong on the 10th, and Sasebo on the 29th. On 30 November 1955, the attack transport stood into Subic Bay, Philippines, and arrived at Saigon, Vietnam, on New Year's Eve. After evacuating refugees from North Vietnam and the Tachen Islands, she departed Saigon on 11 January 1956. SEMINOLE returned to Japan, standing into Kobe on the 27th.

SEMINOLE departed Kobe on 6 February and proceeded to Buckner Bay, Okinawa. On 24 February, she departed the Ryukyus for Japan and thence proceeded to San Diego via Pearl Harbor. For the remainder of 1956, SEMINOLE operated along the west coast and Alaska. In January of 1957, she again set sail for Yokosuka. SEMINOLE operated off Japan, Okinawa, and Korea until her return to San Diego on 26 September. Back in Yokosuka on 3 July 1958, the ship remained in East Asian waters until her return to San Diego on 8 December.

SEMINOLE continued her active service into the 1960's. On 1 July 1966, she was assigned to Amphibious Squadron 9. On 24 February 1967, the squadron departed Chin Wan, Okinawa, and arrived of the mouth of the Cua Viet River, South Vietnam, on 1 March. There, they embarked marines for rotation, and arrived at Chin Wan on 13 March. On 14 April, SEMINOLE assisted in the rescue of 28 survivors of SS SILVER PEAK, which had been driven aground by typhoon Violet.

SEMINOLE participated in Operation Beaver Cage, an amphibious and helicopter borne assault in support of the 1st Marine Division from 28 April to 13 May 1967. Planning commenced immediately for operation Beau Charger, an amphibious and helicopter assault for a search and destroy operation near the DMZ. This operation, executed between 18 and 22 May, inflicted losses upon the enemy in an area he had considered his sanctuary. On 18 June, Operation Beacon Torch got underway near Hoi An. After disrupting enemy base areas, fortifications, and lines of communications, the 5th Marines were withdrawn on 2 July and inserted just south of the DMZ to help counter an urgent North Vietnamese threat in Operation Bear Track (4-17 July). Three days later, Operation Bear Chain was launched against enemy strongholds south of Hue, terminating on 25 July, followed by a search and destroy sweep inland, Operation Kangaroo Kick.

SEMINOLE next headed for a much-needed upkeep period, arriving at Subic Bay on 5 August 1967. The last operation of this deployment came on 27 August with an amphibious landing near Quang Tri. Operation Belt Drive came to a successful completion on 5 September and deterred enemy terrorism over the election period. SEMINOLE's unit departed Vietnamese waters on 1 September, however, to return to the United States west coast, via Hong Kong and Subic Bay. She arrived at her homeport, San Diego, on 21 September.

From 24 April to 3 May 1968, SEMINOLE participated in fleet exercise Beagle Leash off the California islands of Coronado and San Clemente. On 1 August, she participated in a joint convoy exercise while in transit from San Diego to Pearl Harbor.

On 10 October 1968, during an upkeep period in Subic Bay, SEMINOLE relieved attack cargo ship MERRICK (AKA 97). On the 23rd, she entered Kaoshiung for a port visit. On 28 October, she proceeded independently to join the ARG in Danang on the 30th. She was detached on 13 November for a round-trip voyage to Singapore and rejoined the task group on 26 November. The ship got underway for Hong Kong on 6 December, arriving on the 8th. After spending Christmas in Hong Kong, SEMINOLE stood out of the harbor on 27 December 1968 to rejoin her unit off the Vietnamese coast near Danang.

Reclassified as LKA 104 on 1 January 1969, SEMINOLE participated, along with the other ships in her squadron, in a demonstration off Mo Due on 12 January 1969. The ship then remained in the Mo Due area alone to continue the demonstration, thus missing Operation Bold Mariner, the largest amphibious operation since the Inchon landings. On 6 February, the attack cargo ship offloaded material and steamed singly for Yokosuka on the 14th. Amphibious Squadron 9 rejoined SEMINOLE at Yokosuka on 26 February.

On 14 July 1969, SEMINOLE grounded on Puget Shoals after a port visit in the Olympia, Washington, area. She eventually rejoined Amphibious Squadron 9 at Buckner Bay on 1 December. The squadron got underway for Subic Bay the next day and finished the year in upkeep. Following additional upkeep, training, and an amphibious demonstration for students and faculty from the Vietnamese Defense College, SEMINOLE departed Subic Bay on 25 January 1970 for Vietnam and Operation Keystone Bluejay. The attack cargo ship completed loading marines and equipment on 29 January and delivered them to San Diego on 24 February.

On 23 September 1970, in her 25th year of active service, SEMINOLE was transferred to the Inactive Ship Facility, San Diego. She was placed out of commission in reserve on 23 December 1970 and ultimately placed in the National Defense Reserve Fleet, in the Maritime Administration's Suisun Bay (Calif.) facility. Stricken from the Naval Vessel Register on 1 September 1976, the ship was sold to American Ship Dismantlers, Inc., Portland, Oregon, on 16 November 1977 and broken up for scrap.

SEMINOLE received six battle stars for service in the Korean War and six for her service in the Vietnam War.


Voir la vidéo: USA made Washburn electric guitar Nelly 3 more tones than a Telecaster +top: wood, pickupsu0026tuning.


Commentaires:

  1. Zululabar

    Pas mal

  2. Baltsaros

    Désolé, pas dans cette section .....

  3. Franky

    Bravo, votre phrase sera utile

  4. Edet

    Je veux dire que vous n'avez pas raison. Entrez, nous discuterons.



Écrire un message